Accéder au contenu principal

Enquêtes

Produits alternatifs : deux offres en une et plus si affinités

Hôtels co-brandés, développements à usages multiples, concepts d’hébergements hybrides, tous les moyens sont bons pour séduire une clientèle plus large et assurer un bon remplissage de son hôtel à l’année. De plus, les services se multiplient au sein des complexes, permettant aux clients de séjourner, de se restaurer et de faire des emplettes dans un endroit partagé avec des résidents, des travailleurs ou des simples passants. Les frontières entres les différents produits sont ainsi de moins en moins perceptibles, facilitant leur développement et leur exploitation tout au long de leur cycle de vie.

L’une des tendances observées aujourd’hui sur le marché de l’hébergement touristique est la diversification. Il s’agit d’offrir une gamme élargie de produits et de services sur un même site pour toucher plus de clients aux profils différents.  Du positionnement aux prestations, en passant par l’aménagement des chambres et les infrastructures, qu’elles dépendent d’un même acteur ou non, les modèles d’hébergements se rapprochent géographiquement et conceptuellement. De nouvelles formules de produits, comme les complexes immobiliers à usages multiples et les produits hôteliers hybrides, ont ainsi fait leur apparition sur le marché, offrant de nombreux avantages pour les développeurs comme pour les opérateurs. Ils permettent aux premiers de limiter les risques liés au développement, alors répartis entre les différents acteurs et produits d’un même projet, mais également d’en partager les coûts, qu’il s’agisse de l’immobilier ou de la construction avec la mise en commun de certaines infrastructures. Les dépenses liées à l’exploitation des établissements peuvent également être réparties entre les différents opérateurs, notamment en ce qui concerne le fonctionnement de certains équipements mis en commun. De plus, les frais de communication, de marketing et de commercialisation sont également réduits lorsque les différents produits sont aux mains du même gestionnaire. Au-delà de la gestion et de la construction de ces infrastructures nouvelle génération, le rapprochement des produits permet de s’adresser à des profils plus larges de clients, voire parfois diamétralement opposés, via la commercialisation de produits au positionnement ou à la gamme de prix différents. Un avantage considérable pour ajuster l’offre à la demande l’un marché ou lisser la saisonnalité via mix-clients s’ajustant en fonction des différentes périodes de l’année.Deux hôtels différents sur un même siteNé il y a déjà plusieurs décennies aux Etats-Unis, le concept d’hôtels co-brandés, aussi appelés combo, s’est développé dans les années 2000 et est sorti de son marché d’origine pour se répandre tout autour du globe. Aujourd’hui très présent dans l’industrie hôtelière, il rassemble des établissements de marques différentes dans un même bâtiment et donne le choix aux clients de séjourner dans deux produits distincts. La formule permet ainsi de partager les coûts et les risques liés au développement. Initialement utilisée pour réduire les coûts de l’immobilier, elle est devenue un choix logique sur certains marchés, alors qu’elle ne s’adresse pas uniquement aux groupes possédant plusieurs enseignes dans leur portefeuille, mais également aux chaînes à marque unique et désireuses de s’associer à d’autres opérateurs pour proposer un produit plus original. Pour que le modèle fonctionne, les offres des deux marques doivent néanmoins être complémentaires et ne pas jouer sur le même segment de marché pour ne pas se faire concurrence. Les établissements concernés ne doivent pas être positionnés sur la même gamme de prix ou ne pas proposer des expériences similaires à leurs clients, sauf si elles s’adressent à des profils différents de clients. Plusieurs offres se sont ainsi développées, mixant par exemple un établissement dédié aux longs-séjours et un hôtel adapté à des déplacements plus courts, un hôtel économique et un milieu de gamme ou encore un produit pour les familles et l’autre adressé aux voyageurs d’affaires. Quel que soit le cas de figure, la coopération entre les deux unités concerne généralement le développement immobilier et quelques structures techniques mises en commun. La formule est davantage adaptée aux nouvelles constructions, mais peut également convenir aux conversions d’établissements existants. Les créations d’hôtels permettent en effet aux combos d’être pris en considération dès le début du développement et de placer immédiatement les parties communes, comme le parking ou les infrastructures sportives, de la manière la plus appropriée pour chaque enseigne.  Dans le cas de conversion d’immeuble, le modèle peut par exemple s’avérer pratique afin de diviser l’offre de bâtiments devenus trop grands pour atteindre un taux de remplissage satisfaisant en ne proposant qu’une seule gamme de prix. Avoir deux marques réunies sur un même site permet en effet de toucher plus d’un segment de clientèle et d’optimiser la pénétration du marché comme les économies d’échelle en termes de gestion et de coûts. Les exemples de développements conjoints de deux enseignes différentes appartements au réseau d’un même groupe sont plus fréquents, alors qu’ils permettent de simplifier la commercialisation, le marketing et la communication des établissements. Les deux produits ont souvent un propriétaire unique et un gestionnaire commun, notamment lorsqu’il s’agit de développements en franchise.  C’est le cas du récent complexe qui a vu le jour dans la ville de Denver, aux Etats-Unis, et qui rassemble les hôtels Hampton Inn & Suites Denver Downtown Convention Center et Homewood Suites by Hilton. Propriété de 550 15th Owner, LLC et gérés par Stonebridge Companies, les deux établissements sont positionnés sur une gamme de prix différente, le premier s’adressant plutôt aux budgets serrés et le deuxième étant davantage haut de gamme et tourné vers le long séjour. Cette ouverture porte à 12 le nombre d’hôtels co-brandés présent dans le portefeuille d’Hilton Worldwide en Amérique du Nord, dont 11 disposent d’un hôtel Homewood Suites by Hilton. Plus récemment, Starwood Hotels & Resorts a dévoilé les plans de son nouveau combo, situé dans le quartier Tobacco Dock de l’Est londonien, au Royaume Uni. Le complexe devrait voir le jour en 2017 et rassembler deux établissements positionnés sur une gamme de prix similaire, mais avec des concepts diamétralement différents. Il regroupe en effet un hôtel Element by Westin (77 chambres), imaginé autour du bien-être et du développement durable, et un Aloft (251 chambres), qui propose une expérience lifestyle.
Le groupe Carlson Rezidor a, quant à lui, implanté le concept des établissements co-brandés en Europe du Nord en avril 2014. Il a en effet développé un tel complexe dans la capitale norvégienne, associant ses deux marques sur un même site, avec les hôtels Radisson Blu Hotel Oslo Alna et Park Inn by Radisson Hotel & Conference Center Oslo Alna. Les deux produits disposent d’un total de 348 chambres, dont 142 pour le Radisson Blu et 206 pour le Park Inn by Radisson, et partagent plusieurs espaces communs, dont un bar, un restaurant, et 2000 mètres carrés d’espaces pour l’organisation de réunions et de conférences jusqu’à 800 personnes.
Pour le développement d’hôtels co-brandés, les groupes hôteliers peuvent également décider de s’associer à un acteur différent, disposant d’un produit complémentaire au leur. La pratique est davantage répandue auprès des groupes mono-marque, comme le Français B&B Hôtels. Ce dernier a par exemple noué un partenariat avec Marriott International pour la construction d’un combo il y a quelques années. C’est ainsi qu’est né le complexe hôtelier Saint-Denis Pleyel, qui rassemble un Courtyard by Marriott de 150 chambres et un B&B de 135 chambres, avec un parking commun en sous-sol. Le projet a été développé en VEFA avec Bouygues Immobilier. Après de premières expériences réussies, le groupe B&B Hôtels ne cache pas sa volonté de trouver de nouveaux partenaires pour se relancer dans une aventure similaire. Imaginé pour regrouper deux produits sur un même site, le modèle des hôtels co-brandés séduit de plus en plus de développeurs et d’investisseurs à l’international, pour son efficacité en termes de retour sur investissement. Le phénomène a d’ailleurs pris de l’ampleur avec la sortie de terre de complexes pharaoniques, pouvant regrouper jusqu’à cinq hôtels de marques différentes sur un même site. On retrouve souvent ce type de projets au Moyen-Orient et plus particulièrement dans les Emirats Arabes Unis. A Dubaï par exemple le Habtoor Palace Complex devrait ouvrir ses portes au cours de l’année 2015 avec trois hôtels de luxe sous enseignes Starwood : un Westin de 966 chambres, un St Regis de 241 chambres et un W Hotel de 384 chambres. 1,4 milliard de dollars d’investissements auront été nécessaires à la création de ce complexe de près d’un millions de mètres carrés. Au total, le dernier mega-projet du groupe Habtoor disposera de plus de 1600 chambres, 1600 mètres carrés d’espaces de banquets et réceptions. Pour alimenter les besoins du nombre important de clients dans ces ensembles, les complexes se sont ouverts à d’autres métiers. Les développements à usages multiples prennent de l’ampleur à l’internationalAu-delà des simples établissements co-brandés, les promoteurs et investisseurs étendent aujourd’hui le modèle aux autres secteurs que celui de l’industrie hôtelière et mélangent les activités. Il est désormais courant de trouver des bâtiments composés à la fois d’hôtels, de bureaux, de commerces, d’équipements de loisirs, ou encore d’espaces résidentiels, et dont l’ensemble des activités partagent certaines infrastructures comme un parking souterrain. Cette mixité en termes d’utilisations permet aux complexes mixed-use de fonctionner harmonieusement, tant au niveau de l’optimisation des espaces que de leurs usages selon les différents moments de la journée, de la semaine ou encore de l’année. En rassemblant plusieurs utilités, un même bâtiment ne sera par exemple pas déserté la nuit ou le weekend, dès la fermeture des bureaux, grâce à la présence de commerces, de bars, de restaurants ou d’hébergements résidentiels comme marchands. Au cours de la dernière décennie, plusieurs complexes de ce nouveau genre sont sortis de terre à travers le monde et de nouveaux projets continuent d’être annoncés. Ainsi, Paris a dévoilé dernièrement la nouvelle version de son projet de Tour Triangle. Elle devrait accueillir en son sein un hôtel quatre étoiles de 120 chambres, doté d’un bar et d’un restaurant gastronomique, un centre de conférences de 1 400 mètres carrés, un espace culturel de 550 mètres carrés et de 2 240 autres mètres carrées d’espaces de co-working pour accueillir des start-up. Au côté de ces installations, se trouveront également des bureaux, une crèche, une maison de santé, un belvédère, un atrium et un restaurant panoramique. Alors qu’il a été approuvé le 30 juin 2015, le projet devrait voir le jour au cours des prochaines années, culminant à 180 mètres de hauteur au dessus du Parc des Expositions de la Porte de Versailles. Paris n’est cependant pas la seule capitale à donner naissance à de tels projets, alors que Londres a inauguré en 2012 sa propre tour à l’aspect triangulaire, baptisée The Shard. Parmi d’autres équipements, elle accueille depuis 2013 un hôtel de luxe de 202 chambres, opéré par le groupe asiatique Shangri-La. L’association des hôtels co-brandés et des développements à usages multiples donne parfois naissance à des ensembles démesurés, comparables à de petites villes. Ils sont pour la plupart le résultat de l’imagination sans limite des développeurs et investisseurs originaires du Moyen-Orient, et notamment des Emirats Arabes Unis. La ville sainte de La Mecque, en Arabie Saoudite, s’apprête par exemple à accueillir ses pèlerins dans le plus grand hôtel du monde. Le complexe de douze tours de 45 étages a été imaginé par la société d’ingénierie et d’architecture libanaise Dar Al-Handasah, à l’origine de l’aéroport de Dubaï, et devrait voir le jour au cours de l’année 2017. Il disposera de pas moins de 10 000 chambres, 70 restaurants, de quatre héliports, d’un centre commercial, d’une gare routière, d’un centre de conférences, d’une salle de bal, mais également d’un espace à l’usage exclusif de la famille royale saoudienne. Le coût de cette construction, surnommée le « Las Vegas de La Mecque », a été estimé à près de 3,5 milliards de dollars, financés par le gouvernement saoudien. Dubaï ne serait pas à la hauteur de sa réputation en termes de démesure sans un établissement du genre dans son pipeline. Emaar Properties et Dubai Holding ont ainsi imaginé un nouveau complexe immobilier de grande ampleur, baptisé le « Mohamed Bin Rashid City » en l’honneur du Sheik à la tête de l’Emirat. Il sera divisé en quatre zones différentes, dont: un espace dédié aux loisirs et développé en partenariat avec Universal Studios ; le Dubai Mall, soit le plus grand centre commercial au monde disposant d’un parc plus vaste que le Hyde Park de Londres ; le plus grand regroupement de galeries d’art présent dans la zone Moyen-Orient ; ainsi qu’un espace entièrement dédié aux entreprises. Mais l’une des particularités les plus spectaculaires du complexe de 5 kilomètres carrés sera surement la présence d’une centaine d’hôtels sur le site. Forts de toutes ces infrastructures, il devrait accueillir six millions de visiteurs par an. Si les grands ensemble de ce genre sont de plus en plus fréquents dans le monde, il n’est cependant pas nécessaire de construire grand pour faire mixte. Quand deux produits d’hébergement différents se partagent la même enseigneAlors que le développement d’hôtels co-brandés et de complexes à usages multiples constitue déjà un premier pas vers la mixité des produits, le phénomène prend aujourd’hui plus d’ampleur avec l’hybridation des hébergements touristiques. La tendance consiste à emprunter les caractéristiques des autres modèles existants et les ajouter à son offre, afin de se différencier sur le marché et de proposer une expérience différente et mieux adaptée aux attentes des clients. Plusieurs exemples ont d’ores et déjà fait leur apparition sur le marché de l’hébergement marchand ces dernières années, lorsque les hôtels se sont mis à proposer des kitchenettes similaires à celles que l’on retrouve dans les résidences de tourisme ou à proposer des activités et animations identiques à celles des villages vacances ; quand les campings ont décidé de proposer des hébergements en dur, proches des codes de l’hôtellerie ; alors que les gîtes ruraux ont assoupli leur période de réservation pour se positionner sur le marché des courts-séjours, à l’images des résidences de tourisme qui, quant à elles, sont plus proches des zones urbaines. Enfin, le développement du time-share a rapproché les formules de résidence secondaire et de location de vacances, avant qu’Airbnb ne vienne révolutionner le marché.  Les frontières entre les différents produits de l’industrie sont de moins en moins perceptibles, donnant parfois naissance à de nouveaux concepts destinés aux nouvelles générations de clients et leurs attentes aussi spécifiques et diversifiées.  Des hôtels-résidencesL’une des pratiques très répandues aujourd’hui sur le marché hôtelier international consiste à mélanger les chambres d’hôtels et les résidences pour couvrir une demande plus large.  Le groupe Starwood Hotels & Resorts vient par exemple d’annoncer le développement d’un nouvel établissement aux Philippines, le Sheraton Mactan Resort, qui sera doté de 250 chambres d’ici l’année 2019 et de 182 résidences, prévues pour 2020. Le concept permet de proposer une expérience plus intimiste et libre aux clients, qui pourront néanmoins profiter de tous les services hôteliers disponibles dans la propriété. Devant le succès de la formule, certains opérateurs ont d’ailleurs pris le parti d’en faire une réelle ligne de produits, comme Preferred Hotels & Resorts. « Preferred Residences est né en 2007 d’une alliance stratégique passée avec Interval International pour la création d’une marque rassemblant des resorts de luxe à la propriété partagée, des résidences privées en clubs et des hôtels condominiums. La première expansion de cette enseigne est intervenue en 2012 avec l’introduction de Preferred Services Residences, une collection d’établissements de luxe dédiés aux longs séjours qui rassemblent le style et le service d’un hôtel urbain avec l’espace et le confort d’une résidence personnelle. Plus récemment, en janvier 2015, nous avons développé un peu plus Preferred Residences après avoir réalisé qu’un certain nombre des hôtels membres de Preferred Hotel & Resorts disposaient d’unités résidentielles au sein même de leur établissement, et que nous avions donc une opportunité de mettre cette offre de niche en avant et de générer des réservations. En créant la nouvelle plateforme PreferredResidences.com, nous avons positionné Preferred Residences comme la solution rassemblant le « meilleur des deux mondes » afin de répondre à la demande croissante des voyageurs de luxe pour un hébergement privé qui offre un confort et un service digne d’un hôtel cinq étoiles », explique Philipp Weghmann, vice-président exécutif de Preferred Hotels & Resorts pour l’Europe. La direction du réseau volontaire haut de gamme a ainsi sélectionné une vingtaine de propriétés membre des collections Preferred Hotels & Resorts et Preferred Boutique dotées de tels hébergements pour offrir des séjours en parfaite autonomie à  ses clients avec un accès à des prestations dignes d’un hôtel de luxe, comme un service de conciergerie individualisé, une piscine privative, des voitures en libre accès, ou encore la priorité sur les infrastructures communes. Elle s’adresse à divers profils de clients, allant des familles désireuses d’expériences intimes « comme à la maison » mais loin de chez eux, aux groupes d’amis à la recherche d’espaces partagés pour une escapade annuelle, mais également les cadres cherchant à faire bonne impression pour d’importantes réunions d’affaires ou lors de séjours prolongés pour une affectation à l’étranger. Pour le vice-président du réseau, « Les baby-boomers et la croissance des voyages multi-générationnels ont, dans une certaine mesure, alimenté la demande accrue pour une offre de résidences privées de luxe. Mais, cette tendance du marché est également liée à la réussite du modèle AirBnB et à la concurrence que représente la plateforme. Elle a influencé les groupes hôteliers opérant dans le secteur du luxe, comme Preferred Hotels & Resorts, à diversifier leur gamme de produits et à élargir leur inventaire, tout en maintenant la qualité d’offre et de services qui leur permet de se distinguer ». Actuellement, le portefeuille Preferred Residences comprend des résidences de service dans les principales villes à travers les Etats-Unis, la Colombie, Singapour, la France, le Ghana, le Mexique et l’Espagne.Les hostel, à mi chemin entre l’hôtel et l’auberge de jeunesseMais l’hybridation des produits ne concerne pas uniquement l’hôtellerie haut de gamme et s’adapte également aux autres segments, comme l’économique où elle tend à se développer. La tendance correspond notamment à la montée en gamme des auberges de jeunesse, dont certaines prestations se rapprochent de plus en plus de l’hôtellerie, voire même des boutiques hôtels avec un  certain goût pour le design et une attention particulière portée aux espaces communs. Les acteurs adeptes de ce nouveau modèle se regroupent sous l’appellation « hostel » pour se différencier des auberges de jeunesse traditionnelle.  Parmi eux, Generator a ouvert en février 2015 le plus grand hostel de Paris (920 lits) dans le 10e arrondissement, sa 10e adresse européenne. Pour séduire différents types de clients, l’établissement est équipé de 198 chambres de deux, quatre, six ou huit personnes, dont certaines n’ont rien à envier à l’hôtellerie traditionnelle avec leurs salles de bains privatives et leurs terrasses sur les toits parisiens. De plus, pour répondre à la demande des nouvelles générations de voyageurs, l’opérateur accorde une attention particulière au design et au confort, notamment dans ses vastes espaces communs favorables aux rencontres (bar, restaurant, jardin, rooftop). « Nous avons cherché à suivre la piste des compagnies aériennes low-cost en partant d’une feuille blanche pour y écrire ce que nous cherchions à atteindre. Cela étant dit, nous avons pris notre inspiration dans deux domaines  : de la convivialité partagée des routards et du design contemporain des hôtels. La difficulté a été de trouver le bon équilibre entre les deux », a expliqué Carl Michel, président exécutif de Generator dans un entretien accordé à Hospitality ON. De son côté, l’Allemand Meininger souhaite accueillir une clientèle à la fois jeune et business grâce à son concept d’hébergement hybride à mi-chemin entre les auberges de jeunesse et l’hôtellerie d’affaires. Entrant difficilement dans les cases habituelles de classification hôtelière, il comprend des chambres individuelles et d’autres collectives (pouvant accueillir jusqu’à huit personnes), avec une petite restauration et de grands espaces publics. La chaîne, qui dispose d’un réseau de 2 100 chambres et 7 000 lits dans 16 établissements en Europe (neuf en Allemagne, un à Amsterdam, Bruxelles, Londres, Salzbourg et Vienne), est ainsi en mesure d’accueillir quatre types de clientèles complémentaires : les groupes scolaires et étudiants (qui représentent 50% de l’activité), les familles en déplacement, les groupes d’amis, et les hommes d’affaires (qui peuvent atteindre 20% des clients dans certaines destinations, en période de salons). « Nos chambres sont donc très flexibles. Elles répondent aux standards d’une classification trois étoiles avec télévision, Wifi gratuit, bureau et kitchenette. Leur adaptabilité et leur surface (26 mètres carrés) nous permettent de les aménager pour six personnes en semaine (groupes scolaires) et pour quatre le weekend (famille). Dans nos hôtels situés aux abords des aéroports, nous avons en général une clientèle plus d’affaires, donc nous aménageons moins de lits dans les chambres. En termes d’infrastructures communes, il n’y a pas de restaurant, mais un espace lounge où il est possible de prendre son petit-déjeuner », expliquait Eric van Dijk, COO de Meininger Hotels à l’occasion du Global Lodging Forum 2015. Fort de son concept, Meininger s’apprête à ouvrir un nouvel établissement à Paris, où un premier appel d’offre a été gagné sur un terrain de la Porte de Vincennes pour la construction d’une structure de 200 chambres à l’horizon 2018. Le groupe a par ailleurs signé un accord avec la Foncière des Murs pour accompagner son développement en Europe. Né en Europe, le concept d’hôtel/hostel a récemment traversé l’Atlantique. Aux Etats-Unis, une chaîne dénommée Freehand développe ses propres établissements hybrides, qu’elle définit à cheval entre les auberges de jeunesse et les hôtels. Deux propriétés ont ainsi ouvert leurs portes dans les villes de Chicago et Miami, proposant aussi bien des dortoirs que des chambres privatives et des suites. Le jeune groupe devrait prochainement se doter d’une nouvelle adresse à Los Angeles, en accord avec les attentes des nouvelles générations de voyageurs. L’hôtellerie s’ouvre aux résidences étudiantesL’hybridation des produits d’hébergement va, elle aussi, au-delà de l’industrie hôtelière et du tourisme en général. Si les jeunes générations sont les principales cibles des nouveaux concepts apparus sur le marché récemment, certains acteurs vont jusqu’à proposer des logements aux étudiants tout au long de l’année. Le groupe Pichet, spécialiste des résidences de tourisme, vient par exemple de poser la première pierre d’un établissement particulier à Choisy-le-Roi, rassemblant une résidence de tourisme et une résidence étudiante. Le complexe actuellement en construction disposera d’un All Suite Hotel de 151 chambres et suites (dans des appartements équipés d’espaces cuisine, de travail et avec accès à une laverie) et d’un All Suite Study de 101 logements meublés et équipés. Le premier est adapté à l’accueil d’une clientèle touristique et professionnelle voyageant sur des durées de séjour allant d’une nuit à plusieurs semaines, et le second est destiné à l’hébergement étudiant. Il proposera des locations à l’année ou sur des périodes plus courtes (correspondant à des stages) et partagera un parking et un restaurant avec l’établissement hôtelier, positionné sur le segment trois étoiles. Avec ce complexe, le groupe Pichet proposera ainsi 430 lits à des clientèles très différentes, limitant les problèmes liés à la saisonnalité des produits. Positionné sur le même segment, un nouvel acteur du secteur a remporté le trophée de la Meilleure Innovation Hotel dans la catégorie Initiative Individuelle lors de la dernière édition des Worldwide Hospitality Awards. Il s’agit de The Student Hotel avec son modèle d’hébergement à mi-chemin entre les hôtels boutiques, les auberges de jeunesse et les logements étudiants. « Avec notre produit, nous ciblons trois types de clientèle : les étudiants à qui nous proposons des contrats de location de cinq, dix ou douze mois ; les travailleurs diplômés qui se déplacent pour des stages ou des conférences de quelques semaines (comme les professeurs, les intervenants…) ; les proches (famille et amis) des étudiants qui viennent généralement pour des courts séjours ; ainsi que les jeunes voyageurs, pour qui nous transformons l’établissements en hôtel lors de la saison estivale », explique Charlie MacGregor, CEO et fondateur de The Student Hotel. Avec ce concept d’hébergement véritablement hybride, le dirigeant ne se retrouve pas confronté à la saisonnalité des produits et s’assure un remplissage tout au long de l’année : « Avec ce concept hybride, je ne suis pas inquiet en période de vacances. Qui plus est, nous choisissons nos emplacements de manière spécifique pour nous assurer qu’il y ait sans cesse du passage dans les établissements ». Son offre gratuite de Wifi et ses espaces communs accueillants, permettent à The Student Hotels de surfer également sur les codes de l’hôtellerie pour satisfaire ses clients. Actuellement, la chaîne dispose d’un portefeuille de 2 000 chambres en opération et d’un pipeline de 2 000 unités supplémentaires qui devraient voir le jour prochainement.  A plus long terme, le réseau s’est donné pour objectif d’atteindre les 10 000 chambres ouvertes d’ici la fin de l’année 2020. Entre appartement, résidence et hôtelAllant plus loin dans le concept de produit hybride, Zoku (qui signifie «tribu » ou « clan » en japonais) tient à la fois du loft, de l’appartement en résidence et de l’hôtel, sans pour autant être l’un ou l’autre. Pour s’adresser à une clientèle nomade, Hans Meyer, le fondateur et directeur de Zoku, a travaillé sur l’aménagement des volumes et la transformation de l’espace selon les heures du jour et de la nuit, afin d’offrir une vision différente de l’hébergement marchand. Il a ainsi souhaité rassembler design révolutionnaire, intérieur aménageable, intelligence des espaces, et souplesse d’utilisation pour apporter une nouvelle expérience aux clients. Se voulant volontairement hybride, le produit a puisé son inspiration dans chacune des formules citées ci-dessus pour faciliter son usage aussi bien aux travailleurs, qu’aux familles, aux groupes, ou encore aux collègues. Il promet un usage optimum des espaces 24h/24 selon les besoins et sur une durée de plusieurs jours. Associé à Marc Jongerius, Hans Meyer a les mêmes ambitions qui ont animé les débuts de CitizenM. Un premier établissement de 133 «lofts» et 500 m² d’espaces pour la convivialité va ouvrir à Amsterdam dès l’automne prochain et des espaces ont d’ores et déjà été identifiés à Londres et à Paris pour le développement d’autres établissements.Combo, mixed-use, hybrides, les frontières entre les différents produits d’hébergements marchands tendent à s’estomper au fil des années. Ces concepts séduisent de plus en plus d’investisseurs, de développeurs et d’opérateurs désireux d’optimiser leurs risques et leurs couts en répondant à une demande plus vaste. L’objectif est notamment de séduire les nouvelles générations de clients, qui sont davantage attirées par un concept et une expérience que par une marque ou un classement.

 

Vous aimerez aussi :

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?