Accéder au contenu principal

Enquêtes

Quel enjeu du recrutement dans le secteur hôtelier en Europe ? Partie 1

« Il faut changer de paradigme, repartir de l'humain » disait Olivier Chopin, Directeur Général chez Les Hôtels de Bordeaux et Président de l’Association des investisseurs Franchisés Louvre Hotels Group, à propos de l’enjeu du personnel dans le secteur hôtelier au Paris Asset Forum >hospitality 2019. Mais comment se définie cette masse salariale en Europe ? Quelles sont ses caractéristiques ? Quelles différences entre pays ? Partie 1 : Les grands chiffres à retenir et Entre contrats précaires et emplois à temps partiel, une qualité de l’emploi très variable.

Dans ces circonstances exceptionnelles, Hospitality ON et son partenaire OK-Destinations mettent gratuitement à votre disposition les statistiques de performance des hôtels afin que vous puissiez suivre l'actualité et être informé au mieux.

L’hôtellerie, et par extension l’industrie du tourisme, se rattache à l’économie tertiaire, l’économie des services. Le facteur clé dans la réalisation d’un service est la personne. A la différence des industries productives, comme l’agroalimentaire, l’automobile ou l’électronique, où la chaine de production est standardisée et rationnalisée à grande échelle, l’industrie du tourisme repose au contraire sur une approche personnalisée et unique du produit : le service. Or c’est à travers le personnel que l’on personnalise le service. Tout l’enjeu est ainsi de bien le choisir, et aussi, et surtout, de savoir le fidéliser pour le garder.

Industrie florissante de l’économie européenne, le tourisme a rapporté 538 millions de visiteurs internationaux sur le continent en 2017. Il a généré 342 milliards d'euros de recettes touristiques internationales en 2016 (source : European Union Tourism Trends, Organisation Mondiale du Tourisme, 2017). Mais toute cette activité n’a été possible que par l’intermédiaire des 13,3 millions d’emplois dans l’industrie du tourisme en 2017.

Mais comment se qualifie cette main d’œuvre ? Quelles sont ses grandes caractéristiques ? Et quel profil de personnes pour quel pays ? Hospitality ON donne les clés pour comprendre le sujet à travers cette analyse inédite des emplois dans le tourisme sur le continent européen.

Les grands chiffres à retenir

La restauration emploie plus de la moitié des effectifs de l’industrie au sens large

Le tourisme est un des premiers secteurs pourvoyeurs d’emplois en Europe, représentant 21% de l’industrie servicielle de la région. Sur les 13 millions de personnes employées dans le secteur, presque 8 millions d’entre elles opèrent dans des entreprises de la restauration, qui devient ainsi le secteur majoritaire de toute l’industrie, à hauteur de 61% des emplois. Également, 2,7 millions de personnes travaillent dans une structure d’hébergement, qu’elle relève de l’hôtellerie traditionnelle ou de l’hôtellerie de plein-air, ce qui représente 20% de l’emploi de l’industrie. Il y a ensuite l’emploi dans le secteur transport, équivalent à 15% de l’ensemble soit 1,98 millions de personnes. Enfin nous retrouvons le personnel des agences de voyage et tour-opérateurs (TO), à hauteur de 0,5 million de personnes soit seulement 4% de l’emploi total de l’industrie.

Si l’on regarde le spectre des emplois strictement reliés au tourisme, à savoir le secteur de l’hôtellerie, celui du transport (aérien notamment), et celui des agences de voyages et TO, c’est l’hôtellerie qui devient majoritaire à raison de 52% des emplois du tourisme. Ensuite c’est le secteur des transports, à hauteur de 38% des emplois et enfin les organismes de voyage qui embauchent 10% des effectifs de de l’Union Européenne.

  Graph1

Toutes les données qui ont été reprises dans les parties suivantes concernent le secteur du tourisme au sens stricte du terme (Hébergement, Transport-Aérien, Agences de voyages et TO) sur le secteur de l’Union Européenne et de plusieurs autres pays présents sur le continent européen et non forcément membres de l’UE (Suisse, Norvège, Islande).

L’Allemagne, premier pays employeur du tourisme en Europe

Si l’on effectue la répartition par pays, l’Allemagne est le premier pays en nombre absolus d’emplois, avec 2,5 millions de personnes embauchées dans l’industrie du tourisme. Ensuite vient le Royaume-Uni (2,3 millions), l'Italie (1,5 million), l'Espagne (1,4 million) et la France (1,1 million). Ces cinq États représentent 66 % de l'emploi total du tourisme de l’Union Européenne.

Également, il est intéressant de noter qu’il existe une corrélation entre la proportion de l’emploi de l’hôtellerie dans l’emploi total du tourisme et le degré de dépendance de l’économie nationale à l’industrie du tourisme. Ainsi, les pays les plus dépendants, c’est-à-dire ceux pour qui le tourisme représente une forte proportion du PIB national, sont les pays où l’hôtellerie représente la plus grande proportion dans l’emploi total du tourisme, comparativement aux autres pays.

En moyenne, l’hôtellerie représente 20% de l’emploi total du tourisme en Europe en 2016. A Chypre, elle représente 41,1% de l’emploi du tourisme ; dans ce même pays, l’industrie du tourisme représente 21,9% du produit intérieur brut (PIB) national en 2018. A titre de comparaison, l’hôtellerie incorpore 18,1% de l’emploi de l’industrie en France, alors que le tourisme participe à hauteur de 7,2% au PIB du pays, offrant ainsi l’exemple d’une économie moins dépendante de cette activité. A l’instar de Chypre, l’île de Malte emploie 35,4% de ses effectifs dans des structures d’hébergement, alors que l’économie locale repose pour plus d’un tiers de ses ressources (27,1%) sur le tourisme. La Croatie connait une situation similaire, avec une importante main d’œuvre employée en hôtellerie, plus exactement 26,7% de l’emploi total du tourisme, alors que le PIB du pays dépend pour 19,6% de cette industrie.

  Graph2

Entre contrats précaires et emplois à temps partiel, une qualité de l’emploi très variable

L’aérien, secteur offrant le plus d’emplois stables

La qualité de l’emploi dans le tourisme peut se mesurer de plusieurs manières. Tout d’abord, on observe une forte prépondérance de contrat permanent (CDI) par rapport au contrat temporaire (CDD ou autres contrats de courtes durées), à savoir 77% contre 23% respectivement, indiquant un emploi plutôt stable dans l’ensemble. Néanmoins, le secteur hôtelier est légèrement au-dessus de ce ratio : 73% de contrat de type CDI face à 27% de contrat type CDD. Ce résultat reflète un fort recourt à des prestataires extérieurs, qui interviennent sur des tâches ciblées et pendant une durée courte, typiquement pour des prestations de nettoyage de chambre – qui fait partie des activités plus sous-traitées par les hôtels aujourd’hui. Par conséquent, les pays rencontrant les plus fortes proportions de leur main d’œuvre dans l’hôtellerie sont également ceux rencontrant les plus fortes proportions d’emplois temporaires en Europe : la Grèce (45% d’emplois temporaires), la Croatie (43%), l’Italie (43%), Chypre (41%), la Pologne (40%) et le Portugal (36%).

  Graph3

A l’opposé, le secteur aérien est celui proposant le plus de contrats stables : 91% des contrats, face à 9% de contrats temporaires. En effet, l’activité repose essentiellement sur des fonctions support type entretien et maintenance des appareils, gestion du trafic à l’aéroport, ainsi que des postes en contact avec les voyageurs pour l’accueil et l’orientation des passagers. Aussi, le trafic aérien est constant tout au long de l’année, avec des pics d’activité pendant certaines périodes (vacances d’été, fêtes de fin d’année…), mais jamais de périodes d’arrêt. Un personnel à plein temps et permanent est ainsi nécessaire pour assurer une bonne gestion de l’activité.

Une saisonnalité de l’emploi marquée

Cette répartition entre contrats temporaires et contrats permanents fait écho à un phénomène prépondérant dans l’industrie du tourisme : la saisonnalité. Elle est très marquée chez certains secteurs, dont elle rythme l’activité au cours de l’année. Calculée par rapport à la moyenne annuelle, la variation de l’emploi dans le tourisme révèle une période creuse en automne-hiver, au cours du premier et du dernier trimestre de l’année, où l’emploi varie respectivement de -6,2% et -3,5%. L’emploi est au contraire plus important au cours du printemps (+2,9%) et surtout pendant la haute saison, à savoir l’été (+6,9%). Graph4

Sans grande surprise, le secteur révélant plus forte saisonnalité, c’est-à-dire la plus forte variation intra-annuelle de l’emploi, est l’hôtellerie, ce qui est cohérent avec les résultats de la répartition du travail par durée du contrat précédemment abordée. L’emploi de l’hôtellerie est très porté sur la saison estivale (+9,4%) et le printemps (4,0%) et bien moins sur l’hiver (-8,7%) ou l’automne (-4,6%). Ceci indique une forte prépondérance des destinations balnéaires en Europe, où la fréquentation se concentre essentiellement sur les mois d’été.

C’est ainsi que les destinations ayant la plus forte variation de l’emploi pendant l’été sont les destinations très portées sur le tourisme balnéaire ou/et sur le tourisme de loisirs : la Grèce (+35% d’emplois supplémentaires en été – le record de tout le panel), Chypre (+30%), la Croatie (+23%), et l’Italie (+17%). L’Espagne est un cas de figure assez intéressant : une variation de seulement +14%, preuve qu’il existe une autre forme de tourisme assez présente, à savoir le tourisme urbain autour des villes comme Barcelone, Madrid ou encore Séville, qui s’étale sur toutes les périodes de l’année.

Les deux autres secteurs, l’aérien et les organismes de voyages (agences ou TO) ne subissent que très peu la saisonnalité inhérente au tourisme. L’été, les entreprises de l’aviation embauchent seulement +1,8% de personne que la moyenne annuelle, face à -0,7% pour l’automne et -1,6% pour le printemps, et même embauchent en hiver (+0,5%). Les agences de voyage et tour-opérateurs embauchent surtout au printemps (+1,3%), même si les autres saisons sont également propices, puisque la variation n’est que très faible (-0,2% pour le premier trimestre, -0,2% pour le troisième et -0,9% pour le quatrième).

Au nord de l’Europe, les pays se reposent davantage sur des emplois à temps partiel

La répartition de l’emploi par volume horaire, c’est-à-dire à temps complet ou à temps partiel, révèle une autre réalité de la situation en Europe. Tout d’abord, la moyenne dans le tourisme est de 76% de contrats à temps plein, soit une écrasante majorité, et de 24% d’emplois à temps partiel. L’hôtellerie, avec le système de sous-traitance abordé plus tôt, induit une plus large proportion de contrats à temps partiel, soit 26%. Les organismes de voyage (agences et TO) ont au contraire une proportion plus faible que la moyenne de l’industrie, à savoir 22% de contrats à temps partiel. Enfin l’aérien, secteur le plus stable puisqu’il repose essentiellement sur des fonctions support, est ainsi le secteur avec la plus forte proportion d’emplois à temps complet, puisqu’ils représentent 82% des emplois du secteur aérien.

Certains pays sont néanmoins au-dessus de ces chiffres. Les pays situés dans le nord de l’Europe ont notamment une forte proportion d’emplois à temps partiels : les Pays-Bas (52%), le Danemark (42%), la Suède (39%), l’Allemagne (35%), l’Irlande (34%) ou encore la Norvège (32%). Parallèlement, il est intéressant de noter que ce sont les mêmes pays où la parité homme/femme dans l’emploi est la plus équilibrée. En effet, 55% des travailleurs sont des femmes aux Pays-Bas, 56% au Danemark, 62% en Suède, 56% en Irlande et même la parité parfaite, à savoir 50% en Norvège.

En effet, nous observons une large majorité de femmes exerçant dans le tourisme en Europe, puisqu’elles représentent 59% des travailleurs de l’industrie dans la région, alors que les hommes incorporent 41% de la main d’œuvre. Aussi les femmes incorporent une plus faible proportion de contrats à temps partiel, à hauteur de 18% de la main d’œuvre (hommes et femmes réunis), alors que chez les hommes, 35% sont à temps partiel, et seulement 6% à temps plein.

Graph5

 

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?