Accéder au contenu principal

Entretiens

Franck Gervais (Groupe Pierre & Vacances - Center Parcs) - "Réinvention 2025"

Entretien avec Franck Gervais, Directeur général du Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs. Une discussion avec Vanguélis Panayotis, CEO MKG Consulting.

En tant que nouveau Directeur Général du Groupe Pierre & Vacances - Center Parcs, tu as articulé un plan autour de trois piliers. Celui-ci s'est basé sur quel constat ?

Franck Gervais : Cette période, ces derniers mois, ont mis en avant des tendances qui vont devenir structurelles. C'est le fait que le sens donné par les Français, par tous les voyageurs, à leurs vacances est aussi prépondérant que l'expérience.

Et ce sens, il se traduit par le fait qu'ils veulent des vacances authentiques, plus en proximité - dans les deux sens du mot proximité, géographiquement et aussi dans l'interaction avec les habitants des territoires.

Que faut-il faire pour mieux correspondre à cette évolution naturelle du marché ?

Franck Gervais : Nous sommes un groupe qui a des marques et des offres qui sont vraiment exceptionnelles. Center Parcs, des destinations au cœur de la nature. Pierre & Vacances, des résidences de tourisme en France et en Espagne. Maeva.com, une plateforme de distribution et servicielle et Adagio, des appart-hôtels en France et en Europe. Notre positionnement est exactement ce qui est souhaité aujourd'hui sur ce tourisme de proximité. Nous avons une clientèle très domestique, très familiale, très fidèle et ce sont vraiment des atouts.

Quels sont les points à améliorer ?

Il faut basculer dans cette ère expérientielle. Nous ne sommes pas là pour proposer une offre d'hébergement. Le groupe souhaite être celui qui va faire fonctionner trois mots ensemble : expérience, sens et performance. ».

As-tu prévu une perspective de développement qui répondrait à la logique que tu viens d'évoquer sur des nouveaux types d'actifs ou des nouveaux types d'expériences ?

Franck Gervais : Il faut toujours que le groupe étende sa toile et son positionnement en termes de segments de marché.

Nous venons d'ouvrir notre 28ème Center Parcs en Belgique, un magnifique resort autour du wellness près d’Aix-la-Chapelle. Le prochain ouvrira en juin 2022 dans le Lot et Garonne entre Bordeaux et Toulouse. C'est un magnifique Center Parcs à dimension humaine, complètement intégré dans son environnement et plébiscité par tous les acteurs locaux. Pour Center Parcs, nous avons également beaucoup de projets d'expansion en Europe du Nord, notamment en Allemagne et au Danemark.

Pour Pierre & Vacances, le but monter en gamme et de se diversifier. Notre développement va se faire sur des projets de lifestyle à la montagne. Nous allons opérer d'ici 3-4 ans, trois hôtels lifestyle à la montagne. C'est nouveau pour nous, mais nous avons toute cette légitimité. 

Comment vois-tu l'été ? Commences-tu à sentir le parfum de la reprise ?

Franck Gervais : Oui, nous le sentons très bien et c'est un énorme bol d'oxygène. Nous avons un effet binaire. Nous sommes passés de 0 à 1. Jusqu'à mi-mai, tout était fermé. Nous avons tenté autour de l’hiver d'ouvrir quelques résidences mais sans remontées mécaniques, les stations vivent moins bien.

A partir de fin mai, nous avons rouvert l'ensemble de nos Center Parcs et de nos résidences Pierre & Vacances. Il y a un volume de réservations qui vient de manière massive, à la fois pour du court terme - notamment les week-ends de l'Ascension et de la Pentecôte - mais aussi pour l'été 2021.

A date, nous avons un pipeline de réservations qui est de 20 points supérieurs à ce qu'il était au même moment l'année dernière. Nous prévoyons des taux d'occupation pour cet été qui vont être probablement supérieur à 80%.

Quel est le rôle de l'humain ? Comment le positionnes-tu dans ton projet de Pierre & Vacances - Center Parcs ? 

Franck Gervais : L’humain est clé pour nous. Il est fondamental puisque nous sommes dans ce métier de services et d'accueil. Au cœur des trois piliers que j'évoquais tout à l'heure, il y a les hommes et les femmes de ce groupe. Ils sont 13 000. Ils sont impliqués et motivés.

Ces hommes et ces femmes, nous les recrutons, nous les formons, nous les développons pour qu'ils soient épanouis, créatifs et qu'ils puissent avoir toute la liberté de s'exprimer. C'est fondamental pour nous d'avoir vraiment des collaborateurs qui sont motivés par notre raison d'être, afin de proposer les essentiels au cœur de territoires préservés. 

Selon toi, quelles sont les raisons qui font que notre secteur est toujours en tension de l'emploi ?

Franck Gervais : Notre constat est l'échec. Nous avons un secteur qui est magnifique, qui emploie et qui contribue à 7% ou 8% du PIB. Nous sommes dans des métiers où le digital a aujourd'hui toute sa place, où l'expression de la personne humaine prend toute sa place et où la possibilité de passer d'un emploi à un autre est réelle.

Nous sommes encore en train de raisonner avec des rigidités et des carcans. Quand vous êtes employé dans un groupe et que vous souhaitez passer à un autre groupe ou changer de métier, vous devez repartir à zéro. Nous ne sommes pas capables de capitaliser au sein de notre secteur, entre les différents domaines et groupes. Un employé doit passer d'une entité à une autre en gardant tous ses acquis passés, mais aussi son avancement social. Si nous arrivions à faire cela, nous aurions une fidélité de la part de nos collaborateurs. Alors qu’aujourd’hui, ils quittent notre domaine pour devenir auto-entrepreneur dans d'autres secteurs et c'est bien dommage.

Tu crois qu'il y a des enseignements à tirer sur une meilleure répartition du risque et de la valeur ? Un nouveau modèle qui soit plus vertueux et plus respectueux dans l'alignement de l'intérêt tout le monde ?

Franck Gervais : Les contrats ne sont pas adaptés à des crises comme celle-là. Pour une bonne raison, c'est que nous ne l'avions jamais vécu.

Quand nous regardons les différents acteurs de la chaîne, entre le propriétaire des murs, le propriétaire des fonds de commerce et l'opérateur, certains pourront être propriétaire des murs et du fonds de commerce et certains pourront être propriétaire du fonds de commerce et opérateurs, mais globalement entre ces trois équilibres, nous avons des contrats qui sont trop rigides.

Ils ne prévoient pas des cas comme nous l'avons vécu et ne créer pas ce rôle de matelas, d'amortisseur et de partage de la valeur entre ceux qui seraient complètement à l'abri et ceux qui en pâtissent drastiquement. Nous avons tous intérêt à ce que l'autre se porte bien. 

Quels sont les trois grands enjeux auxquels le secteur va devoir faire face ? 

Franck Gervais : Le premier est autour de l'offre. Nous avons une offre qui est riche et protéiforme en France. C'est parfait d'un point de vue géographique, culturel, patrimonial mais quels sont les 5-6 sujets sur lesquels nous voulons concentrer notre stratégie d'offre.

Le deuxième point, c'est qu'il faut que nous raisonnions avec les clients de chacun de nos groupes, que ce soit dans le transport ou l'hébergement. Créons les passerelles, raisonnons en tant que client qui veut avoir une offre expérientielle de bout en bout. Poussons les initiatives à ce sujet à fond pour ne pas dépendre de nos chers amis anglo-saxons ou asiatiques. C'est fondamental pour nous. C'est un sujet stratégique.

Enfin le troisième point, qui sont celles et ceux qui réalisent tout cela ? Ce sont des hommes et des femmes. Il faut les attirer, les former et les motiver. Il faut que les écoles hôtelières soient les meilleures en France. Allons développer des campus et des académies. Capitalisons pour travailler sur la taille et ensuite une fois que nos jeunes ont été formés, qu'ils ont été attirés dans nos métiers, veillons à les maintenir toujours enchantés. 

Les trois points qui pour moi devraient être dans un agenda présidentiel pour une politique du tourisme toujours plus réussie.

En tant que manager de grandes entreprises, quelle a été ta motivation face à ce défi ?

Franck Gervais : C'est dans des crises que chacun se révèle et que nous sommes capables de construire l'avenir et de nous projeter.

Il faut voir la lumière au bout du tunnel pour savoir où nous allons et c’est cela qui m'a motivé. Le fait que nous ayons ici un des principaux groupes français dans le tourisme, crée il y a plus de 50 ans par quelqu'un qui est un visionnaire, un précurseur, Gérard Brémond.

Nous avons un groupe familial qui va évoluer dans sa constitution, dans son offre et dans son positionnement. Pouvoir contribuer à cette évolution de la meilleure façon possible et puis pouvoir écrire cette histoire pour assurer le meilleur avenir à ce groupe et à ses employés et à tous les clients qui viennent le voir chaque année. C'est cela l'enjeu et je ne regrette pas une seule seconde ce choix aujourd'hui.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?