Accéder au contenu principal

Actualités

L’hôtellerie, marchand de beaux rêves

Le lit a retrouvé sa place centrale dans l’organisation de la chambre. En la matière, la clientèle est devenue exigeante, très exigeante même. La technologie est appelée à la rescousse pour embellir la vie des dormeurs, leur garantir un sommeil profond... et accessoirement pour faciliter la vie du personnel.

La nuit porte conseil, mais les conseils sont aussi bien utiles pour garantir une bonne nuit à ses clients. Après une période de développement intensif des prestations annexes, l’hôtellerie est revenue sur ses fondamentaux. Le plus important d’entre eux : le lit. Au centre de toutes les attentions, ce dernier poursuit un double objectif de confort maximum et de respect du dos. Si les deux sont indispensables, ils ne vont pas forcément de paire. La quête du lit parfait au sein de l’industrie hôtelière résulte aussi d’une conjoncture spéciale : les baby-boomers vieillissent et avec l’âge les problèmes de dos s’intensifient et la nécessité d’une nuit vraiment réparatrice s’impose. Plus largement, la place du sommeil dans la qualité de vie n’a eu de cesse d’être soulignée ces dernières années. La technologie est donc appelée à la rescousse pour développer des modèles toujours plus ergonomiques et plus accueillants. Des deux cotés de l’Atlantique les enseignes se sont lancées, il y a quelque temps déjà, dans une grande campagne de renouvellement de leur équipement couchage. Le phénomène ne touche plus seulement les catégories haut de gamme, mais l’hôtellerie dans son ensemble. “Le segment économique est en plein renouvellement de ses concepts de chambre”, constate Corinne Lemoal, Directrice du département hôtellerie Simmons. “C’est un marché de plus en plus concerné par la qualité de ses lits”. De même Alain Moiso de Sealy Europe note “qu’après les chaînes internationales, ce sont les enseignes nationales – par exemple en France ou en Suisse – qui s’équipent sur une grande échelle”.Parce qu’il concerne le coeur même de la prestation, et que rien n’est plus “fidélisateur” qu’une bonne nuit, le choix du lit mérite un vrai temps de réflexion. Les grands fabricants sont nombreux à proposer un volet conseil pour aider l’hôtelier à choisir la solution la plus adaptée à son établissement, son budget et sa clientèle. La règle d’or : gare à la poudre aux yeux. La bonne prise en charge du dos relève de considérations morphologiques et médicales qui ne s’improvisent pas “Il s’est vendu beaucoup de produits magnifiés, impressionnants au premier coup oeil. Ce sont en fait des assemblages de différents éléments, sur-matelas, couettes et autres, qui aboutissent à un résultat bien moins confortable qu’il en a l’air. C’est pourquoi nous conseillons et développons des concepts complètement intégrés”.Quel que soit le segment ou le pays, l’objectif reste le même : assurer au client un soutien parfait, ferme, qui confère dans le même temps une sensation douce et moelleuse. L’enjeu est d’épouser la forme du corps sans compresser les vaisseaux du dos, parmi les plus sensibles du corps humain. Pour résoudre cette équation, qui n’a rien d’impossible, deux grands types de matelas sont appelés à la rescousse : à ressorts ou alvéolaires. Valeur sure, la première catégorie est essentiellement l’apanage des segments haut et milieu de gamme, choisie par 95% des chaînes internationales, tandis que la seconde se pose en alternative à moindre prix, capable, néanmoins, d’assurer un niveau de confort/santé satisfaisant. Les chaînes intégrées 2* sont particulièrement friandes de cette technologie. Mais les marques les plus innovantes déclinent ces principes fondamentaux en nouvelles solutions pour le XXIe siècle. Par exemple, les matelas à ressorts ensachés Sensoft de Simmons. “Pendant le sommeil, le système Sensoft absorbe le moindre mouvement du corps et ajuste son soutien en fonction de la position changeante du dormeur”, explique Corinne Lemoal.Chez Sealy Europe (qui propose les marques leaders Sealy et Pirelli Bedding), on joue la carte des matelas à suspension Posturpedic. Quel en est le principe ? Des suspensions à haute teneur en carbone. La stratégie diffère, mais les effets recherchés sont les mêmes : un matériel qui adopte parfaitement et en temps réel la forme du corps. Le procédé est dorénavant optimisé avec des modèles DSS Posturpedic qui confèrent une suspension encore accrue sur le plan des surfaces. Plus largement, la marque s’est lancée dans une collection de matelas/sommiers du nom de “Contract Global Sealy” qui propose , grâce à la présence d’usines Sealy sur chaque continent, des solutions personnalisées plus ou moins fermes selon les préférences locales. Des préférences d’ailleurs de plus en plus exigeantes... “Il y a bien sûr un lien direct entre les progrès des produits mis à disposition des particuliers pour leur propre maison et leurs attentes lorsqu’ils descendent à l’hôtel”, souligne Alain Moiso. Il faut dès lors, au moins égaler, mais surtout surpasser le confort auquel le client est habitué chez lui. Avec l’installation de sur-matelas par exemple, qu’ils soient en duvet ou en microfibres, pour encore plus de moelleux, u par le recours à une alliance de matières naturelles et synthétiques. “Les matières de synthèse comme les plumes traitées, le latex ou les fibres creuses sont souvent connotées péjorativement alors qu’elles ont des propriétés ergonomiques et thérapeutiques très avantageuses qu’il convient de mixer avec des choses plus naturelles, comme la soie ou le shetland, pour obtenir le meilleur des deux mondes”, souligne Alain Moiso.En parallèle, la morphologie des clients évolue. On sait, par exemple, que la taille moyenne augmente de génération en génération et, avec elle, celle des matelas. Les modèles standards ont à l’heure actuelle une longueur de1,90 m, mais ceux de 2 m et 2,10 m sont de plus en plus demandés. Idem pour la largeur qui s’aligne en Europe sur ce qui se pratique aux Etats-Unis, à savoir 160 à 180 cm. Évidemment ces équipements “King size” prennent de la place. L’inflation des dimensions se produit essentiellement dans les hôtels haut de gamme dont les chambres sont suffisamment vastes pour laisser plus de place au lit. Dorénavant une troisième dimension est concernée par la folie des grandeurs : la hauteur ! “Autrefois un lit très haut était synonyme de noblesse, de notoriété. On ne se couchait pas, on montait dans son lit”, analyse Alain Moiso. “Inconsciemment l’idée qu’un lit de luxe doit être bien au-dessus du sol a refait surface”. Ce n’est pas un hasard si cette tendance est surnommée dans la profession le “lit en majesté!” Dans les faits, une telle demande se concrétise d’abord par des sommiers plus épais : “23 à 28 centimètres contre les 17 habituels”, précise Corinne Lemoal.La surenchère dans le caractère massif des couchages n’est pas sans conséquences pour le personnel. Il doit nettoyer le même nombre de chambres, alors que la tache est en fait de plus en plus dure ! Cela, les fabricants en ont bien conscience. Ils s’attachent à compenser le désagrément de la taille accrue (et donc du poids) par d’autres trouvailles qui, au final, lui simplifient considérablement la vie. Par exemple en rendant inutile le retournement saisonnier des matelas, tache aussi pénible qu’omise dans certains établissements... Le succès du matelas No-Flip de Simmons ne le démentit pas, avec une face unique toute saison qui agit comme un micro-climat et s’adapte à toutes les températures. Dès lors, plus besoin de changer de face, avec à la clé un gain de temps et d’énergie notable pour les femmes de chambre. Atout cela s’ajoute les préoccupations d’hygiène et de sécurité (feu, bactérie, fongicide), mais aussi d’endurance du produit : “il faut savoir que l’on déverse en moyenne 200 litres d’eau par un an sur un matelas d’hôtellerie”, rappelle Alain Moiso. Autant dire que la question de la résistance au temps n’est pas un détail lors du choix...Depuis trois ans, l’univers de la nuit compte une nouvelle star montante : la couette. D’abord devenue reine chez les particuliers, elle gagne du terrain depuis trois ans sur le secteur de l’hébergement, sous l’impulsion de certaines clientèles qui la préfèrent de loin aux traditionnels draps. Son image moderne sied aussi parfaitement aux nouveaux concepts de chambres qui éclosent un peu partout en ce moment. Dernier exemple en date, l’enseigne Ibis vient de réaffirmer sa volonté d’équiper en la matière toutes les chambres des établissements climatisés de son réseau. Consciente du potentiel et de la marge de progression restante, la marque Lestra s’est fait une spécialité de la couette à l’hôtel. Son credo : l’aspect nid douillet et la plus value en terme d’hygiène (protégée par une housse, la couette n’a pas de contact avec l’extérieur).Dans le même souci d’optimisation, les accessoires annexes, c’est-à-dire tout ce qu’il y a sur le lit, ont également le vent en poupe. “Sur le haut de gamme, il peut y avoir jusqu’à huit oreillers sur un matelas”, note Alain Moiso. “On est dans une logique de faste et de cocooning”. Les oreillers ont d’ailleurs un rôle essentiel, complémentaire du matelas, dans la lutte contre le mal de dos. “Ils ne doivent pas comprimer la nuque. C’est pourquoi nous vendons de plus en plus d’oreillers rectangulaires, dits oreillers américains, qui assurent un soutien accru et sont très esthétiques”.Parce qu’il concerne le coeur même de la prestation, et que rien n’est plus “fidélisateur” qu’une bonne nuit, le choix du lit mérite un vrai temps de réflexion. Les grands fabricants sont nombreux à proposer un volet conseil pour aider l’hôtelier à choisir la solution la plus adaptée à son établissement, son budget et sa clientèle. La règle d’or : gare à la poudre aux yeux. La bonne prise en charge du dos relève de considérations morphologiques et médicales qui ne s’improvisent pas “Il s’est vendu beaucoup de produits magnifiés, impressionnants au premier coup oeil. Ce sont en fait des assemblages de différents éléments, sur-matelas, couettes et autres, qui aboutissent à un résultat bien moins confortable qu’il en a l’air. C’est pourquoi nous conseillons et développons des concepts complètement intégrés”.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?