Accéder au contenu principal

Opérations

Monte-Carlo : Joyau de la Riviera

Capitale du glamour et de l’opulence avec ses yachts hors de prix, son Grand Prix et bien sûr ses hôtels de luxe somptueux, le visage de Monte-Carlo a bien changé. Avec l’ouverture du Grimaldi Forum et la volonté de favoriser l’accès à une clientèle plus diversifiée et familiale, le Rocher, du haut de ses 700 ans d’existence, fondé par la famille Grimaldi, cherche à s’octroyer une part prépondérante en tourisme d’affaires et de loisirs.

Monte-Carlo a su compenser son manque de terrain en optimisant ses richesses. Créé en 1866, ce quartier de Monaco, baptisé en l’honneur du Prince Charles III s’étend sur 3 km seulement. Difficile de trouver ailleurs en Europe une telle concentration de belles voitures, de propriétés et de complexes de luxe au m2. La ville compte en tout et pour tout 3 000 citoyens nationaux et ce presqu’entièrement aux industries de service.Depuis maintenant quelques années, l’augmentation et la rénovation de l’offre hôtelière monégasque sont considérables, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le taux d’occupation est largement supérieur par rapport l’année précédente et ceci est vrai pour chaque mois de l’année. Le mois de mai, grâce à des événements planétaires tels que le GP de Monaco, le Festival de Cannes, ou encore les vacances estivales enregistrent les meilleurs chiffres en terme de RevPAR. Les taux d’occupation pour les mois d’été restent supérieurs aux 80 %, avec un pic pour le mois d’août à plus de 88,5%. L’année 2007 s’est achevée sur une note encore plus que positive avec une augmentation en termes de RevPAR de 21%. Compte tenu des chiffres annoncés pour 2007, la Principauté semble, pour 2008, auguré des tendances similaires. Il faut croire que la nouvelle stratégie touristique fonctionne plutôt bien.Destination par excellence de la clientèle aisée, propriétaires de yachts, vacanciers en escale et des voisins français et italiens, c’est en tout plus de 300 000 visiteurs en villégiature chaque année qui obligent la cité princière à garder la cadence soutenue imposée par cette industrie.Face à la diminution progressive de ses ressources naturelles, la Société des Bains de Mer, une entreprise publique créée par le Prince Charles III en 1863, a dû assurer une base économique solide et viable en faisant de la ville une destination phare du tourisme et de l’industrie du jeu. Cette aventure extraordinaire commence avec quelques hôtels, un théâtre, un casino et a ainsi posé les jalons de l’identité même de Monte-Carlo. La société, détenue majoritairement par la famille Grimaldi, compte à ce jour 2 palaces, 2 hôtels 4*, 5 casinos, 31 restaurants et bars, 4 spas, 1 opéra cabaret, plusieurs boîtes de nuit et une soixantaine de salles de congrès et de réception.Ce n’est donc pas un hasard si au fil du temps Monte-Carlo s’est imposé comme un paradis pour stars et grosses fortunes dépensant sans compter. Pourtant, la dérégulation des jeux dans certaines villes européennes a changé la donne. La Principauté a dû une nouvelle fois trouver d’autres moyens d’attirer la clientèle. Avec 300 jours de soleil par an et une situation idéale au bord de la mer Méditerranée, le choix évident s’est porté vers la création de lieux consacrés au bien-être des stars, tout en ayant un regard attentif sur les changements du marché en évolution constante.L’une des principales difficultés pour élaborer un plan marketing pour une ville comme Monte- Carlo est l’espace restreint et non extensible de son territoire. Mais si on considère la croissance dans les deux segments majeurs du tourisme d’affaires et de loisirs, on doit convenir que Michel Bouquier, le directeur général de l’Office national du tourisme de Monaco, a été convaincant avec les clients quand il leur affirme : “Vous voulez une destination, nous vous donnons un pays”.La réputation de Monte-Carlo n’est plus à faire quant à son cadre touristique idéal mais les récents investissements pour créer un véritable pôle du tourisme d’affaires ont été également très efficaces. Au cours des deux prochaines années, le “Meilleur centre de congrès au monde en dehors de la Grande-Bretagne”, le Grimaldi Forum, accueillera de nouveaux évènements professionnels comme le Global Asset (sur l’asset management international), organisé en 2008 par Reed Midem, le congrès de l’Association française des tunnels, qui devrait attirer 1 200 participants, et deux congrès scientifiques fin 2009, avec plus de 5 000 participants attendus.La vigilance de la Société des Bains de mer est toujours en éveil pour exploiter de nouveaux filons touristiques. Des hôtels comme l’Hotel de Paris et l’Hermitage sont des escales fréquentes pour les jet-setters. Sans oublier le marché florissant de la clientèle d’affaires et l’importance grandissante du tourisme familial comme en atteste le dernier né du parc de la Société, le Monte Carlo Bay Hotel & Resort. Ce 4* a été construit sur la péninsule du Larvotto, face à Roquebrune Cap-Martin et au complexe du Monte-Carlo Beach. Ouvert depuis 2005, le Bay Resort, avec des équipements modernes adaptés aux rencontres professionnelles, aux divertissements de toute la famille et aux fans des spas de luxe, s’est tout de suite positionné dans la catégorie 4 étoiles, avec un tarif moyen par chambre assez nettement inférieur aux autres établissements de la SBM pour le rendre plus accessible. Le Monte-Carlo Bay, grâce à la diversité de son offre et la qualité de ses services, est fait pour répondre aux attentes d’une clientèle plus diversifiée.Pour répondre à la recherche du “package” idéal, pratiquement tous les établissements de Monte-Carlo possèdent un spa avec une gamme de soins la plus large possible. Les soins sont devenus l’un des critères majeurs pour le choix d’un hôtel. Il ne suffit plus d’avoir un spa, il faut proposer les programmes de remise en forme adéquats. Entre les légendaires Thermes Marins de Monte-Carlo, les soins pour traiter le décalage horaire au Columbus ou les massages ayurvédiques mondialement connus du ESPA Métropole, la clé de la réussite est dans la personnalisation des programmes. Ceci est encore plus vrai pour le traitement ayurvédique qui se focalise traditionnellement sur les expériences personnelles qui caractérisent l’individu. “Nos thérapeutes sont spécialement formés pour orienter notre clientèle vers les traitement les plus adaptés à leurs souhaits”, déclare Brigitte Chevillotte, directrice du Métropole ESPA. “L’idée est de comprendre chaque individu afin de lui proposer le meilleur programme de remise en forme. Comme ça, le programme dans sa spécificité devient une expérience personnelle qui satisfait pleinement le client”. La formation pour devenir thérapeute au ESPA n’inclue pas uniquement les connaissances en matière technique mais également des notions de philosophie et un entraînement thérapeutique approfondi.Le train de vie fastueux n’est pas la seule tradition à Monte Carlo, il n’y a qu’à prononcer le mot Grand Prix, événement incontournable de la principauté, pour soulever la passion qui lie la ville et l’automobile. Elle a débuté avec la première édition du Rallye de Monaco en 1911 et la formation de l’Automobile club de Monaco en 1925. Le premier Grand Prix de l’histoire est organisé en 1929. Avec près de 80 ans d’existence, le Grand Prix de Monaco représente l’apothéose de la saison automobile avec ses 78 tours en plein coeur de la cité monégasque. Même ceux qui n’y ont jamais mis les pieds en connaissent chaque virage. On peut voir, aux terrasses des hôtels luxueux, des spectateurs passionnés en train de siroter leurs cocktails tout en suivant Alonso et Raïkkonen au coude à coude sur le circuit. Il est difficile de ne pas associer la renommée du GP de Monaco avec l’un de ses résidents les plus connus, David Coulthard. Son succès sur les circuits de Grand Prix du monde entier au volant de sa Formule 1 se projette sur sa nouvelle vocation d’hôtelier. Le Colombus Monaco cumule les atouts d’un hôtel glamour et des prix plutôt attrayants dans un cadre discret de l’autre côté du Rocher. Le partenariat de David avec son compatriote entrepreneur Ken McCulloch s’est révélé être un franc succès. Ils ont trouvé la réponse à l’attente d’une clientèle à la recherche d’intimité dans un cadre luxueux et contemporain sans avoir à payer des sommes exorbitantes. Depuis son ouverture en 2001, le style affiché dans cet hôtel se résume parfaitement dans son accroche : “Life style, love style”.Le succès du lieu n’est pourtant pas monté à la tête de son general manager et directeur régional pour la marque, Frederik Aspegren. Depuis trois ans, il est constamment en train d’innover pour surprendre une clientèle toujours plus nombreuse. Assurer la promotion de Monte-Carlo et attirer une clientèle toujours plus diverse et exigeante, passe par un renouvellement permanent de l’offre et pas nécessairement par la baisse des tarifs pratiqués. La dernière fierté d’Aspegren est son programme “New Columbus Après Ski”. “Il permet à notre clientèle de rester dans nos murs tout en passant la journée sur les pistes de Courchevel. Depuis l’héliport, nos clients peuvent louer les services d’un instructeur pour la journée et revenir à Monaco pour profiter du confort et services de notre établissement et de l’ambiance monégasque la nuit tombée”. Les 181 chambres de luxe seront rénovées en 2008 afin d’être équipées avec les dernières innovations technologiques. Lorsqu’on interroge Frederick Aspergen sur David Coulthard, il réponde : “David est un homme fort sympathique et comme la majorité de notre clientèle il aime la discrétion”.Le projet le plus ambitieux à ce jour dans la principauté est sans conteste la rénovation engagée au Fairmont Monte-Carlo pour un budget de 43 millions d’euros investis pour la rénovation. Inauguré par la princesse Grace, alors sous la gestion de Loews jusqu’à la fin des années 1990, il est devenu le Monte-Carlo Grand Hotel. Propriété de Fairmont associé à KHI et Cedar Capital depuis deux ans, il est en passe de devenir l’étendard européen de la marque. La rénovation est saluée de manière très positive par la clientèle locale et internationale. Directeur général et vice-président régional de Fairmont, Xavier Rugeroni explique : “dans les deux années à venir, nous espérons terminer la rénovation de toutes les chambres, et d’ici la fin 2009 la totalité du 7e étage sera entièrement repensé, avec la salle de gym ; la piscine et un spa de 900 m2. Il sera à l’image de Fairmont qui se soucie particulièrement des économies d’énergie”. Il était temps que cette institution hôtelière monégasque fasse peau neuve, située idéalement au légendaire virage en épingle à cheveu du Grand Prix, plus connu sous le nom de Loew’s Hairpin. Xavier Rugieroni voudrait bien l’association au virage mythique bénéficie à l’enseigne Fairmont, en ajoutant : “C’est déjà fait. Jetez un coup d’oeil au dessin du F de Fairmont, vous verrez que ce virage est fait pour nous. Quand la terrasse sera remplie de fans, il sera difficile de dire le contraire”.Nouveau venu en Principauté, le Novotel Monte Carlo 3* incarne parfaitement la nouvelle image de marque de l’enseigne. Ouvert à peine depuis quelques mois, ce nouvel établissement est au coeur du centre ville à proximité de la gare, du Casino, du Grimaldi Forum, des magasins et de la plage. Tout ce dont pouvait rêver une clientèle de touristes ou d’hommes d’affaires alliant confort et gamme de prix beaucoup moins extravagants que ses établissements voisins. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour se rendre compte de l’impact bénéfique de cet établissement sur toute la destination. A la fin 2007, l’occupation moyenne de l’ensemble du parc hôtelier est en hausse de 8%.Depuis maintenant quelques années, l’augmentation et la rénovation de l’offre hôtelière monégasque sont considérables, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le taux d’occupation est largement supérieur par rapport l’année précédente et ceci est vrai pour chaque mois de l’année. Le mois de mai, grâce à des événements planétaires tels que le GP de Monaco, le Festival de Cannes, ou encore les vacances estivales enregistrent les meilleurs chiffres en terme de RevPAR. Les taux d’occupation pour les mois d’été restent supérieurs aux 80 %, avec un pic pour le mois d’août à plus de 88,5%. L’année 2007 s’est achevée sur une note encore plus que positive avec une augmentation en termes de RevPAR de 21%. Compte tenu des chiffres annoncés pour 2007, la Principauté semble, pour 2008, auguré des tendances similaires. Il faut croire que la nouvelle stratégie touristique fonctionne plutôt bien.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés.

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?