Accéder au contenu principal

Actualités

Août : ni catastrophe, ni embellie

La réduction des budgets voyage a pesé sur l'hôtellerie européenne en pleine période estivale. Les promotions ont joué leur rôle de stimulation de la clientèle et le mois d'août se termine sur un constat globlament satisfaisant dans ce contexte difficile. Mais à quel prix?

En pleine crise économique, les hôteliers européens ont dû consentir des faveurs à leur clientèle pour soutenir l'activité. Le prix moyen global est en recul de 8,0 %, soit une baisse supérieure à la moyenne des 12 derniers mois. Mais le pari s'est révélé en partie payant puisqu'en août la fréquentation ne recule que de 3,1 points contre près de 6 points sur douze mois glissants et de plus de 4 points en juillet dernier. Avec un repli du RevPAR inférieur à la moyenne annuelle, le plein cœur de la saison estivale ne s'est pas donc pas conclu sur une catastrophe. Pas de jaloux : les résultats par catégories sont assez homogènes, à l'exception de l'hôtellerie budget qui fait de la résistance en ces temps de restrictions budgétaires. Les baisses du RevPAR sont comprises entre -10,8% sur le milieu de gamme et -13,5% sur le haut de gamme. Ce dernier a tenu le coup à grand renfort de promotions, mais n'est pas allé chasser outre mesure sur les terres de ses concurrents. Les segments 2* et 3* ont adopté une stratégie inverse - maintien des prix pour l'économique et soutien à la fréquentation par une politique tarifaire accommodante pour le milieu de gamme - pour aboutir sensiblement au même résultat. A noter l'exception française où le 3* a démontré une résistance certaine (-2,1%).Les pays du Sud de l'Europe ont connu des fortunes diverses en août dernier. L'Italie et le Portugal affichent tous deux une progression de leur TO. Même si celle-ci est obtenue grâce à des conditions tarifaires favorables, cette croissance limite le repli du RevPAR national dans une fourchette comprise entre - 5% et -7%. Avec une hausse du TO de 13,0 pts, Rome participe d'ailleurs largement à la performance satisfaisante de l'hôtellerie transalpine. Le marché s'est également bien tenu à Barcelone mais, malheureusement, cela n'a pas permis à l'hôtellerie espagnole de faire des miracles. Les attentats de l'ETA qui ont touché l'île de Majorque ont pu jouer dans cette performance aussi décevante qu'attendue (-15,1%). Dans ce contexte difficile, la France (-7,0%) et la Suède (-6,1%) limitent la casse alors qu'un peloton de pays (Allemagne, Autriche, Belgique, Pays-Bas et Royaume-Uni) affiche des résultats similaires, aux alentours de -12 et -14%. La Hongrie et la République Tchèque ferment la marche. Les deux marchés sont durement touchés et il n'y avait pas de bonnes surprises à attendre de leur part alors que les prix moyens enregistrent une chute oscillant en moyenne entre -15 et -20%. Loin derrière les autres pays européens en matière de fréquentation, l'hôtellerie polonaise réduit petit à petit l'écart. Le pays est le seul à afficher un résultat positif en août (+3,2%). Une sacrée performance par les temps qui courent.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?