Accéder au contenu principal

Investissements

RockyPop x Extendam : Comme un hôtel, mais en mieux !

Rocky Pop se présente comme un produit novateur et différenciant sur le secteur de l'hospitality. Entretien avec Romain Trollet, Directeur fondateur d'Assas Hotels et Jean-Marc Palhon, Président d'Extendam.

 Pourquoi ce partenariat ?

Jean-Marc Palhon : Notre métier est un métier d’investisseur mais quand on investit dans l’hôtellerie, on investit dans des projets mais aussi dans des hommes. Avec Romain et toute son équipe, c’est l’occasion d’investir dans des projets qui réinventent le secteur de l’hôtellerie. L’équipe de Romain est sans doute l’une des équipes les plus talentueuses que nous avons rencontré. Nous travaillons souvent sur des projets innovants, disruptifs répondant bien aux nouvelles attentes des clientèles.

Qu’est-ce que vous entendez par « une des plus talentueuses » ?

Jean-Marc Palhon : L’une des plus talentueuses notamment sur la réflexion, sur la manière de réinventer le secteur de l’hôtellerie. Ce qui est intéressant chez chacun des exploitants hôteliers, c’est de pouvoir apprécier leurs qualités sur des typologies de projets. Romain est réellement porteur de réflexions qui sont relativement importantes sur ce que sera l’hôtellerie de demain et comment répondre au mieux à cette hôtellerie. 75% de la population mondiale en 2025 seront des millenials, ils consommeront de l’hôtellerie de manière différente de ce que l’on a pu connaitre jusqu’à maintenant. C’est le regard, l’analyse et toutes les questions de Romain, qui ont été notamment accentuées durant la période du Covid, qui sont vraiment intéressantes et le projet porté par Rocky Pop est un excellent exemple en la matière.

Quelles sont vos attentes vis-à-vis de ce partenariat ?

Romain Trollet : Trouvez des partenaires avec qui on peut se projeter dans le temps est quelque chose de très important. Créer de bons produits c’est important mais les créer avec les bonnes personnes, c’est encore plus important à mes yeux. Nous avons développé un partenariat avec Extendam depuis 2011, on a construit ce partenariat dans le temps. Nous nous sommes soutenus mutuellement, dans le succès comme dans la difficulté, et nous avons ainsi grandi ensemble. Nous avons mené plusieurs projets à la montagne et le fruit de tout ce travail et de toutes ces réflexions nous a guidé vers Rocky Pop, qui est une nouvelle aventure dans le projet que l’on mène maintenant depuis 10 ans.

Pourquoi Rocky Pop ?

Romain Trollet : Rocky Pop est né en 2016 et il a fallu plusieurs années pour développer correctement ce projet. Rocky Pop est une marque forte mais des marques fortes il en existe beaucoup, et nous devions créer quelque chose d’économiquement plus différenciant. Le temps accordé par la crise nous a permis de bien réfléchir autour du projet, de voir ce qui pourrait vraiment faire la différence. Nous nous sommes rendus compte durant cette crise de plusieurs choses. La première c’est que l’arrivée du Covid a eu comme conséquence de mettre à l’arrêt le secteur de l’hôtellerie. Les hôtels faisaient zéro quand dans le monde de l’immobilier, le secteur du coliving n’avait presque pas été impacté.

Quand on compare ces deux extrêmes, on remarque qu’entre les deux il existe d’autres types d’hébergement, dont par exemple les résidences de tourisme. Ces dernières se sont montrées bien plus résilientes que les hôtels. La résilience de certains modèles a été bien plus grande que d’autres et nous nous sommes donc demandé comment l’hôtellerie pourrait devenir plus flexible. Une des premières choses caractéristiques de la marque Rocky Pop, c’est que nous faisons de l’hôtellerie, de l’appartement mais aussi du logement. Nous mixons toutes ces typologies d’hébergement en cherchant le meilleur au meilleur moment. Durant la haute saison, on cherche à vendre le maximum de chambres et durant la basse saison, on ouvre les canaux pour justement aller chercher du logement.

Jean-Marc Palhon : Un hôtel, c’est l’association de deux choses. D’une part il y a l’immobilier, un secteur très résilient avec une forte valeur foncière, et d’autre part il y a l’exploitation, à travers cette dernière je considère qu’il y une valeur stratégique très forte qui vient renforcer cette valeur foncière. Aujourd’hui, c’est le seul actif immobilier dans lequel je vais pouvoir associer du service en continu avec de la connectivité, de la sécurité, de l’accueil et de nombreux services associés comme des commerces et du F&B. C’est donc un actif très rare. Nous sommes dans un monde où actuellement nous nous demandons comment optimiser le taux d’occupation mais aussi le taux d’utilisation d’un hôtel, celui-ci étant souvent très faible durant la journée. Donc avoir une bonne analyse sur un actif donné, de sa zone de chalandise, avec une bonne compréhension de l’hébergement mais aussi des besoins des riverains permet non seulement d’optimiser son taux d’occupation mais également son taux d’utilisation, ou justement son taux de sous-utilisation. Nous sommes donc dans une logique de rentabilité au mètre carré.

Romain Trollet : Nous avons une mixité de typologies de clients qui est différente avec des hommes d’affaires séjournant un mois comme une semaine, des étudiants séjournant 6 mois à Grenoble ou encore des couples venant visiter Grenoble pendant quelques jours. Et avec Rocky Pop, nous créons des lieux de vie qui s’adressent à tous ces clients différents, dont les besoins diffèrent, mais nous sommes également totalement ouverts sur la ville et le quartier. Par exemple à Grenoble, nous allons avoir un fleuriste, un magasin de réparation de vélos, une salle de karaoké pour fêter des anniversaires, un restaurant et un bar dans l’hôtel. Transformant ainsi l’hôtel en vrai lieu de vie qui participe pleinement à une vie locale tout en répondant à différentes typologies de clientèles. Nous essayons d’adapter les lieux aux endroits où ils sont implantés.

Jean-Marc Palhon : Ce sont des projets qui sont aujourd’hui portés par les villes, étant à la recherche de dynamisation de quartier et de lien social. Des projets également en phase avec les nouveaux comportements comme le nomadisme, une tendance accélérée par la crise sanitaire. Les collectivités expliquent qu’aujourd’hui elles ne peuvent plus artificialiser les sols, il ne peut plus y avoir d’étalement urbain à part des bâtiments monofonctionnels. Il faut au contraire essayer de se concentrer sur le stock existant, en reconstruisant la ville sur la ville et l’hôtel proposant de multiples services permet justement de multiplier les usages.

Comment avez-vous embarqué les parties prenantes sur ce projet ?

Romain Trollet : Tous nos projets nous les pensons d’abord pour nos collaborateurs afin qu’ensuite ils puissent les mettre en œuvre pour nos clients. Tout cela est entièrement lié car si nous voulons recruter demain, il faut que nous ayons des hôtels qui soient à l’image des personnes qui veulent se projeter dedans. On peut faire le meilleur produit du monde, si on n’a pas les bonnes personnes pour le gérer et accueillir les clients, les gens achètent juste une belle photo. Tout cela nous permet de mieux recruter, en recrutant notamment des personnes qui se projettent dans un produit. Tout change très vite de nos jours donc il faut savoir faire preuve de résilience, de flexibilité et d’adaptation. Avec ce produit on se donne les moyens de pouvoir faire face à une nouvelle crise.

Aujourd’hui créer des produits attractifs où les personnes peuvent se projeter c’est selon moi une vraie valeur ajoutée. Quand on créer un groupe, les personnes se projettent à plus long terme avec les possibilités d’évolution au sein de celui-ci. Le projet Rocky Pop permet de réellement se projeter. Par exemple, une personne est allée jusqu’à se faire tatouer « Rocky Pop » sur la jambe. Souvent on attend l’ouverture d’un hôtel pour l’effet wahou chez les clients, avec Rocky Pop on a eu l’effet wahou du staff quand les membres sont arrivés, ils étaient tous impressionnés. Durant leurs jours de congés, ils viennent dépenser leur argent à l’hôtel en allant par exemple au bar. Ce sont des éléments qui marquent et surtout qui montrent qu’on a réussi notre coup.

Selon vous, quelles sont les grandes tendances du marché ?

Romain Trollet : Personnellement, je trouve l’évolution du secteur de l’hospitality à la fois passionnante et effrayante. Passionnante car on se rend compte qu’on est capable de totalement réinventer les choses et les gens sont très ouverts à tous ces changements. De nos jours, il faut créer des produits ambitieux mais qui soient durables sur le long terme. Dans un monde où le toujours plus est une variable constante, il faut être bon en plus d’être juste afin de pouvoir durer. C’est là que nous essayons de faire la différence aujourd’hui.

Jean-Marc Palhon : Le mot selon moi est "opportunité" de manière général car nous sommes forcément sur un temps long avec deux stratégies d’investissement. Il y a d’abord tous les investissements que je qualifierais de traditionnels. Des hôtels qui sont monofonctionnels et qui demain le seront toujours car ils performent correctement sur les zones, voire très bien, mais qui sous-performent légèrement car ils sont arrivés au bout d’un cycle d’investissement et on a donc besoin de remettre sur leurs marchés afin de les rafraichir et qu’ils soient conformes. C’est le gros du marché. Et puis il y des actifs qui nécessitent une transformation immobilière très importante. L’obsolescence de certains usages et de certains actifs devient une opportunité pour d’autres actifs ou d’autres usages. Aujourd’hui avec tous ces nouveaux services, on apporte une valeur stratégique que l’on peut ajouter à la valeur foncière habituelle de ces actifs.

 Le mot de la fin ?

Romain Trollet : Il faut venir découvrir le Rocky Pop à Chamonix, à Flaine et bientôt à Grenoble. Je reste passionné par ce métier de l’hôtellerie qui est selon moi très vivant. Nous sommes dans un pays formidable où le tourisme demeure un marché très dynamique, avec beaucoup de rebondissements ces dernières années. On exerce un métier passionnant, vivant et humain surtout. Il me reste encore beaucoup de temps à travailler donc j’espère qu’on va continuer à s’amuser comme on l’a fait jusqu’ici.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?