Accéder au contenu principal

Opérations

Hôtellerie de luxe : Le Crillon passe sous enseigne Kempinski

près plusieurs tentatives infructueuses, Starwood Capital a finalement retenu un acquéreur pour le navire amiral du parc hôtelier hérité de l’empire Taittinger, acquis en 2005. Le Crillon, et ses 147 chambres et suites de la place de la Concorde, est cédé à un groupe saoudien, dont le nom reste pour l’instant confidentiel, pour une somme non officielle, mais estimée à 250 millions d’euros.A force d’attendre, le groupe Kempinski se retrouve sur l’un des plus beaux emplacements de la capitale. Il devrait gérer un hôtel remis à neuf, le montant des travaux nécessaires étant estimé à quelque 100 millions d’euros pris en charge par le nouveau propriétaire. Sur cette même place de la Concorde, le projet d’un hôtel de luxe dans les locaux du ministère de la Marine fait surface de temps à autre, mais les protagonistes sont loin de s’être mis d’accord.Pour Starwood Capital, le deal met un terme à un feuilleton à épisodes avec un autre groupe saoudien, JJW Hotels, filiale du holding MBI du sheikh Al Jaber, qui avait conduit les protagonistes devant le tribunal de commerce pour finalement déboucher sur une condamnation de l’acheteur potentiel qui n’avait pas rempli ses obligations. C’est un maillon de plus du groupe Concorde Hotels dont les murs sont mis en vente, après le Lutetia acquis par le groupe israélien Alrov, à la différence près que la cession s’accompagne d’un changement d’opérateur dans le cas du Crillon. Le nouveau propriétaire a choisi d’en confier le management au groupe Kempinski, basé à Genève et propriété de la couronne thaïlandaise.Pour Kempinski, dirigé par Reto Wittver , c’est aussi l’aboutissement d’un long parcours dans la capitale française en quête d’un établissement pour y planter le fanion de «la plus ancienne enseigne de luxe européenne» avec près de 80 ans d’existence. Le groupe a été à deux doigts de signer le management du Royal Monceau, encore propriété du groupe du Dr Aïdi. Mais les négociations n’ont pas abouti. Quelques temps plus tard, il signait un protocole avec le groupe de Bernard Arnaud pour associer un hôtel Kempinski au futur site de la fondation d’Art contemporain sur l’Ile Seguin, libérée des usines Renault. Le projet a tourné court et l’hôtel avec.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?