Accéder au contenu principal

Opérations

Le République, un restaurant solidaire qui repose sur un nouveau modèle économique

Le République, un nouveau restaurant gastronomique et solidaire a ouvert ses portes à Marseille début février.

Ce restaurant d’un nouveau genre est à l’initiative de l’association « La Petite Lili » qui lutte contre la pauvreté et compte 300 membres et une quarantaine de chefs dont Sébastien Richard qui porte le projet. L’établissement propose un espace de 1200 m2, avec 250 places assises, une terrasse, le tout dans une architecture aux inspirations contemporaines et de style Renaissance.

C’est avant tout un lieu de partage et d'inclusion qui accueille clients et bénéficiaires, sans distinction d'aucune sorte, sauf de prix. Les bénéficiaires orientés par les associations partenaires ne paient qu'un euro symbolique, tandis que les clients paient le prix habituel d'un menu complet allant de 25 à 30 euros. L'idée est de mélanger dans un même espace et au même moment des origines et des catégories sociaux professionnelles différentes.

La mixité ne s'arrête pas là, elle se traduit également par l'assemblage d'une cuisine méditerranéenne et marseillaise préparée avec des produits locaux, frais et de saison, dont la plupart proviennent de la région. Le restaurant s’engage également dans une démarche éco-responsable. Il dispose ainsi d'un atelier de transformation des invendus alimentaires et d'une épicerie solidaire.

Au-delà de la cuisine, Le République a une autre particularité : un accompagnement à la formation des personnes en insertion par des maîtres d'hôtel expérimentés.

Le modèle économique repose sur les gains du restaurant ainsi que sur le mécénat d’entreprises, des dons privés et l’adhésion à l’association à « La Petite Lili ». Ce restaurant d’un nouveau genre a une démarche transverse qui mêle solidarité, générosité, talent, énergie, créativité et goût du partage.

La brasserie marseillaise propose une offre F&B évolutive qui vise à assouplir les codes sociaux afin de permettre aux clients d'élargir leurs horizons autour du partage. Le F&B est un vecteur d'inclusion.

La gastronomie se démocratise et devient accessible à tous. Dans le même esprit, d'autres restaurants gastronomiques soutiennent également ce genre de valeurs, comme le Restaurant Reffetorio développé par l'artiste JR à Paris, qui se définit comme un projet culturel dédié à l'accueil des personnes en situation d'exclusion et de précarité en transformant les invendus alimentaires en repas pour les plus démunis.

Le F&B devient un vecteur d'utilité sociale. La solidarité dans le F&B contribue à donner à l'économie du partage une dimension éthique indéniable et la question des valeurs est au cœur de ce modèle économique.

Proposer une offre qui répond aux nouvelles attentes des consommateurs en s’engageant activement dans une démarche éco-responsable avec de plus en plus de transparence sur le sourcing, les circuits courts et les produits de saisons, renforce le sentiment de sens éthique dès lors où l’on vient s’attabler au restaurant Le République.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?