Accéder au contenu principal

Actualités

Bruxelles : de bonnes performances mais les handicaps subsistent

Bruxelles peut se réjouir de son mois d'août. Le RevPAR affiche une progression de 9,7%. Les taux d'occupation sont nettement repartis à la hausse. Et ce, depuis le début de l'année. Cependant, les prix moyens ne suivent pas encore cette tendance haussière, signe que la forte concurrence n’appartient pas tout à fait au passé.

L'été bruxellois a été favorable aux hôteliers de la capitale belge. Pour le mois d'août, la fréquentation des établissements est en hausse de près de 12 points. Et, malgré un repli des prix moyens de 2%, le revenu par chambre frôle la croissance à deux chiffres (+ 9,7 %). Excepté un trou d'air au mois d'avril, le début de l'année 2006 témoigne d'une reprise de l’hôtellerie bruxelloise, à mettre au crédit d'une attractivité retrouvée alors que les prix moyens sont stables. "On sort de la grisaille", avoue Vincent Steinmetz, directeur de l'hôtel Saint Nicolas et président des hôteliers bruxellois.Le tourisme de congrès pourrait apporter une bouffée d'oxygène aux établissements bruxellois en leur permettant de récupérer une marge de manœuvre tarifaire. Une perspective réjouissante à long termes seulement. Car pour l'instant, la capitale européenne ne dispose d'aucune infrastructure de congrès digne de ce nom. Le Palais des Congrès a fermé ses portes en 2003. Depuis, la ville est à l'écart du fructueux segment MICE. "Pourtant, les études de marché démontrent que la ville peut accueillir deux infrastructures de salons sans le moindre problème", explique Vincent Steinmetz. Si tout va bien, le 20 septembre 2009, le Palais des Congrès devrait rouvrir ses portes. Avant un possible nouveau centre de congrès du côté du Heysel à un horizon plus lointain encore.La progression du RevPAR est nette sur douze mois cumulés (+7,4%). Le climat économique est favorable. Et Bruxelles jouit toujours de sa manne providentielle : l'Union Européenne. Etre le siège des institutions assure à Bruxelles un volume d'affaires conséquent et régulier qui permet à la ville d'afficher complet plusieurs fois par an. Cependant Bruxelles semble avoir fait le plein de cette source de clientèle. "Les parlementaires des futurs membres de l'Union sont déjà dans nos établissements. Les négociations préparatoires se préparent de longue date", remarque Vincent Steinmetz.Bruxelles est à la recherche de nouvelles sources de clientèles. Car, pour le président des hôteliers Bruxelles, les bons résultats de 2006 sont à relativiser. "Dans l'absolu, ils ne sont pas si bons que ça". La ville se situe en bas des classements du tourisme européen. Fait inquiétant : les prix moyens restent sous pression avec une légère augmentation de 0,4% sur douze mois cumulés. "Il ne pourront remonter que lorsque la demande sera plus forte que l'offre". Un défi alors que le développement hôtelier de la ville se poursuit. Compte tenu de la position stratégique de Bruxelles, la ville est en effet une "place to be". Tout groupe hôtelier se doit d'être présent dans la capitale des institutions européennes. "Ca fait partie de la stratégie des groupes hôteliers. Quel qu'en soit le coût", remarque Vincent Steinmetz.Problème : sur le plan touristique, la ville ne met pas toute son énergie dans la quête de nouveaux clients. Au royaume de Belgique, la désunion ne fait pas la force. Sa promotion touristique à l'international souffre d'incohérences. Bruxelles est à la fois capitale des communautés française et flamande et des régions Flandres et Bruxelles- Capitale. Quatre services de communication et deux ministres de tutelle supervisent la promotion de la ville. "Cette dispersion de la communication rime en plus avec dissolution des moyens", se lamente Vincent Steinmetz.Le tourisme de congrès pourrait apporter une bouffée d'oxygène aux établissements bruxellois en leur permettant de récupérer une marge de manœuvre tarifaire. Une perspective réjouissante à long termes seulement. Car pour l'instant, la capitale européenne ne dispose d'aucune infrastructure de congrès digne de ce nom. Le Palais des Congrès a fermé ses portes en 2003. Depuis, la ville est à l'écart du fructueux segment MICE. "Pourtant, les études de marché démontrent que la ville peut accueillir deux infrastructures de salons sans le moindre problème", explique Vincent Steinmetz. Si tout va bien, le 20 septembre 2009, le Palais des Congrès devrait rouvrir ses portes. Avant un possible nouveau centre de congrès du côté du Heysel à un horizon plus lointain encore.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?