Comment évolue le cadre législatif des locations de courte durée ?

9 min de lecture

Publié le 30/10/23 - Mis à jour le 30/10/23

Cadre législatif Airbnb

Catégorie d’hébergements plus populaire que jamais, les locations de courte durée ne font pourtant pas l’unanimité. Pointées du doigt par les hôteliers et décriées par de nombreuses destinations touristiques, leur croissance sans limite n’est pas vue d’un bon œil. Face à un développement intensif à l’échelle nationale comme internationale, les gouvernements agissent. Diminution des périodes de location, restriction de développement dans certaines zones ou encore augmentation des taxes sur les résidences secondaires sont tout autant de solutions adoptées pour contrôler au mieux l’essor de ce marché.

La France multiplie les règlementations Avec un délai de location d’un meublé maximal de 120 jours par an et une obligation d’enregistrer son logement auprès des communes qui l’exigent, la France figure parmi les pays les plus actifs pour un encadrement des locations de courte durée. Entre 2018 et...

Ce contenu est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Chaque semaine, l’équipe HON vous apporte un regard expert sur le monde de l’hospitalité.

En devenant membre, vous aurez accès à un écosystème complet : contenu exclusif, emploi, etc.

DEVENIR MEMBRE

Déjà membre ?

Pour aller plus loin

Chaque semaine, l’équipe HON vous apporte un regard expert sur le monde de l’hospitalité. En devenant membre, vous aurez accès à un écosystème complet : contenu exclusif, emploi, etc.

DEVENIR MEMBRE

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?