Accéder au contenu principal

Enquêtes

Investissements de rénovation 2014 : moins pour la mise aux normes et plus pour le produit

Pour leurs travaux de rénovation, les hôteliers doivent depuis plusieurs années surmonter les difficultés liées au contexte économique morose tout en respectant les mises aux normes obligatoires et faire évoluer leur produit. Si le montant total des investissements (hors grosses opérations en palaces) dans la plupart des hôtels ne redécolle pas vraiment en 2014, au moins cet investissement est de nouveau plus consacré à des améliorations produit qu'aux contraintes liées aux nouvelles réglementations, comme le montre un sondage réalisé par Hospitality ON avec Olakala.

Si l'équation des investissements de rénovation était déjà épineuse en 2013, elle reste difficile à résoudre en 2014. Les investissements de rénovation réalisés par les hôteliers sont en effet dépendants des mêmes variables, que sont les obligations de mises aux normes et les difficultés liées au financement des travaux et à l'incertitude du contexte économique. Afin de mesurer leur impact, Hospitality ON, avec Olakala, a réalisé un sondage auprès des hôteliers français, pour la deuxième année consécutive. En 2014, la tendance générale vis-à-vis des investissements de rénovation n'est toujours pas à l'enthousiasme pour la majorité des hôtels, à l'exception des grosses opérations telles que celles qui concernent actuellement les palaces parisiens. 48% des hôteliers sondés estiment ainsi que leur montant d'investissement est inférieur à la normale en 2014, soit plus que les 45% de l'an dernier, et alors que seulement 43% le considèrent supérieur à la normale. Pour ce qui est des explications, les difficultés liées au financement des travaux (citées par 28% des répondants) ont cette année pris le pas sur l'incertitude de l'activité (20% des répondants). En 2013, ils avaient été 17% seulement à aborder les problèmes de financement. Si la confiance en l'avenir pourrait ainsi s'être légèrement améliorée, sans doute notamment parce que les tous les pays d'Europe sans exception, hormis la France, ont retrouvé une dynamique de marché positive en 2014 (voir notre article), l'enjeu du financement semble en revanche s'être durci.Si seulement 43% des hôteliers interrogés affirment avoir plus investi que la normale dans leur établissement en 2014 (contre 47% l'an dernier), l'allocation des dépenses évolue significativement : les hôteliers ont cette année plus investi dans des améliorations produit que dans les adaptations aux contraintes réglementaires (par exemple, l'accessibilité ou la sécurité incendie des établissements). La part des professionnels qui ont investi principalement en raison des réglementations reste importante en soi, malgré un recul de 24% à 19% constaté entre 2013 et 2014. L'une des tendances notables en 2014 est ainsi que la part des investissements choisis par les hôteliers (et non imposés) a augmenté.Cette analyse est confirmée par la part du montant des investissements affectée aux travaux de rénovations obligatoires, qui s'atténue en 2014 bien qu'elle reste importante. Pour 65% des hôteliers interrogés, moins de 20% des investissements l'ont été dans des postes réglementaires, alors qu'ils étaient plus de la moitié à affirmer le contraire l'an dernier. En revanche ce pourcentage dépasse toujours les 80% pour 9% d'entre eux (contre 11% l'an dernier). Entre l'obligation de mise aux normes des établissements et la problématique du financement des rénovations dans un contexte économique compliqué, les freins restent encore difficiles à surmonter pour les hôteliers.

Vous aimerez aussi :

Accédez gratuitement à la suite de l'article

Créez votre compte et accédez à de nombreux contenus exclusifs

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?