Accéder au contenu principal

Tendances

Septembre 2017 : les affaires reprennent pour l'hôtellerie européenne

En ce mois de septembre, la clientèle affaires est revenue booster les performances européennes. Suivant les chemins de la croissance économique retrouvée, les performances hôtelières progressent largement, en particulier en Europe du Sud.

Les performances hôtelières européennes sont dans l'ensemble bonnes pour la rentrée 2017, avec certains pays enregistrant même une croissance très forte, synonyme d'une véritable embardée. Au global, le RevPAR augmente de +5,8%, et croit dans tous les segments. Le tableau reste très bon en Year-to-Date, avec +5,7% depuis le début de l'année : le mois de septembre s'inscrit dans la continuité d'une année 2017 très bonne pour tous les acteurs européens.

L'analyse par segment dévoile la même continuité. Si le segment budget connaît la plus forte hausse (+8,1%), les autres ne sont pas en reste. Le moins performant ce mois-ci est le haut de gamme, qui reste en augmentation, avec +5,6%. La forte croissance du budget est due à des taux d'occupation en hausse franche (+4 pts), ce qui témoigne, encore une fois, d'un retour de la demande et d'une bonne santé économique européenne. En YTD, c'est le haut de gamme qui progresse le plus, à +6,1%, un résultat tiré par la hausse des prix plus que par une augmentation du taux d'occupation qui reste solide (+2,2 pts).

 

Fait assez notable, c'est presque l'ensemble de la zone qui voit ses signaux orientés au vert. Seule l'Autriche fait exception, mais elle ne connaît qu'une baisse de -1,3% du RevPAR : c'est donc plutôt donc une forme de stabilisation, dans un contexte où l'attentisme pré-électoral pourrait avoir joué.

Les pays les plus performants en Septembre sont le Portugal, la Belgique et la Lettonie, avec chacun plus de 20% d'augmentation du RevPAR (respectivement +24,3%, +22,2% et +23,6%). Au Portugal, c'est la très forte hausse des prix (plus de 20% d'augmentation) qui tire la croissance, tandis que pour la Belgique, les taux d'occupation -après une année 2016 difficile- sont plutôt le moteur des hausses enregistrées. Ainsi Bruxelles par exemple connaît un rebond de 8,5 points de son taux d'occupation.

De manière générale, l'Europe du Sud retrouve des couleurs. Passée la crise économique, la relance semblant de nouveau être au rendez-vous, le secteur hôtelier a pu voir arriver sereinement les voyageurs affaires, témoins d'une effervescence bienvenue après des années de disette. L'Italie, l'Espagne, et dans une plus forte mesure la France et la Grèce connaissent des hausses de taux d'occupation importantes. Celles-ci, ajoutées à une hausse des prix encore plus forte (sauf en France, où l'effet de prix auparavant trop élevés joue peut-être encore, et qui ne voit son PM augmenter que de +1%), garantissent l'été indien au pourtour méditerranéen. La Grèce et le Portugal connaissent d'ailleurs les plus fortes hausses du RevPAR en YTD, avec respectivement +16,2% et +18,3% d'augmentation, des performances très appréciables.

Plus surprenant, mais autre témoin de ce renouveau, la Lettonie voit l'augmentation très forte de son taux d'occupation (+11,8 pts) entraîner une hausse de RevPAR importante. La croissance de l'offre dans le pays aurait enfin trouvé ses clients, mais cela témoigne aussi sans doute d'un retour d'une clientèle russe qui y avait fortement reculé il y a quelques années, comme partout en Europe.

Au coeur de l'Europe, à l'exception de la Belgique qui revient progressivement à des résultats standards suite à 2016 et ses difficultés, le tableau est positif mais plus modeste. L'Allemagne, où la hausse de l'offre a pu faire baisser le prix moyen, se stabilise à +0,2% de RevPAR. En YTD, les résultats y sont plus modérés (+2,3%), comme si la relance générale portait ombrage au premier de cordée des années de crise. Le Royaume-Uni arrive à la fin de l'effet d'aubaine provoqué par la baisse du cours de la livre à partir de juillet 2016, et stabilise son taux d'occupation (-0,1 pt). Seule l'Autriche perd en RevPAR sur le mois, avec une baisse de -1,3% due à une baisse du prix moyen (-3,5%).

C'est donc un secteur hôtelier en bonne forme qui aborde l'année scolaire 2017 en Europe, avec des perspectives de croissance peut-être plus fortes encore à mesure que la crise s'éloigne et que la confiance est de retour. Il reste du chemin à parcourir, mais cette année les hôteliers ont bel et bien signé une rentrée réussie.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?