Accéder au contenu principal

Destinations

Vers de nouvelles habitudes de déplacements et de séjour ?

A l’heure de l’ouverture à la concurrence des rails européens, les carte sont redistribuées pour la SNCF qui cherche des ouvertures pour compenser les parts de marché qu’elle devra céder à ses concurrents.

La crise liée à la pandémie de Covid 19 est également passée par là, changeant les pratiques des travailleurs qui souhaitent adopter un rythme de vie différent. L’avènement du télétravail et le besoin d’espace nés de mois de confinement, est une tendance marquante de ces derniers mois. De nombreux franciliens sont désormais prêts à s’éloigner de Paris, qui concentre un grand nombre d’emplois, pour chercher une nouvelle qualité de vie.

Cette tendance a conduit la SNCF à développer son offre à destination des « navetteurs » ces actifs qui travaillent en métropole parisienne et vivent en région. La rapidité du trajet en train combinée à plusieurs jours de télétravail par semaine, ont laissé l’espace nécessaire au développement d’une offre de trajet pendulaire plus développée.

Est-ce une opportunité pour les hôteliers ?

La clientèle affaire est encore timide dans les établissements hôteliers comme le montre le suivi des performances en semaine selon les données MKG_Destination.

Evolution Prix Moyen Hôtels MKG Destination

 

Comment les hôteliers peuvent-ils s’emparer de cette clientèle de navetteurs qui peut avoir la nécessité de regrouper ses déplacements, de réaliser ses rendez-vous ailleurs qu’au bureau, de rester une nuit sur place pour gagner du temps ? Les offres de co-working au sein des établissements fleurissent tout comme la possibilité de séjourner différemment comme la location de chambres équipées pour travailler en journée.

Des actifs et des foyers de plus en plus mobiles

Partir en vacances avec sa famille et travailler une partie du temps, déménager pendant plusieurs mois et télétravailler à 100% pendant cette période, ou encore travailler pendant son trajet sont des pratiques qui se démocratisent. Si elles ne touchent pas encore la majorité de la population, les conditions pour répondre à cette demande sont de plus en plus propices. Pour les établissements touristiques c’est un moyen d’obtenir de l’occupation en basse saison avec des séjours plus longs. Certaines stations de ski, comme Avoriaz par exemple, ont créé des offres promotionnelles avec les hébergeurs pour offrir un cadre de travail au vert. Des groupes comme le Club Med se positionnent sur le workation offrant à leurs clients des espaces de travails adaptés leur permettant d’assurer leurs missions en profitant de leur famille sur site.

Une technologie qui évolue

Côté transport, l’offre se développe également avec des adaptations commerciales d’une part mais également des évolutions technologiques qui rendront les transports plus rapides, moins impactant d’un point de vue carbone, avec un maillage plus performant. La question des derniers kilomètres reste un sujet pour de nombreux territoires touristiques qui souhaitent favoriser les transports décarbonés et/ou collectifs.

Ainsi le premier TER hybride circulera en 2023 au sein de 4 régions. Le Centre Val de Loire, le Grand Est, la Nouvelle Aquitaine et l’Occitanie verront circuler des trains dont 50% des moteurs thermiques seront relayés par l’électricité capitalisant sur l’énergie dégagée au freinage pour recharger les batteries.

A l’inverse, le projet Virgin Hyperloop est abandonné pour le transport de personnes. Malgré des tests concluants, pour l’entreprise, qui avait été la première à se positionner sur ce créneau, la règlementation pour le transport de passagers aura eu raison de la détermination de la firme américaine qui se concentre désormais sur le transport de fret. Il reste néanmoins des projets pour la technologie hyperloop en Occitanie et en Haute Vienne pour accueillir ce mode de transports. 

Un marché qui s’ouvre

Certains usagers manifestent leur soulagement de voir l’ouverture à la concurrence, ils espèrent ainsi gagner en services, en confort et en fiabilité. Un élément est indubitable, l’arrivée de concurrents pousse l’acteur historique à revoir sa vision des services qu’il offre à ses usagers et sa commercialisation.

SNCF actionnaire majoritaire d’Eurostar et de Thalys a reçu l’approbation pour fusionner les deux entreprises au sein d’une holding qui sera domiciliée en Belgique. L’objectif est bien ici de concentrer les ressources pour un plus grand impact.

En parallèle l’offre de train Ouigo devrait être disponible en agence selon Jean-Pierre Mas président du syndicat des agences de voyages qui négocie depuis plusieurs années avec la SNCF le droit de revendre les billets contre une commission.

Une carte Max Senior a également été lancée fin mars 2022 pour adresser les clientèles de plus de 60 ans. Cet abonnement vise à remplir les trains en période creuse puisqu’il sera inactif en période de pics de fréquentation.

Être au bureau devient une notion toute relative en cette année 2022, qu’en sera-t-il de séjourner à l’hôtel ?

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés.

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?