Accéder au contenu principal

Actualités

OYO se mobilise contre les abus faits aux femmes sur ses réseaux sociaux

Le groupe hôtelier OYO s'est donné pour mission de signaler les abus dont sont victimes les femmes sur ses réseaux sociaux et de rendre les lieux plus sûrs pour leurs clients, en particulier les femmes, hors ligne dans leurs hôtels et en ligne sur leurs plateformes sociales.

OYO indique que "selon un rapport Nielsen, 40 % des femmes indiennes craignent les trolls en ligne lorsqu'elles accèdent à Internet. Selon un autre rapport récent, 55 % des femmes ont déclaré avoir subi des crises de stress, d'anxiété et de panique à la suite d'abus en ligne. Plus de 60 % ont déclaré que cela avait entraîné une perte de confiance en soi, tandis que 56 % ont déclaré qu'elles ne pouvaient pas se concentrer à cause de cela."

Le groupe explique également que "de nombreux activistes et influenceurs sociaux ont fait la lumière à plusieurs reprises sur cette question - les femmes ne se sentent pas en sécurité en ligne. [...] Comme le souligne Mallika Dua, la célèbre influenceuse des médias sociaux, dans un récent article d'Instagram, il n'est pas acceptable que les femmes soient harcelées et traînées dans les médias sociaux. Mais que faire pour y remédier ? Nous lançons des phrases comme "l'ignorance est le bonheur", "chhod na", "oubliez ça", "c'est le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui" et la plus provocante à ce jour - "il n'y a pas grand-chose que nous puissions faire à ce sujet". En fait, nous POUVONS et nous DEVONS."

Ils ont l'année dernière, à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, mobilisé l'ORM, une fonction qui traite habituellement les plaintes des consommateurs, et l'ont transformé en un premier intervenant qui soutient les femmes et corrige les comportements obscènes. Il s'agissait de créer une marque à son niveau le plus simple mais aussi le plus profond.  

Cette campagne a débuté lors de la Journée internationale des droits des femmes et est aujourd'hui une politique d'OYO qui s'attaque désormais à ce problème au quotidien en identifiant les trolls obscènes envers les femmes et en les éduquant par le biais du renforcement positif.

Un an plus tard, le groupe a informé plus de 3500+ trolls qui ont laissé des commentaires obscènes ou désagréables à l'égard des femmes sur leurs plateformes de médias sociaux, notamment Instagram, Facebook et Twitter. L'année dernière, ils ont abordé plus de 3 300 gaalis ou propos injurieux. 

La campagne a donné lieu à plus de 8 500 engagements et certains trolls ont changé d'avis et ont choisi de supprimer leurs commentaires, tandis que plus de 300 trolls se sont également excusés pour leur comportement.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?