Accéder au contenu principal

Talents

Le problème persistant du recrutement dans le secteur de l’hospitality

Alors que l’année 2022 était marquée par une problématique de manque de main d’œuvre notable, doit-on s’attendre à un phénomène similaire durant cette nouvelle année ? Si les secteurs de l’hospitality et du tourisme sont parmi les plus impactés, ils ne sont pourtant pas les seuls à faire face à un défi de taille en termes d’attractivité mais également de rétention. Un phénomène par ailleurs visible à l’échelle mondiale.

Le tourisme international reprenait de plus belle en 2022 avec souvent des établissements touristiques peinaient à faire face à la demande en raison d’un manque de main d’œuvre crucial. Un manque qui s’est surtout fait ressentir au cours de la saison estivale et qui inquiétait bon nombre de professionnels.

Certains acteurs s’y prennent ainsi en avance cette année pour ne pas être à nouveau pris au dépourvu, à l’image d’Homair. Acteur majeur de l’hôtellerie de plein air, Homair regorge de postes à pourvoir pour la saison printemps/été à venir. Le groupe offre ainsi 1 300 emplois au siège comme dans les campings-villages.

Homair propose également, en partenariat avec l’école Klaxon Rouge, une formation qualifiante et diplômante à destination des futurs animateurs des campings Marvilla Parks. En effet, les 50 futurs animateurs passeront 10 semaines de janvier à mars dans l’école Klaxon Rouge à Beg Meil en Bretagne avant de rejoindre les campings du groupe.

Les Etats-Unis font également face à une pénurie de main d’œuvre dans le secteur sans précédent. Un phénomène conjugué à une potentielle récession qui mènerait à une vague de licenciements et qui préoccupe ainsi grandement les acteurs de l’industrie.

Néanmoins l’avenir n’est pas aussi sombre qu’il parait puisque l'économie américaine a ajouté 223 000 emplois au mois de décembre, le taux de chômage tombant ainsi à 3,5% et dans ces chiffres, les loisirs et l'hôtellerie ont ajouté 67 000 emplois tandis que le taux de chômage est tombé à 5,4% dans le secteur. Pour rappel, 10% des salariés américains travaillent dans le secteur des loisirs et de l'hôtellerie.

Toutefois, bien que la création d'emplois dans ce secteur soit une bonne nouvelle, le nombre d'offres d'emploi est encore loin des chiffres d'avant la pandémie, avec encore plus de 1,3 million d'offres d'emploi non pourvues. D’après U.S. Travel, l'emploi dans le secteur des loisirs et de l'hôtellerie est resté 11,4% en dessous de ce qu'il aurait dû être en octobre 2022.

Problématique similaire du côté de nos voisins allemands, comme le souligne l'Institut de recherche sur le marché du travail et les professions. D'ici 2035, le marché du travail pourrait se contracter de jusqu'à sept millions de travailleurs si rien n'est fait. Dans certaines branches, la situation est déjà critique, à l’image de l’hôtellerie-restauration.

Pour contrer cette problématique, le pays compte sur les travailleurs immigrés et entend donc mettre en place un nouveau système de points pour les attirer. Cette nouvelle loi prévoit notamment d'introduire une carte des chances basée sur un système de points pour les personnes titulaires d'un diplôme professionnel étranger d'au moins deux ans pour la recherche d'un emploi. Les critères de sélection comprennent les connaissances linguistiques, l'expérience professionnelle, l'âge et le lien avec l'Allemagne.

Le recrutement d’employés étrangers semble être également la solution envisagée par l’Australie qui revoit son système de visas alors qu'elle est confrontée à une pénurie de travailleurs après l'adoption de règles strictes dans le cadre de la pandémie. Certaines entreprises offrent ainsi des primes à la signature et font venir des étrangers par avion.

Le Canada envisage la même solution et annonce vouloir accueillir 1,45 million d’immigrants d’ici 2025, dont 60% formés aux métiers de la santé et aux autres professions nécessitant un recrutement au plus vite.

Par ailleurs, l’hôtellerie-restauration n’est pas l’unique secteur à rencontrer autant de défis sur la partie ressources humaines. En effet, le secteur aéronautique français veut recruter 16 000 personnes en 2023 pour contrer le manque de personnel à bord des avions comme dans les aéroports. Un manque de personnel critique qui touche également le secteur hospitalier ou encore l’armée.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?