Accéder au contenu principal

Enquêtes

L’hôtellerie de plein air ne campe pas sur ses positions

Dans un environnement en pleine évolution, les campings ont entrepris une remise en question afin d’assurer la pérennité de leur modèle. Car si elle ne connait pas vraiment la crise au vu du dynamisme de son activité en 2013, l’hôtellerie de plein air doit néanmoins adapter son offre aux changements de comportements et d’attentes des consommateurs. De nouveaux obstacles se dressent alors devant elle et ralentissent le développement du secteur, comme la montée en puissance des OTA, les impacts de la crise économique ou encore la sévérité des réglementations appliquées aux établissements.

Chiffres clés:
  • Nombre d'établissements en France : 8 381
  • Nuitées réalisées en 2013 : 108,6 millions
  • Chiffre d'affaires estimé en 2013 : 2,2 milliards d'euros
  • Place du parc français à l'international : 1er en Europe et 2e dans le monde

Le camping ne connait pas la crise, notamment en France où il bénéficie depuis plusieurs années d'un réel engouement de la part des clientèles nationales comme européennes. Dans un contexte économique dégradé, ces dernières sont en effet à la recherche de solutions avantageuses financièrement pour leurs vacances et favorisent les destinations de proximité. Une étude menée récemment par Camping & Co témoigne notamment du succès de la formule dans l'Hexagone, attestant que 95% des Français ont déjà fait du camping. Il faut dire que le territoire national représente la première capacité d'hébergements de plein air en Europe, devant l'Allemagne et le Royaume-Uni, et la deuxième mondiale, après les Etats-Unis. Les campings hexagonaux attirent également un nombre important de touristes internationaux chaque année. Cela est d'autant plus vrai auprès des clientèles européennes, que la France regroupe plus d'un tiers des établissements du continent. Début 2014, l'Officiel des Terrains comptabilisait près de 8 380 établissements. L'offre française est assez bien répartie selon les catégories, 6% des établissements étant positionnés sur le segment une étoile, 23% sur le deux étoiles, 28,5% sur le trois étoiles, 11,5% sur le quatre étoiles et 2% sur le cinq étoiles (les 29% restants étant non classés). Depuis plusieurs années, l'hôtellerie de plein air se démarque des autres hébergements touristiques par le dynamisme de son activité. La saison 2013 s'est ainsi terminée sur une nouvelle note positive, avec une progression de 2,66% du nombre de nuitées réalisées par les clients par rapport à l'année précédente, pour arriver à près de 108 millions. Ces bons résultats sont notamment à mettre sur le compte des investissements massifs réalisés par la profession au cours des 20 dernières années pour répondre aux attentes d'une clientèle plus nombreuse et plus exigeante. Ils ont permis d'atteindre en 2013 un chiffre d'affaires estimé à 2,2 milliards d'euros, en hausse de près de 120% par rapport à 2000.Diversification des équipements et montée en gamme L'offre hôtelière de plein air tend en effet à se structurer et à se moderniser depuis quelques années, afin de s'adapter aux attentes de nouvelles clientèles en termes de confort et de services. "Les campings doivent aujourd'hui s'adapter à une nouvelle clientèle qui exprime des besoins différents de ceux de leurs clients traditionnels. Il s'agit de vacanciers qui se rabattent sur la France depuis quelques années pour des raisons économiques, dues au contexte de crise en Europe, et géopolitiques avec l'instabilité politique des destinations moyen-orientales et nord-africaines", explique Grégory Lecoutre, responsable Marketing de Homair Vacances. Habitués à l'offre des hôtels-clubs, bien développées dans ces destinations, ces nouveaux clients demandent davantage de services aux établissements où ils séjournent, poussant les campings à développer leurs prestations et mettre en place de nouveaux équipements et animations. Une enquête réalisée par l'Officiel des Terrains révèle ainsi que 42% des campings français proposent désormais l'accès à un réseau Wifi (soit 500 de plus en un an), 44% disposent d'une piscine au sein de leur établissement (soit 40% de plus qu'en 2000), 37% proposent un service de restauration, 41,5% un service d'épicerie ou un point de ravitaillement, et 23% un terrain de tennis. Pour répondre à ces nouvelles attentes, Homair Vacances a par exemple "entrepris de standardiser son offre et mis en place des innovations et de nouveaux produits, comme le spa, le développement des activités sportives, l'installation de la climatisation dans les mobil-homes, ou encore le wifi gratuit dans un point du camping", continu Grégory Lecoutre. En ce qui concerne les installations plus haut de gamme, on retrouve notamment des équipements tournées vers le bien-être. 6,5% des campings français sont aujourd'hui équipés de jacuzzi, tandis que 4,5% d'entre eux ont un sauna. Outre les équipements, les formules se rapprochent également de l'offre hôtelière et il n'est pas rare désormais de séjourner au camping en demi-pension ou en pension-complète, voire bientôt en tout-inclus. "Le souci de confort, d'ergonomie, de design d'intégration paysagère est plus que jamais présent pour transformer la physionomie des campings en réels resorts de plein air. De plus, la qualité de ces hébergements (isolation thermique, phonique...) et leur conception (cloisons permettant d'isoler certaines parties de l'hébergement pour s'adapter à une demande hôtelière traditionnelle) permettra d'étendre la saisonnalité de ce secteur d'activité et de rentabiliser des infrastructures toujours plus qualitatives (parcs aquatiques couverts, spas, balnéos, restaurants...)", résume Guillaume Patrizi, fondateur de Camping-and-Co. L'arrivée de nouveaux consommateurs renforce naturellement la diversité du mix-clientèle de l'hôtellerie de plein air avec une multiplication des profils de voyageurs, à l'image de celle des produits. "La principale tendance est aujourd'hui à la segmentation. La clientèle se compose de différents groupes qu'il faut satisfaire : les couples, les jeunes ou plus âgés, les jeunes familles avec enfants en bas âge, les plus de 50 ans, les familles avec des enfants scolarisés, ou encore les groupes et mini-groupes. Chacun de ces segments a des besoins différents que ce soit sur la période, sur le type d'établissements ou d'hébergements, ou vis-à-vis des équipements, des activités et des animations", explique Ludovic Pierru, Directeur France du tour-opérateur Vacansoleil, qui a créé sa propre chaîne de campings en 2003 et compte aujourd'hui trois établissements quatre étoiles en France. Pour répondre au mieux à la demande du marché, les établissements hôteliers de plein air ont alors entrepris de diversifier leur offre pour proposer des produits adaptés à chaque profil de clientèle. En ce sens, Vacansoleil a par exemple commencé "à proposer il y quelques années des mobil-homes de trois chambres et propose également un type de mobil-home avec deux salles de bain, idéal pour deux couples ou une famille avec des adolescents". Même son de cloche chez Homair Vacances : "Les clients sont également en demande de plus de diversité dans les produits et nous travaillons en ce sens pour ne plus proposer une offre identique de mobil-home. Nous avons notamment joué sur l'aménagement et la décoration de nos produits, et avons par exemple créé des quartiers thématiques au sein de nos établissements, comme le surf", ajoute Grégory Lecoutre. Outre le type d'hébergements, la diversité passe également par la variété des destinations proposées, et la tendance actuelle des séjours urbains n'épargne par l'hôtellerie de plein air. La formule séduit notamment les vacanciers désireux de combiner logement de plein air et escapade citadine. Même la capitale française surfe sur la tendance, étant dotée de sa propre offre de mobil-homes et d'emplacements de tentes au Camping Indigo Bois de Boulogne. Ces nouveaux développements et le renforcement des services dans l'industrie ont notamment permis à l'hôtellerie de plein air de se structurer et de gravir progressivement les segments, pour se rapprocher davantage des catégories d'hébergements les plus étoilées. Cette montée en gamme permet également aux professionnels de se différencier sur un marché concurrentiel. Après s'être lancés dans les offres locatives il y a de cela plusieurs années, ils se sont tournés vers une offre plus exclusive pour faire apparaître la tendance actuelle du "Glamping" (contraction du mot " camping " et " glamour "). Proche du concept d'hôtel boutique, il s'adresse aux voyageurs en quête de charme et d'authenticité sans pour autant oublier leur confort. Il s'accompagne souvent d'une logique écologique, naturellement liée au camping et au fait de dormir au plus près de la nature. A l'image de l'hôtellerie traditionnelle, les campings tentent ainsi de se démarquer par l'originalité de l'expérience qu'ils proposent et développent toujours plus de concepts insolites, comme les yourtes, les mobil-homes flottants, les roulotte anciennes, ou encore les cabanes dans les arbres. Alors qu'elle se structure et renforce son catalogue de services, l'offre des campings se rapproche progressivement de l'hôtellerie, quand cette dernière voit émerger les concepts d'hôtels pop-up et de chambre ambulantes (voir notre article). La frontière entre les deux modèles tend ainsi à s'amincir et les deux secteurs se retrouvent de plus en plus confrontés à des problématiques similaires. L'hôtellerie de plein air fait face à de nouveaux enjeux Comme pour l'industrie hôtelière, l'essor des centrales de réservations en ligne n'est pas sans conséquence sur la distribution des campings, grappillant notamment sur leurs ventes directes. L'hôtellerie de plein air est ainsi impactée par les pratiques commerciales néfastes de certaines centrales de réservations et son activité s'en retrouve aujourd'hui menacée. Pour faire face à ce phénomène, la Fédération Nationale de l'Hôtellerie de Plein Air (FNHPA) s'est mobilisée via la formation de ses adhérents aux bonnes attitudes à adopter lors de tout engagement avec les agences en ligne, et la mise en place de chartes déontologiques avec les fournisseurs de systèmes intermédiaires. L'organisation professionnelle s'est également associée aux professionnels de l'hôtellerie dans leur combat pour la mise en place par le gouvernement d'un dispositif juridique efficace pour protéger l'ensemble des activités d'hébergement touristique. Avec les évolutions des habitudes de consommation, la montée en puissance d'Internet dans le secteur du tourisme et le contexte économique dégradé qui pousse les ménages à préserver leur pouvoir d'achat, l'hôtellerie de plein air développe depuis quelques temps une plus forte dépendance aux ventes de dernière minute. "Les réservations de dernière minute sont un phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur, et dans ce domaine les campings vivent actuellement ce qu'a vécu l'hôtellerie quelques années auparavant", explique Grégory Lecoutre de Homair Vacances. La tendance a ainsi poussé les établissements de plein air à mettre en place des politiques de yield management similaires à celles que l'on retrouve dans l'hôtellerie, comme l'a fait Homair Vacances : "Nous disposons ainsi d'une stratégie de réajustement des prix au dernier moment et nous faisons des promotions, sans pour autant casser les prix comme le font certains concurrents. Nous devons planifier au mieux la demande avec une surveillance quotidienne et un ajustement des prix heure par heure", poursuit Grégory Lecoutre. Camping & Co a développé une stratégie similaire dans son réseau, qu'explique son fondateur, Guillaume Patrizi : "Camping-and-co permet aux patrons de campings de relayer et d'amplifier leur politique commerciale. Nous avons développé des passerelles avec les principaux éditeurs de logiciels de la profession afin d'interroger en temps réel leur pricing et leurs disponibilités. Ainsi, les exploitants disposent pour la première fois d'un outil efficace pour pratiquer une politique de yield management adaptée à leur taux de remplissage". La montée en puissance des centrales de réservation en ligne et la tendance grandissante des réservations de dernière minute constituent un véritable enjeu pour l'hôtellerie de plein air, qui peine alors à dégager des fonds pour poursuivre ses investissements de développement. C'est notamment ce qu'explique Bernard Sauvaire, président du directoire de Yelloh ! Village : "Nous faisons actuellement face au phénomène des OTAs et des groupes intégrés de campings qui créent un écroulement des prix avec les offres de dernière minute. Ceci renforce donc la baisse des chiffres d'affaires et pèse sur les investissements dans le secteur". Selon le professionnel, le secteur risque d'entrer dans une spirale de recul de l'investissement. La baisse des prix entraînée par un léger déséquilibre entre l'offre et la demande, par l'importance que prend Internet dans les processus d'achat et par les hausses de TVA, ralentit les investissements réalisés dans les établissements et impacte donc la qualité des hébergements, ce qui amène les tarifs à se contracter. Une enquête réalisée par la FNHPA confirme clairement la tendance actuelle au report des investissements dans les équipements et dans le parc locatif : 52% des exploitants de campings interrogés indiquent qu'ils comptent réduire leurs investissements pour les gros travaux (piscines, bâtiments), alors que 46% d'entre eux prévoient de baisser leurs investissements dans le parc locatif. Les professionnels s'inquiètent de ce phénomène qui pourrait, à terme, entraîner un vieillissement du parc locatif et des équipements et nuire à l'attractivité du secteur. Cette tendance au recul des investissements dans le parc hôtelier de plein air est également renforcée par la morosité du contexte économique actuel de la France et par une règlementation peu favorable aux développements. Les professionnels du secteur pointent notamment du doigt la pression fiscale à laquelle l'industrie doit faire face. "Notre activité se porte bien, nous enregistrons de bons taux d'occupation et le chiffre d'affaires TTC est également satisfaisant. Nous souffrons néanmoins de la hausse du taux de TVA qui est passé de 5,5% à 10% ces dernières années. En effet, la hausse n'a pas été répercutée sur les clients mais absorbée par les établissements, dégradant le chiffre d'affaires hors taxe", explique ainsi Bernard Sauvaire. A cela s'ajoute la sévérité des réglementations qui s'appliquent aux campings, notamment citée par Grégory Lecoutre : "Les difficultés que nous rencontrons sont les réglementations et les normes qui encadrent la profession. Certaines lois sont un peu draconiennes et les investissements qui nous sont imposés sont difficiles à réaliser". Si les campings ont encore de belles années devant eux grâce à leur pouvoir de séduction croissant auprès des clientèles françaises et internationales, pour assurer la pérennité de leur succès ils doivent s'adapter aux grandes évolutions du secteur de l'hébergement touristique. Alors que les campings développent leur offre via le renforcement de leurs services et le lancement de nouveaux produits, les établissements de plein air tendent à se rapprocher de plus en plus de l'hôtellerie, prenant aussi bien ses avantages que ses inconvénients.Lire aussi notre entretien avec Alain Dominique Perrin, Fondateur d'Original Camping

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?