Accéder au contenu principal

Analyses

[Edito] Et les bobos retrouveront bientôt leur palace

Quand on évoque les palaces c’est un univers chargé d’histoire et de traditions qui surgit dans l’esprit de chacun. Les palaces, assimilés à des "asset trophies", chargés d’histoire sont comparés à des toiles de maîtres et justifient ainsi leurs prix exceptionnels d’acquisition. Toutefois, ils doivent constamment se réinventer et soigner leur standing ainsi que leur image de marque. Rien de pire qu’un hôtel à la gloire passée proposant des infrastructures vieillissantes voire obsolètes. Cela les opérateurs, propriétaires et investisseurs l’ont bien compris. Les palaces parisiens font peau neuve à tour de rôle pour proposer à leurs hôtes des prestations dignes de leur réputation. Il y a quelques années, pratiquement aucun d’entre eux n’arborait trois étoiles au Guide Michelin, ils sont aujourd’hui bien plus nombreux à afficher dignement cette distinction. De même, ce qui était autrefois des services périphériques comme le spa, la pâtisserie, la conciergerie, le snack, les salons, les boutiques, le co-working ou encore le bar… deviennent des services de base également adressés aux clients du quartier et de l’ensemble de Paris, voire au-delà. Cette évolution répond aux nouvelles attentes des clientèles mais aussi des investisseurs qui ont dépensé des sommes colossales et souhaitent développer des ventes additionnelles à l’offre hébergement en améliorant ainsi la rentabilité.

Les bobos, écrivains, acteurs, éditeurs, intellectuels, politiques, hommes d’affaires et têtes pensantes du quartier et de tout Paris se réapproprient ces hôtels d’exception en plus des touristes en villégiatures, des voyageurs d’affaire et des clientèles à demeure. Le Ritz réenchante la Place Vendôme, le Crillon ravit la Place de la Concorde, Le Meurice réunit à nouveau des artistes d’exception rue de Rivoli, pour ne citer qu’eux, chacun avec son identité forte et des prestations qui lui sont propres.

Plus qu’un service irréprochable, des prestations haut de gamme et des produits de qualité, il faut faire vivre les palaces parisiens pour en faire des lieux incontournables, où l’on veut être vus, où l’on peut sociabiliser et développer son réseau et ses connaissances. Les palaces parisiens sont devenus « the place to be » en proposant des rencontres, des animations, des échanges… La qualité de la restauration et de toutes les autres prestations qui peuvent surfer sur la vague du bien-être, de la santé, du bio, des circuits courts etc…. sont un plus pour satisfaire une clientèle toujours plus exigeante.

Saint-Germain-des-Prés attend avec impatience la réouverture du Lutetia qui promet un retour aux sources après plusieurs années de travaux par une remise en valeur des décors d’origines, tels que voulus par la propriétaire du Bon Marché en 1910. Le poids de l’histoire parisienne est lourd, chargé d’un passé riche en événements qui ont fait avancer la société française, et si l’on remonte jusqu’au siècle des Lumières, le monde.

Une histoire, un cachet, une aura unique, une culture du service reposant sur des décennies de culture d’entreprise haut de gamme, tous les ingrédients sont là, il faut maintenant apporter la touche en plus, l’avantage concurrentiel qui décidera les clients et qui permettra aussi au palace de renaître dans le cœur des habitants de son quartier pour l’animer et lui ressembler. Quoi de plus noble que de contribuer aux avancées de la société en rassemblant et en favorisant les débats et les rencontres ? Les palaces parisiens ont cet avantage immense d’avoir un produit et une image de marque très forts, il ne faut pas se priver d’y recourir et faire du neuf avec du vieux en se réinventant sans cesse sans perdre son âme. La clientèle qui descend au Plaza ne choisit pas de descendre au Shangri-La et l’inverse est vrai. Il faut cultiver ces trésors qui font l’attractivité de nos palaces posés dans un écrin aussi rutilant que Paris, ils ne peuvent que prospérer pour peu qu’ils utilisent les bons ingrédients et soient gérés de façon irréprochable. Ces établissements qui ont leur place en première classe au niveau mondial, sont une locomotive pour notre industrie hôtelière et pour nos destinations, à chacun sa façon de monter dans les wagons qui la suivent.

Cet article est réservé aux abonnés

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Register for free to voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?