Accéder au contenu principal

Enquêtes

La micro-hôtellerie, un phénomène de taille

En termes de taille, l’hôtellerie de chaînes cède aujourd’hui à deux extrêmes : soit elle s’étend sur des complexes géants avec piscines, restaurants et aménagements de luxe, soit elle se réduit à sa plus simple expression dans des concepts mobiles et pratiques. Zoom sur ces derniers qui expriment une nouvelle tendance du paysage hôtelier moderne.

Le développement de projets hôteliers gigantesques, comme en témoignent les luxueux complexes dubaïotes, a assorti l’offre hôtelière de services annexes : F&B, spa et soins, événements, activités sportives… Pour autant, cela n’empêche pas certaines enseignes d’aller à contre-courant en misant sur des concepts qui en reviennent à l’essentiel du service hôtelier. Pourquoi ce phénomène, qui redonne à l’hôtel son étymologie première, celle de « chambre hospitalière », est-il aujourd'hui de plus en plus répandu ?Rentrent d’abord en ligne de compte des enjeux pécuniaires : moins l’offre hôtelière est en effet « garnie », plus elle sera économique. La montée en puissance des acteurs de l’économie collaborative, Airbnb en tête, illustre bien le fait que les voyageurs sont prêts à troquer les services de restauration et de confort pour un prix plus bas. C’est l’argument central du Pangea Pod Hotel, qui doit voir le jour en 2018 à Whistler, Canada. Russell Kling, co-fondateur de l’enseigne, résume cette tendance de la sorte : « Pangea réinvente l'hébergement à Whistler, pour les voyageurs qui veulent dépenser leur argent sur les expériences, et non sur les mètres carrés de la chambre d'hôtel. »En plus de motiver les voyageurs qui ne souhaitent pas trop mettre la main à la poche pour leur budget hébergement, cette gamme d’hôtels-capsules se veut novatrice, moderne et s’appuie parfois sur un style futuriste pour convaincre les clients d’essayer. C’est le cas du CityHub d’Amsterdam, un concept ouvert en octobre 2015. Inspirés des concepts japonais datant des années 70, et notamment des travaux de l’architecte nippon Kisho Kurokawa, les pod hotels ouvrent désormais dans les grandes villes du monde entier, tout récemment à Sydney et à Mumbai, par exemple. Une autre raison pour le développement de cette offre hôtelière alternative est sa praticité : les chambres retrouvent leurs fonctions premières lorsqu’elles répondent à un besoin immédiat, non pas dans le cadre d’un séjour longue durée où les services annexes sont à l’honneur. C’est le cas notamment des hôtels-capsules qui se déploient aujourd’hui dans les grands aéroports internationaux, dont le trafic ne cesse de croître… A commencer par Dubaï qui a récemment révélé son salon « Sleep N’ Fly » mais aussi de l’enseigne Yotel, disposant d’établissements de la sorte dans les aéroports de Londres, New York, Amsterdam et à Charles de Gaulle depuis avril 2016.Enfin, les nouveaux concepts qui émergent récemment se veulent « mobiles » : leur qualité est aussi de pouvoir se monter rapidement pour satisfaire aux besoins d’une clientèle de passage. Ainsi, une entreprise belge a flairé le bon coup dès 2013 en lançant son concept « Sleeping Around », un hôtel ambulant transportable sur semi-remorque ; Scandic avait l’année suivante répondu en inaugurant « Scandic To Go », deux chambres d’hôtels déplaçables. « Nous observons actuellement une tendance forte consistant en la recherche d'expériences différentes de la part des clients, de quelque chose d'unique et de sur-mesure, » avait confié Johan Michelson, qui occupait à l’époque la fonction de Vice-Président Brand & Marketing chez Scandic.Pour sa part, AccorHotels a récemment missionné la start-up lyonnaise Capsa de transformer des containers en hôtels. Réduits en leur plus simple expression de « chambre à emporter », ces derniers ont été testés à l’occasion de la dernière édition des 24 Heures du Mans, en juin dernier. Ainsi, si les établissements mobiles ne permettent pas d’assurer le confort d’un hôtel « en dur », tout au moins constitueraient-ils une bonne option pour les visiteurs de passage sur des grands événements. Cette solution alternative permettrait de faciliter la logistique compliquée que rencontrent les voyageurs lors de grandes rencontres sportives, culturelles, ainsi que la saturation de l’offre hôtelière sur place.Cependant, s’il semble que le segment loisirs constitue la priorité des nouveaux pionniers de l’industrie hôtelière mobile, les voyageurs d’affaires ne sauraient en être exclus pour autant : en Chine, la tendance pour les travailleurs de bureaux est de débourser ¥10 (€1,30) pour effectuer une sieste de 30 minutes dans les capsules avoisinant les quartiers d’affaires sur l’heure du déjeuner. Xiangshui Space, une start-up basée à Pékin, en a fait son cœur de métier, et répond à une demande de plus en plus importante : elle envisage de s’ouvrir aux villes de Qingdao, Nanjing et Shenzhen.Sous l’impulsion de ces concepts, la « micro-hôtellerie » semble avoir le vent en poupe. Elle offre une solution pratique, peu chère et alternative, qui répond aux besoins de voyageurs de plus en plus mobiles et centrés sur la destination davantage que sur les services de l’établissement qui les accueille. Les chaînes emboîtant le pas des concepts indépendants, il est à parier que cette branche « minimaliste » de l’industrie hôtelière soit là pour durer.

Vous aimerez aussi :

  • Cabin lève $3,3 millions pour lancer son hôtel sur roues
  • Hyperloop Hotel : une chambre de luxe à grande vitesse !
  • Les siestes en capsule : nouveau concept à l'aéroport de Dubaï
  • Les chargeurs Tesla, un futur indispensable de l'hôtellerie moderne ?

 

Accédez gratuitement à la suite de l'article

Créez votre compte et accédez à de nombreux contenus exclusifs

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?