Accéder au contenu principal

Analyses

Comment les gouvernements européens gèrent-ils la crise du Covid-19 ?

Partout en Europe les pays ferment leurs frontières, les états mettent leur population en quarantaine, les mesures sanitaires se démultiplient pour venir à bout de la pandémie… mais en attendant un retour à la normale, les gouvernements prennent également des mesures pour soutenir l’industrie du voyage qui est mise à rude épreuve dans le premier foyer récepteur de touristes au monde.

Espagne

Deuxième pays le plus touché par la crise, l’état d’alerte a été décrété samedi 14 mars pour une durée de 15 jours dans le pays ibérique. Tous les évènements, processions religieuses et autres rassemblements ont dû être annulés ou reportés, en conséquence.

Le transport ferroviaire (principalement représenté par la société RENFE) va réduire son trafic de 80% et le transport aérien de moitié. Alors que l’épidémie se répand sur l’ensemble du territoire, des hôtels sont transformés en hôpitaux temporaires pour pallier au manque de places dans les structures sanitaires en place à Madrid. Des chaines comme Kike Saralosa, Room Mate Hotels, Soho Boutique Hotels, et d’autres, ont participé à cette aide technique de la part du milieu hôtelier. En Catalogne, c’est B&B Hotels qui a rejoint le mouvement d’entraide.

En attendant, les autres établissements attendent que la tempête passe. La Confédération espagnole des hôtels et de l'hébergement a jugé insuffisante jusqu’ici l’aide proposée par le gouvernement aux entreprises affectées par l’arrêt temporaire de l’activité touristique. Un budget consacré à la crise avec conditions d'octroiement des aides financières est actuellement à l’étude. Ce budget concernerait en priorité les petites entreprises et autoentrepreneurs du secteur. La prochaine réunion du Cabinet gouvernemental est prévue pour mardi 17 mars.

Allemagne

Le gouvernement allemand de son côté a déclaré qu’il fournirait une aide illimitée en liquidités aux entreprises allemandes touchées par la pandémie. Il s’agirait d’une mesure sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale, en tant qu’ « aide et de garanties les plus complètes et les plus efficaces qu'il y ait jamais eu dans une crise » d’après le ministre de l’économie allemand, Peter Altmaier.

En attendant l’arrivée de cette aide financière, l’état outre-Rhin a également annoncé la suspension immédiate et jusqu’en septembre prochain de l'obligation légale pour les entreprises confrontées à de graves problèmes de liquidités de déposer le bilan sous trois semaines. Cette solution tient à aider les sociétés fortement impactées par la pandémie, à surmonter cette épreuve en attendant de recevoir des liquidités, notamment de la part de l’état.

Ces diverses mesures ont été prises après que la présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen, ait promis aux états membres de l’UE une grande marge de manœuvre afin qu’ils puissent augmenter leurs dépenses en conséquence et ainsi aider leurs entreprises à surmonter cette épreuve.

Royaume-Uni

Le gouvernement britannique a alloué de son côté une enveloppe budgétaire de 12 milliards de livres sterling pour assurer « des mesures temporaires, opportunes et ciblées visant à assurer la sécurité et la stabilité des personnes et des entreprises » dans le contexte de l’épidémie du Coronavirus.

Outre cette allocation budgétaire, le gouvernement a également annoncé plusieurs mesures pour aider les entreprises fortement impactées, notamment pour les petites et moyennes entreprises la récupération des indemnités légales de maladie (SSP) versées aux personnes en congé maladie à cause du Covid-19, ainsi qu’un allègement à 100% des charges des entreprises ou encore un programme temporaire de prêt pour interruption de l'activité commerciale, mis en place par la British Business Bank, pour accorder des prêts et découverts bancaires aux entreprises en difficulté.

En dépit de toutes ces solutions, l'association professionnelle britannique UKHospitality (UKH) a témoigné dans une lettre ouverte adressée à Rishi Sunak, le Chancelier de l'Échiquier, son inquiétude à propos du coronavirus qui serait une « menace existentielle » pour l'industrie hôtelière. A cette occasion, la directrice générale du UKH, Kate Nicholls, a rapporté qu’un « nombre important d'emplois » étaient menacés d'ici le mois de mai si des mesures supplémentaires telles que l'autorisation de « licenciements temporaires », légales en cas de baisse drastique des effectifs, de suspension des cotisations au HMRC pendant trois mois, ou encore de versement des indemnités de congés maladie, n’était pas apportées.

Italie

Alors que le pays le plus touché par l’épidémie en Europe entame sa deuxième semaine de confinement total, de multiples solutions ont été à l’étude. Le gouvernement s’est en effet réuni ce dimanche afin d’établir un décret dit « Cura Italia » pour apporter des solutions aux entreprises et familles du pays, un décret qui devrait débloquer un budget de 25 milliards d’euros pour soutenir l’économie italienne.

Parmi les outils déployés, il y a des mesures fiscales telles que le report du paiement des impôts,  taxes comme la TVA ou cotisations sociales  pour les sociétés est reporté jusqu’au 20 mars, et concernant les entreprises les plus touchés, notamment dans le secteur touristique (hébergement, agences de voyage, …) ou culturel (musées, théâtres…) est même reporté jusqu’à la fin du mois de mai.

Autre mesure concernant les employés avec enfants, des congés payés supplémentaires à hauteur de 50% du montant peuvent être octroyés afin d’assurer la garde de leurs enfants pendant la période de confinement national, ainsi qu’un bon de 600 euros peut être offert pour régler les frais de garde d’enfants.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?