Accéder au contenu principal

Destinations

A travers l’Alliance France Tourisme, les professionnels se mobilisent pour redonner de l’attractivité au secteur

Les adhérents de l’Alliance France Tourisme se sont attachés à formuler des propositions court, moyen et long terme pour adresser durablement la crise des ressources humaines qui frappe la filière touristique. Le rapport issu de ce travail d’étude a été remis à la ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, chargée des Petites et moyennes entreprises, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme, Olivia Grégoire ce jeudi 15 septembre. Les entrepreneurs de l'Alliance ont également tenu à rendre hommage à un de leur co-fondateur Gérard Brémond pour tout ce qu'il a apporté au secteur de l'hospitality.

Une étude menée auprès de l’ensemble des professionnels du secteur ainsi qu’en collectant des informations sur ce sujet complexe à l’international et en France. Ce travail débouche sur une série de 10 recommandations prioritaires pour « Renforcer l’attractivité des métiers du tourisme : attirer de nouveaux candidats et fidéliser les salariés du secteur mais également refonder la formation dans une logique inter-métiers, inter-filières, en cohérence avec les besoins des entreprises et des destinations ».

Les professionnels de l’Alliance France Tourisme appréhendent cette problématique avec un besoin de formuler des pistes de travail qui permettront de résoudre durablement cette crise tout en adressant les besoins immédiats pour faire face à la reprise d’activité.

Accueillant la Ministre Olivia Grégoire, Dominique Marcel Président du Conseil d’Administration de la Compagnie des Alpes et Président de l’Alliance France Tourisme a souligné le besoin d'une concertation tournée vers l'efficacité et l'action. Une concertation qui doit intégrer l'Etat, les régions et les professionnels du tourisme. Une nécessité pour faire face aux défis qui attendent le secteur comme ceux de l'énergie, de l'inflation et du recrutement.

Venue réceptionner ce rapport, la ministre Olivia Grégoire a souhaité adresser plusieurs messages aux professionnels de l'Alliance France Tourisme.

"Je crois également à une concertation productive et suis très contente d'être face à vous qui êtes les acteurs de l'excellence à la française. La président de la République tient à vous et aux travaux de concertation que vous pouvez faire ensemble, comme c'est le cas ce matin, pour nous préparer aux grands événements qui arrivent en France. [...]

Je vais avoir besoin de vous comme vous aurez besoin de moi. Notre secteur du tourisme est très diversifié avec des entreprises allant de la plus petite à de grands groupes internationaux. L'Alliance France Tourisme est un alliance de leaders mais les plus grands groupes ont été des PME et travaillent avec des PME. Vous avez ce rôle de locomotive qui est primordial pour entrainer l'ensemble du secteur. [...]

Face à l'inflation des coûts de l'énergie, mon équipe est à l'écoute et consciente des difficultés qui s'annoncent. 3 milliards d'euros ont été mobilisés dans le fonds de résilience pour faire face à cette inflation. Je me suis fixée un challenge important, celui de simplifier les procédures dans le cadre des liens entre les entreprises et l'état. [...]

La crise énergétique doit également être adressée par la sobriété énergétique, ce n'est pas un sujet qui concerne uniquement les plus grands mais vous avez aussi un rôle de locomotive sur ce sujet. [...]

Sur les sujets de gouvernance, je vais relancer le Comité de Filière Tourisme dans les semaines à venir. Je l'ai évoqué en Conseil des Ministres et c'est attendu. La question de l'attractivité du tourisme sera le premier point adressé au sein de ce comité de filière. Nous avons lancé le 13 septembre une campagne multi canal qui est programmée sur 2 ans pour changer l'image du secteur et valoriser les perspectives d'évolution de carrière.

Je suis également très attentive à la problématique du logement des saisonniers. L'action que nous avons mise en place cet été pour loger les saisonniers dans les internats et logements étudiants n'est pas pérenne. Nous menons un travail de réflexion pour gommer les obstacles qui peuvent se dresser pour la mise en place d'initiatives innovantes sur cette question du logement des saisonniers."

Les membres de l'Alliance France Tourisme ont été invités à partager leurs priorités par Madame Olivia Grégoire.

Synthèse des propositions formulées dans le rapport qui peut être consulté sur le site de l’Alliance France Tourisme.

Proposition 1. Créer d’urgence un choc d’attractivité par une campagne nationale de promotion des métiers du tourisme

Afin de créer d’urgence un choc d’attractivité en faveur de la filière, la campagne de promotion des métiers du tourisme qui sera déployée à l’automne 2022 doit permettre de restaurer l’image des métiers du tourisme à la fois auprès des jeunes générations mais aussi auprès de nouveaux profils de collaborateurs, en valorisant les carrières du tourisme qui offrent de nombreuses perspectives de formation, de progression et de mobilité professionnelle.

Cela doit être également l’opportunité de mettre en lumière l’émergence de nouveaux métiers ainsi que les mutations importantes qui traversent le secteur du tourisme, notamment en matière de responsabilité sociale et environnementale, et d’envoyer ainsi des signaux positifs aux jeunes générations qui cherchent à se retrouver dans les valeurs de l’entreprise qui les emploient.

Proposition 2. Amplifier les effets escomptés de la campagne par la généralisation de pratiques d'échanges, d'apprentissage et de partages d'expériences

Le renforcement de l’attractivité des métiers du tourisme, notamment auprès des jeunes générations, ne sera possible qu’avec l’implication de tous.

L’Alliance appelle ainsi à développer les pratiques de partage d’expériences, de soutien, d’échanges et d’apprentissage pour faire évoluer les mentalités vis-à-vis du secteur et transmettre la culture du tourisme à l’ensemble de nos concitoyens.

Cela doit passer notamment par le développement de pratiques de mentorat, tutorat, de clubs des passionnés ainsi que de programmes d’« Ambassadeurs Touristiques de Territoire », centrés sur des publics spécifiques (jeunes, retraités, étudiants, etc.). Cette démarche d’échanges et de partages devra être mise en œuvre dès le plus jeune âge, afin de pouvoir susciter des vocations.

Enfin, il apparaît opportun que la semaine dédiée au tourisme annoncée par le Gouvernement dans le cadre du Plan Destination France, soit programmée concomitamment ou à tout le moins à proximité du déploiement de la campagne nationale de promotion des métiers du tourisme à l’automne 2022.

Proposition 3. Diversifier les profils de collaborateurs : une réponse complémentaire aux tensions observées sur le marché de l’emploi

La crise des vocations qui touche les jeunes générations pourrait utilement être contournée, particulièrement en période de pic d’activité, par un élargissement de la cible des collaborateurs : seniors, demandeurs d’emplois issus d’autres secteurs, personnes issues de l’immigration.

Concernant les personnes issues de l’immigration, à l’instar des démarches qui ont été réalisées pour fournir des débouchés aux personnes déplacées en provenance d’Ukraine, il apparaît nécessaire d’opérer un changement de paradigme dans les politiques publiques en la matière, en facilitant les conditions d’accès au marché de l’emploi pour les travailleurs étrangers dans les secteurs structurellement en tension.

La France accuse, en effet, un retard important par rapport à d’autres pays touristiques, dans lesquels le système est mieux organisé et bénéficie d’un accompagnement renforcé des pouvoirs publics.

Proposition 4. Répondre aux enjeux de pénibilité des métiers du tourisme tout en facilitant le recrutement et le retour à l’emploi

Après les efforts significatifs réalisés par le secteur HCR en matière de revalorisations salariales et parallèlement à la poursuite des négociations sur l'amélioration des conditions de travail (coupures, protection sociale, week-ends et heures supplémentaires), il est souhaitable que les pouvoirs publics initient un ensemble de mesures sociales et fiscales, de nature à créer un environnement plus favorable au recrutement dans le secteur.

Les membres de l’Alliance proposent en particulier de réformer les dispositifs de soutien en finançant l’emploi dans les entreprises et non plus via les seuls dispositifs de chômage, qui n’incitent visiblement pas au retour à l’emploi. Une réduction des charges salariales conditionnelle, progressive et proportionnelle au nombre de salariés dans l’entreprise, présenterait également l’avantage d’inciter à l’embauche et à la pérennisation des emplois.

Ces mesures pourraient utilement être complétées, notamment par la mise en place d’exonérations de charges plus ciblées, une révision du régime social et fiscal des avantages en nature ou encore l’extension au-delà de 2023 de l’exonération fiscale et sociale des pourboires digitalisés.

Enfin, pour rendre les métiers du tourisme plus attractifs, une grande attention doit être portée aux entreprises qui doivent être responsabilisées dans la relance de leur attractivité, tout en étant mieux accompagnées, notamment dans la mise en œuvre de démarches dans le domaine de la RSE et de la Qualité de Vie au Travail.

Proposition 5. Mieux cerner la saisonnalité, apporter des solutions pérennes et ciblées

Afin de pérenniser les emplois, il est essentiel de mieux cerner les enjeux de la saisonnalité.

Outre des efforts pour contrebalancer la saisonnalité des territoires fortement affectés par ce phénomène, des solutions pérennes et ciblées doivent être mises en œuvre pour répondre aux difficultés rencontrées : construction de plans de formations durant l’intersaison, mise en place d’un « Pass Saisonnier de Retour à l’Emploi », amélioration des conditions de logement des saisonniers, mise en place d’un dispositif de lissage des horaires, etc.

Enfin, les membres de l’Alliance saluent la mesure portée par le Gouvernement dans le cadre du Plan Destination France, visant à encourager la mise en place de guichets d’accueil et d’orientation des saisonniers, en particulier dans les zones touristiques où ils sont encore absents.

Proposition 6. Promouvoir et développer l’excellence de l’offre française en matière de formation

Pour changer le regard sur les métiers du tourisme, il apparaît tout d’abord indispensable de mieux positionner en France et à l’international le leadership touristique français à travers la structuration et la promotion d’une filière d’excellence française en matière de formation dans le tourisme.

D’une part, un pôle éducatif d’excellence trans-sectoriel doit être créé, afin d’attirer les talents du monde entier et exporter un savoir-faire en termes de formation en tourisme, en s’appuyant notamment sur la francophonie.

Sa mise en œuvre devra passer notamment par un renforcement des pratiques pédagogiques et une plus grande place accordée aux qualités managériales.

D’autre part, il est nécessaire de mettre en place un réseau d’instituts de formation et d’écoles spécialisées présents dans tous les territoires et métropoles.

Le Gouvernement ayant fait sienne dans le cadre du Plan Destination France cette dernière mesure proposée en octobre dernier par l’Alliance, ses membres invitent à son déploiement le plus rapide.

Proposition 7. Réformer les conditions d’enseignement et adapter les contenus pédagogiques

Les attentes des entreprises du secteur paraissent partiellement couvertes par les formations initiales. En conséquence, les jeunes diplômés en « tourisme » ne sont pas toujours opérationnels et ne parviennent pas à contribuer pleinement au développement de ces entreprises.

Parallèlement, de nombreux jeunes s’orientent vers le secteur touristique par l’intérêt porté à un diplôme mais à l’issue de leur cursus, il se retrouvent souvent confrontés à un écart important entre leurs attentes et les postes qui leur sont proposés en première embauche.

Il devient donc nécessaire de repenser la place du diplôme et de valoriser davantage les compétences, en faisant en sorte que la France soit une nation qui forme à des métiers ou à des compétences plutôt qu’une nation qui délivre des diplômes.

Cela doit passer par une réforme des conditions d’enseignement et des contenus pédagogiques, notamment en développant des formations trans-filières relatives aux métiers de services, en optimisant l’apprentissage des langues, en multipliant les modules de formation centrés sur l’innovation et l’entreprenariat, en mettant en avant les soft-skills et en travaillant à la transition numérique des formations, élément devenu incontournable.

Proposition 8. Rapprocher les établissements de formation des entreprises et des destinations

Nos entreprises et destinations sont pleinement engagées pour nos jeunes et demandeurs d’emplois, mais leurs liens avec les établissements de formation sont encore trop peu développés.

Convaincue qu’il est nécessaire d’aller plus loin, l’Alliance propose que les entreprises soient intégrées aux conseils d’administration des établissements d’enseignement supérieur et des centres de formation, afin d’élaborer des programmes d’enseignement offrant plus de pertinence professionnelle.

Il convient également de soutenir et d’encourager la création par les filières et les entreprises de centres de formation et formations diplômantes, permise par la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel de 2018, à l’instar du CFA métiers de la restauration (Accor, AccorInvest, Adecco, Korian, Sodexo, groupe Bertrand) : par exemple, CFA des apprentis en management, CFA métiers de services, CFA métiers du management en entreprise du secteur du tourisme, etc.

Plus largement, il convient de renforcer les échanges économiques et de gouvernance entre entreprises et monde de l’enseignement supérieur, notamment en matière de R&D.

Enfin, la réintégration des régions aux instances nationales sur les sujets de formation dans le tourisme s’inscrit dans la même logique.

Proposition 9. Poursuivre les efforts de valorisation et de développement de l’apprentissage

Reposant sur un principe d’alternance entre enseignements théoriques et pratiques, la voie de l’apprentissage, véritable école de la vie en entreprise, doit être privilégiée.

Si l’apprentissage est devenu une priorité gouvernementale depuis la loi du 5 septembre 2018, il est cependant nécessaire d’investir encore davantage dans cette voie de formation en renforçant son attractivité et en l’identifiant comme une voie d’excellence et d’avenir.

Cela doit passer notamment par une intégration des programmes internes aux sociétés de « graduates », par une pérennisation au-delà du 31 décembre 2022 des dispositifs d’aide à l’embauche (5000 euros pour l’embauche d’un apprenti mineur et 8000 euros pour un apprenti majeur), par une simplification du cadre juridique de la formation en alternance et par la mise en place de nouvelles clés de répartition des temps d’études et de travail en entreprise.

Proposition 10. Moderniser et développer la formation continue dans une logique inter-métiers, inter-filières

Afin de faire face aux mutations socio-économiques du marché de l’emploi, la question des compétences et de l’adaptabilité aux situations de travail est un sujet central pour l’avenir de notre industrie.

Les mobilités professionnelles doivent être impérativement envisagées dans une logique inter-métiers inter-filières.

Pour atteindre cet objectif, il convient tout d’abord de valoriser et simplifier le dispositif de validation des acquis de l’expérience afin d’encourager le développement de compétences hybrides mêlant pratique professionnelle et acquis théoriques et d’adapter la formation continue aux besoins des professionnels, en simplifiant les dispositifs d’accompagnement existants (CPF, Pôle emploi, opérateurs de compétences, etc.) et en modernisant les contenus (SPOC, plan de formations thématiques, formations au savoir-être, etc.).

Enfin, la promotion de la mobilité intersectorielle et des passerelles inter-métiers pour attirer du personnel « hors secteur » est essentielle. Pour produire pleinement ses effets, elle doit aussi s’accompagner de l’élaboration de certifications inter-métiers qui viendraient valider des capacités ou compétences professionnelles communes à plusieurs branches professionnelles dans le domaine des services.

Les membres de l'Alliance France Tourisme

Membres de l'Alliance France Tourisme

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?