Accéder au contenu principal

Enquêtes

Après l’immobilier, les champions hôteliers mondiaux vont-ils se désengager de l’emploi ? [2/2]

La valorisation financière des principaux groupes hôteliers mondiaux a évolué positivement au cours des derniers mois, mais la montée en puissance des acteurs digitaux du tourisme a été encore plus rapide. Outre leur forte croissance et leurs valorisations élevées, ces acteurs émergents se caractérisent par une relative faiblesse des ressources mobilisées ; ce qui met sous pression les acteurs traditionnels dont les performances sont challengées par les investisseurs. Or, si les groupes hôteliers se sont déjà presque totalement désengagés de l’immobilier, il n’en est pas (encore ?) de même de l’emploi. Si la servuction fera toujours partie du « cœur de métier » hôtelier, les principaux groupes hôteliers résisteront-ils à la tentation croissante de faire porter les coûts salariaux par d’autres qu’eux ?

Pour plus d'information, consultez la première partie de cet article.

En l’occurrence, Priceline et ses près de 95 milliards de dollars de valorisation s’appuient sur un chiffre d’affaires de plus de 10 milliards de dollars et un EBITDA de 4,2 milliards de dollars réalisés par 20 500 salariés dans le monde. Par comparaison, Marriott International, premier groupe hôtelier mondial, dégage 17 milliards de dollars de CA et 2,8 milliards d’EBITDA en s’appuyant sur 226 500 personnes dans le monde : plus de 10 fois plus que l’OTA, mais pour une valorisation financière qui n’en vaut aujourd’hui que la moitié. Et que dire d’AirBnB, dont la valeur financière a déjà dépassé les 30 milliards alors que la société n’emploie encore que 3000 personnes dans le monde ? Globalement, les ratios des groupes hôteliers sont donc sans commune mesure avec ceux du digital, du fait d’équipes bien plus larges. Principale exception à cette règle : les «purs franchiseurs» tels que Choice Hotels qui communiquent sur les seuls emplois générés par leur siège ; mais leur valeur boursière est elle aussi bien plus faible.

Dans ce contexte, il apparaît possible que les groupes hôteliers cherchent à l’avenir à « alléger » leur structure, comme ils l’ont fait précédemment avec l’immobilier, en transférant à leurs partenaires le personnel et les charges associées. Par exemple, 40 000 emplois sur un total de 250 000 devraient changer de mains après la cession d’HotelInvest par le français AccorHotels dans le cadre de son projet « Booster ». Et le britannique IHG va déjà plus loin : si le groupe emploie 350000 personnes dans ses hôtels dans le monde, il n’en comptabilise que 6 587 dans son rapport annuel, correspondant aux seuls personnels de ses sièges, en service réservation ou dans ses (rares) hôtels en propriété. Certes, c’est aussi parce que ce total n’inclut pas les près de 5 500 personnes qui travaillent dans son « System Fund », un véhicule spécifique qui prend en charge les dépenses associées à son programme de fidélité et celles d’opérations marketing, ni les plus de 22000 directeurs d’hôtels et autres employés d’IHG dont les coûts sont portés par les établissements. Il n’en reste pas moins que le groupe britannique est le premier parmi ses pairs à pouvoir afficher aussi clairement le distinguo entre un nombre d’emplois « indirect » au sein de ses établissements, de plus de 350 000 dans le monde, et un nombre d’emplois directs dans ses sièges et hôtels en propriétés réduit à moins de 7 000 salariés dégageant en moyenne plus de 100 K€ d’EBITDA par tête.Ira-t-on alors vers un désengagement de l’emploi (direct) de la part des groupes hôteliers ? S’il est encore trop tôt pour l’affirmer, la perspective n’est plus du domaine de la fiction.

Si vous souhaitez accéder au dossier complet, retrouvez l'ensemble du bilan monde 2016/2017 sur notre store.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?