Accéder au contenu principal

Opérations

Dominique Marcel « C’est un très beau résultat dans un contexte d’incertitudes […] mais il y a de gros défis devant nous »

Dominique Marcel, PDG de la Compagnie des Alpes et président de l’Alliance France Tourisme depuis janvier 2021, était l’invité de Good Evening Business, sur BFM Business, ce 28 septembre et a partagé le bilan et les perspectives du secteur du tourisme français. Il a notamment insisté sur les actions à mettre en œuvre pour relancer les embauches dans le secteur.

Regarder l'entretien

« Le bilan est très bon, nous revenons aux niveaux de fréquentation de 2019, voire d’avantage. L’activité a été portée par une très belle dynamique des prix et de la dépense. »

« C’est une très bonne année, ce qui est intéressant c’est que cela concerne tous les secteurs et toutes les régions. »

« Les Français ont beaucoup voyagé en France. Quand nous regardons les indicateurs, il y a le littoral, la montagne et il y a la campagne ce qui traduit un vrai désir de tourisme de proximité. »

« Nous faisons une très belle année, mais il faut voir d’où l’on vient. […] Le tourisme a sans doute été l’un des secteurs les plus impactés par le Covid. Avec des baisses considérables de recettes, […] nous revenons d’une crise très importante. »

« Cette année, il y a eu un effet rattrapage. L’horizon économique est quand même plus incertain. C’est un très beau résultat dans un contexte d’incertitudes. Ne boudons pas notre plaisir mais il y a de gros défis devant nous. La crise de l’énergie qui impacte les coûts de nos entreprises et la hausse des autres coûts. »

« Pour l’instant l’arrière-saison se déroule bien et les réservations pour les vacances de la Toussaint sont bonnes. […] Il est encore prématuré de se prononcer sur l’hiver, nous avons les premières tendances qui ne sont pas du tout mauvaises. »

« Un de nos gros sujets c’est la pénurie de main d’œuvre. Nous avons d’ailleurs publié un livre blanc dans le cadre de l’Alliance France Tourisme. Nous avons remis ce document à Olivia Grégoire que nous avons reçue et avec qui nous avons un très bon dialogue. »

« Il faut se méfier des mesures phares, il s’agit au contraire d’une action en profondeur. L’objectif est d’attirer les candidats et de les fidéliser. […] Notre secteur n’a pas une bonne image […] En France, le service n’est pas une activité noble, à la différence de ce qui se passe en Asie par exemple. Alors qu’aujourd’hui plus que jamais les gens attendent du service de qualité, ils attendent que l’on prenne soin d’eux. Il faut donc travailler à attirer les jeunes. Il faut également travailler sur les conditions de travail et sur les salaires. Les branches ont montré l’exemple en signant des conventions avec des hausses de salaires. »

« Il faut également travailler sur l’organisation du travail, décloisonner. […] Les entreprises doivent faire des efforts et nous en faisons. De ce point de vue, les grandes entreprises de l’Alliance France Tourisme doivent donner l’exemple. »

« La formation est un sujet très important. Nous devons être sur des contenus qui soient beaucoup plus pragmatiques et beaucoup plus inter-métiers, inter-filières, il faut sortir de ce cloisonnement de la formation. Il faut également avoir une formation plus ouverte à l’international, plus en rapport avec les besoins des entreprises. »

« 69% des jeunes de moins de 30 ans veulent changer d’entreprise ou changer de secteur. Ils ne veulent plus travailler en silos, ils veulent du sens, il faut travailler sur la raison d’être. Il faut également introduire des modes de travail plus flexibles ce qui veut dire adapter la réglementation de nos contrats potentiellement. »

« Nous avons encore besoin d’améliorer notre offre hôtelière bien que des investissements importants aient été faits. Il faut les entreprises investissent et elles ont souvent été pénalisées par la crise. […] Ce qui manque dans l’offre hôtelière aujourd’hui, ce sont les hôtels de qualité entre une offre luxe et une offre économique. […] La qualité d’une destination ce ne sont pas que les professionnels du tourisme. A-t-on envie ou non de venir en France ? Il s’agit de sécurité, de qualité des infrastructures, de transport, de propreté. L’attractivité d’un pays c’est un sujet extrêmement large. »

« Le tourisme c’est une chaine avec des maillons, et si certains maillons sont défaillants, cela ne marche plus. »

« Sur la sobriété énergétique, nous n’avons pas attendu la crise des énergies pour faire des efforts de sobriété. […] Il faut toutefois fournir des efforts très importants, des investissements importants c’est un sujet central. Nous ferons tous en sorte que cette sobriété n’altère pas la qualité de la prestation. »

Regarder l'entretien

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?