Accéder au contenu principal

Actualités

Les organisations professionnelles de l’hôtellerie-restauration face au défi de l’attractivité du secteur

Alors que le secteur de l'hôtellerie-restauration peine à recruter et davantage en cette période de crise sanitaire, les organismes patronales du secteur planchent sur des moyens de rendre ces métiers à nouveau atrractifs.

A l’heure où les restaurants, les bars, les cafés et les hôtels font le plein de clients, dans la plupart des destinations, après de nombreux mois de fermeture et de restrictions dus à la crise sanitaire, la question de l’attractivité du secteur est au cœur de tous les débats. Pour rappel, le secteur de l’hôtellerie-restauration a perdu 237 000 employés entre février 2020 et février 2021 ce qui fait passer ses effectifs de 1,309 million de salariés à 1,072 million selon le Ministère du Travail.

Les difficultés d’embauche que rencontrent le secteur ne sont pas nouvelles mais sont néanmoins exacerbées par la crise sanitaire qui a poussé de nombreux employés à quitter ce secteur. Plusieurs facteurs sont à l’origine de la désaffection des personnes pour ces emplois, à savoir les conditions de travail ainsi que les salaires. Les différentes organisations professionnelles du secteur ont ainsi décidé d’initier des négociations entre partenaires sociaux sur ces sujets en concertation avec le Ministère du Travail afin d’attirer à nouveau de la main d’œuvre pour notamment supporter la reprise de l’activité.

Alors que la première séance formelle de négociations est prévue pour le 18 octobre 2021, Thierry Grégoire, président de la branche parisienne de l’Umih, vient d’annoncer que l’organisation patronale va proposer une augmentation des salaires dans la profession allant entre « 6% et 8,5% voire peut-être 9% » ainsi que l’instauration d’un 13ème mois de salaire. Une annonce qui fait réagir le GNC et le SNRTC, eux aussi engagés dans cette démarche de négociations, qui déplorent cette prise d’initiatives non concertée.

C’est pourquoi les organisations représentatives d’employeurs des chaines hôtelières (GNC) et des chaines de restauration (SNRTC), qui jouent un rôle actif dans le dialogue social aux côtés des autres acteurs de la branche, regrettent l’absence de concertation qui a mené à des initiatives individuelles, qui ne reflètent pas l’ensemble des problématiques auxquelles la profession est confrontée. 

Extrait du communiqué de presse du GNC et du SNRTC en date du 6 octobre 2021

Les organismes professionnels du secteur souhaitent mener une réflexion sur les leviers permettant une amélioration de l’attractivité du secteur, et ce de manière collective et dans un cadre paritaire. La réévaluation de la grille de salaire pour les métiers de l’hôtellerie-restauration est à l’ordre du jour des commissions paritaires permanentes de négociation et d’interprétation (CPPNI) en raison notamment de l’augmentation récente du SMIC dans le cadre de son indexation sur l’inflation.

L’amélioration de la qualité de vie au travail des salariés de la branche HCR est également une thématique centrale de ces négociations car les professionnels sont bien conscients que le salaire n’est pas le seul critère à repenser. Le Gouvernement affiche son soutien au secteur dans cette démarche de revalorisation des métiers de l’hôtellerie-restauration, à l’image du Président de la République qui a récemment annoncé la défiscalisation des pourboires par cartes bancaires à l’horizon 2022.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?