Accéder au contenu principal

Analyses

Parcs de loisirs, des destinations en pleine mutation - Partie 4

L’année 2022 s’annonce riche en célébrations pour les parcs de loisirs avec Disneyland Paris fêtant ses 30 ans, le Puy du Fou soufflant sa 45ème bougie et Efteling célébrant ses 70 ans d’existence. Un secteur atteignant une certaine maturité à travers les différentes régions du monde mais qui pourtant ne cesse d’évoluer et de se réinventer pour continuer à émerveiller petits et grands. Nouvelles attractions, nouveaux équipements, nouveaux spectacles, nouveaux hôtels sont tout autant de postes de dépense d’envergure pour les parcs. Entre temps, la crise sanitaire a frappé de plein fouet le secteur, contraignant ces grandes destinations de loisirs à fermer leurs portes durant de longs mois. Comment se porte le secteur après deux années en dents de scie ? Quels parcs se sont montrés les plus résilients et ont malgré tout poursuivi leur développement ? Quelles évolutions pour faire face à une concurrence accrue et répondre aux nouvelles attentes des visiteurs ?

Retrouvez ici la première partie de cette analyse, ainsi que la seconde et troisième partie

La multiplication des parcs dans le monde

Si augmenter le chiffre d’affaires et le taux de fréquentation sont les principales raisons pour lesquelles les parcs de loisirs ne cessent d’investir, rester attractifs sur un marché qui grandit chaque année est une autre raison tout aussi importante. Le secteur des parcs de loisirs est un marché extrêmement concurrentiel qui atteint actuellement une certaine maturité en raison du nombre d’acteurs mais également de l’ancienneté d’une majorité d’entre eux. Néanmoins, de nombreux parcs ouvrent chaque années leurs portes aux quatre coins du monde, rendant ainsi le marché toujours plus dense.

L’Asie s’apprête à accueillir de nouveaux parcs à thème dont le très attendu Parc Ghibli, un site ayant pour thématique les films d’animations du célèbre réalisateur Hayao Miyazaki. Le parc devrait ouvrir ses portes le 1er novembre 2022 sur un terrain de plus de 200 hectares à Nagakute, dans la préfecture d’Aichi. Les attractions à sensations ne seront pas au cœur de l’offre du parc, celui-ci fera davantage la part belle à de nombreux espaces de verdure et des sentiers issus des films d’animation. Il sera composé de cinq univers, les trois premiers seront visitables dès l’ouverture du parc et les deux autres seront inaugurés en 2023. Un autre parc a d’ores et déjà ouvert ses portes au Japon, il s’agit du parc Pokémon Wonders qui comme son nom l’indique a pour thématique l’univers du dessin animé Pokémon. Ouvert au cœur d’une forêt japonaise et d’une superficie de 4 500m², les visiteurs ont la possibilité d’attraper des Pokémons pour de vrai à l’aide de « notes d’enquête ». En Corée, ce sont deux parcs à thème qui ont été inaugurés cette année : Lotte World Magic Forest à Busan et Legoland Korea Resort à Chuncheon. Cette fois-ci, les sensations fortes sont au rendez-vous avec de nombreuses attractions au sein de ces deux nouvelles destinations.

La région EMEA n’est pas en reste avec l’inauguration fin 2021 de Majaland Praha, le plus grand parc de loisirs couvert de la République Tchèque. Ce parc sur le thème de Maya l’abeille et Viki le Viking a vu le jour sous l’initiative du groupe KAPRAIN, en coopération avec le groupe TNI et Plopsa, un opérateur belge renommé de parcs familiaux thématiques. Sur les 10 000 m² que compte le parc, les visiteurs peuvent profiter de 14 attractions ainsi que de divertissements proposés toute la journée et d’expériences audiovisuelles. A la fin de l’année 2021, Jérusalem a également accueilli un parc d’attraction couvert baptisé Magic Kass. Construit grâce à un investissement de 500 millions de NIS et situé sur un terrain de 1,3 hectare, le parc abrite 12 manèges ainsi qu’une grande salle de théâtre accueillant de nombreux spectacles. L’Arabie Saoudite de son côté a dévoilé un projet plutôt insolite visant à transformer d’anciennes plates-formes pétrolières en parc d’attractions. Baptisé The Rig, le projet est financé par le fonds souverain du pays et s’inscrit dans la stratégie de développement du pays Saudi Vision 2030. Le parc va disposer d’un immense complexe hôtelier avec plusieurs restaurants, des activités de sports extrêmes terrestres et aquatiques. Aucune date d’ouverture n’a encore été annoncée.

Les Etats-Unis sont le leader mondial incontestable du marché, avec plus de 400 parcs de loisirs dont 8 parcs Disney. Chaque année apporte avec elle son lot de nouveautés et 2022 s’annonce bien remplie avec diverses ouvertures de parcs. River Falls Water Park a ainsi ouvert ses portes en mars dernier au sein d’Orlanda World Center Marriott. L’accès à ce parc est compris dans le prix des nuitées au sein du complexe. Sesame Place San Diego a également ouvert au public en mars 2022, ce nouveau parc à thème est jumelé à un parc aquatique. Ce parc est le premier de ce type sur la côte ouest et seulement le deuxième dans le pays. Il compte 18 manèges sur le thème de Sesame Street, des expériences interactives, des spectacles et des attractions aquatiques. La majorité des manèges, des spectacles et des attractions sont destinés aux jeunes enfants, qui ont toujours été le public principal de Sesame Street. Peppa Pig Theme Park a également fait ses débuts il y a peu. Créé par Merlin Entertainments Group, il est voisin du parc Legoland Florida. Plus tard dans l’année, ce sera au tour de Lost Island Themepark d’accueillir ses premiers visiteurs. Situé à Waterloo dans l'Iowa, ce parc d’attractions est l’œuvre du parc aquatique Lost Island Waterpark. D'un budget de 100 millions de dollars, le nouveau parc est en partie financé par l'Etat et la ville. Etendu sur 200 acres, dont 30 de lac, il sera divisé en 5 zones thématiques offrant une immersion dans les histoires des pays magiques.

L’année 2023 s’annonce tout aussi riche en Outre-Atlantique avec l’arrivée d’un nouveau parc sur la côte ouest, plus précisément à Universal Studios Hollywood où sera construit le deuxième SuperNintendoWorld. L’univers de Mario sera la thématique principale de ce nouveau parc. Plus insolite, le circuit de F1 d’Austin va accueillir d’ici l’année prochaine un parc d’attractions. Il sera adapté à un public familial avec une trentaine de manèges dont 2 grands huit. Le porteur du projet ne cache pas son ambition de rivaliser avec les autres parcs de l’état et de devenir même une destination de classe mondiale pour le sport et le divertissement. Un autre parc à thème est en cours de développement, il devrait être inauguré en 2023 et achevé en 2025. Baptisé Spirit of Adventure Park, il sera l’un des parcs à thème les plus accessibles du monde. En effet, il s'adressera aux personnes porteuses du syndrome de Down ainsi qu'aux personnes à besoins spécifique ou porteuses de maladies chroniques. Une fois le projet terminé, le parc prévoit d'offrir une entrée gratuite à tous les visiteurs à besoins spécifiques et de faire payer un prix symbolique aux personnes qui les accompagnent.

La France se montre tout aussi dynamique en termes de développement de son offre de loisirs comme en atteste ces nombreux projets. La riche Histoire de l’Hexagone continue d’inspirer les porteurs de projets, à l’image du futur parc à thème sur Napoléon qui devrait voir le jour en Seine-et-Marne. Fautes de financeur, son inauguration est retardée mais les porteurs du projet ne baissent pas les bras et ambitionnent d’attirer 750 000 visiteurs à l’année. Pour plonger le visiteur dans cette époque, un système immersif à base de casques de réalité virtuelle et de la modélisation en 3 dimensions doit être déployé. Dans le Gers, le cascadeur et maître fauconnier Guillaume Roche vient d'acheter un terrain pour développer un parc consacré à D'Artagnan. Un projet ambitieux qui évoluera par étapes et qui devrait débuter à l’été 2023. Des spectacles s’y dérouleront chaque jour et le propriétaire promet d’ores et déjà des nouveautés chaque année. Dans l’ensemble, le projet pourrait s’élever à 8 millions d’euros.

D’autres thèmes davantage modernes se retrouvent au cœur de projets de parcs comme le Domaine de Bayssan qui devrait accueillir un nouveau complexe comportant un parc d'attraction sur le thème du cinéma et des jeux vidéo d’ici 2025. Le projet de 140 hectares, porté par Bruno Granja et sa société "Studios Occitanie Méditerranée" avec le soutien du département de l'Hérault et de la ville de Béziers, serait réalisé en partenariat avec la société de production américaine Paramount. Le projet, dont le montant d'investissement est estimé à 371 millions d'euros, a pour objectif d'accueillir 2 millions de visiteurs chaque année. Ce parc devrait rapporter annuellement 300 millions d'euros de retombées économiques pour la région. La partie sur les jeux vidéo sera portée par le studio de jeux vidéo français Ubisoft. Au programme, un « centre immersif » s’étalant sur une surface de 3000 à 5000 mètres carrés et équipé de la technologie Wander, crée par Ubisoft en partenariat avec le spécialiste des attractions interactives Alterface. Le savoir-faire d’Ubisoft combiné à l’expertise d’Alterface devrait donner naissance à des attractions d’un nouveau genre fortement immersif et en trois dimensions, faisant alors du visiteur l’acteur de sa propre attraction.

Tous ces exemples démontrent bien le dynamisme sans faille dont fait preuve ce secteur mais également l’intérêt que lui porte les investisseurs. Si les coûts de construction et d’opération se révèlent élevés, les chiffres d’affaires qui en découlent le sont encore plus. Toutefois on peut se demander si le marché ne risque pas d’être prochainement saturé avec une telle concentration d’acteurs. Bien que tous affichent des thématiques et des attractions différentes, le but final demeure le même : divertir les visiteurs. Avec un choix des destinations qui ne cesse de grandir au fil des années, sur quels éléments les visiteurs vont-ils baser leurs choix ? Les parcs vont-ils devoir revoir leurs copies s’ils veulent continuer à être rentable ? Autant de questions auxquelles seul l’avenir répondra.

Les parcs de loisirs à l’épreuve de la crise sanitaire

La crise sanitaire a fortement bouleversé le secteur avec de nombreuses périodes de fermeture ainsi que la mise en place d’un protocole sanitaire relativement strict dès la période de réouverture en 2021. Ce protocole a par ailleurs provoqué la consternation des exploitants de parcs qui appréhendaient une forte baisse de fréquentation. Un sentiment partagé par le Syndicat National des Espaces de Loisirs, d'Attractions et Culturels (SNELAC) qui envisageait une diminution de la fréquentation de 60% sur l’été 2021. L’instauration du pass sanitaire a ainsi fortement impacté les performances des 300 parcs de loisirs du territoire. Selon les estimations du SNELAC, les parcs ont enregistré une perte d'exploitation de 20% à 50% et celle-ci s’élève jusqu'à 70% pour les petits sites.

Si à présent les visiteurs peuvent se rendre librement dans les parcs de loisirs, c’était une tout autre histoire au lendemain de la réouverture des parcs en juin 2021. Pass sanitaire, masque obligatoire et jauge dans l’enceinte des parcs étaient de mise. Des mesures qui ont déplu à de nombreux adeptes de ces destinations qui ont ainsi décidé de reporter, voire d’annuler, leurs séjours. Un coup dur pour les parcs qui n’avaient pas accueilli de visiteurs pendant plus de 7 mois d’affilés et qui voyaient donc leur chiffre d’affaires en berne. La pandémie a ainsi poussé certains acteurs à revoir à la baisse leurs plans de développement comme Disneyland Paris. Le futur de la zone thématique dédiée à l’univers Star Wars est ainsi incertain pour le moment car jugée trop coûteuse et pourrait être remplacée par d’autres licences jugées plus porteuses en Europe, comme Le Roi Lion.

A l’échelle mondiale, le nombre de visiteurs des parcs à thème a diminué de 50 à 90 % en 2020 selon une étude menée par la Themed Entertainment Association (TEA) et AECOM. En moyenne, la fréquentation des 25 parcs les plus visités a chuté de 67,2 %, passant de 253,7 millions en 2019 à 83,1 millions l’année suivante. Les plus fortes baisses ont été constatées en Amérique du Nord, notamment aux États-Unis. De manière générale, on observe une baisse de la fréquentation de 72,3 %, soit 44,1 millions de visiteurs. Parallèlement, les parcs les plus populaires d'Asie ont subi une baisse de fréquentation de 57,9 %, soit 59,5 millions de visiteurs. Les parcs européens, quant à eux, ont enregistré une baisse de 65,6 %, soit 22,2 millions de visiteurs. La division des parcs à thème de Disney a notamment enregistré une perte de 1 milliard de dollars de bénéfice d'exploitation au deuxième trimestre 2020. La conséquence directe de cette baisse d’exploitation est le licenciement de près de 30 000 employés dans ses différents parcs mondiaux. De son côté Europa Park annonce une perte de 200 millions d'euros de chiffre d'affaires due à la crise sanitaire. Le parc a ainsi décidé d’augmenter le tarif des billets d’entrée pour pallier ce manque à gagner.

Néanmoins l’année 2021, malgré une période d’ouverture écourtée, a signé le retour des visiteurs dans les parcs à travers le monde. Une reprise de la fréquentation qui a permis à la Compagnie des Alpes de réaliser un chiffre d’affaires de 221,7 millions d’euros sur la période 2020/2021 contre 232,1 millions d’euros pour la période 2019/2020. Le Futuroscope a même enregistré des chiffres de fréquentation record. En effet, la seule journée du 31 octobre 2021 a connu un pic de fréquentation de 16 565 visiteurs, inscrivant cette date dans le top 5 des meilleures fréquentations journalières depuis 2001 du parc. Malgré des jauges d’accueil limitées à 28 000 visiteurs par jours, Disneyland Paris attirait chaque jour plus de 20 000 visiteurs démontrant une reprise favorable de l’activité après plusieurs mois sans perspective. Une fréquentation notamment soutenue par le retour des clientèles européennes. Tout comme le parc du Puy du Fou qui se félicite d’une saison satisfaisante, indiquant que la fréquentation enregistrée en 2021 n’étant en baisse que de 30% comparé à 2019 alors qu’elle était de l'ordre de 50% en 2020. Des chiffres démontrant bien que le secteur reprend des couleurs après une année noire. Les visiteurs fidèles du parc ont par ailleurs été le moteur de cette reprise. Du côté de la péninsule ibérique, PortAventura World a réalisé des performances dépassant ses prévisions. Le parc pensait ne pas dépasser 50% de fréquentation par rapport à la même période en 2019, et pourtant il a atteint les 65%. Cette tendance s’est poursuivie par la suite atteignant les 80% durant la saison estivale contre 70% attendus.

 

Si la crise sanitaire n’a pas épargné le secteur des parcs de loisirs, les investissements n’ont pourtant pas diminués, bien au contraire. Sur un marché aussi concurrentiel et dense, la nouveauté est le mot d’ordre et les exploitants de parcs l’ont bien intégré. Chaque parc rivalise ainsi d’imagination tout comme de moyens financiers pour ravir ses visiteurs mais également toucher de nouvelles cibles. L’objectif d’investir sans cesse est double car cela permet d’une part de fidéliser sa clientèle et d’une autre part de développer ses parts de marché. On assiste actuellement à une réelle mutation des parcs de loisirs en complexes touristiques à part entière où les séjours comprenant des nuitées prennent le pas sur des simples visites à la journée. Reste à voir comment cette tendance évoluera dans les prochaines années en prenant en compte la possible évolution de comportement des visiteurs.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés.

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?