Accéder au contenu principal

Enquêtes

Retour sur le classement de l'offre hôtelière française : calme plat

Au 1er janvier 2018, les chaînes hôtelières intégrées offrent un parc en très léger recul. Les importantes disparités constatées l’an passé n’ont plus lieu d’être avec une stabilisation des segments économique, moyen et haut de gamme tandis que le super-éco perd du terrain. L’évolution globale des groupes et marques leaders est très contrastée tandis que des acteurs de milieu et de fin de tableau retrouvent une dynamique de développement.

Le parc de chaînes hôtelières intégrées au 1er janvier 2018 recule de -0,3% par rapport à l’année précédente. Les disparités constatées en 2017 s’amoindrissent pour laisser place à une stabilisation, voire une stagnation, des catégories économique (+0,2%), moyen (+0,1%) et haut de gamme (+0,4). La baisse du segment superéco (-1,4%) est expliquée par les nombreux départs du portefeuille HotelF1 d’AccorHotels. Alors que le parc économique se stabilise avec la croissance des enseignes comme Brit Hotel ou Campanile et le recul des établissements Comfort Inn de Choice ou Balladins de DMH, aucun mouvement important n’est à signaler auprès des enseignes moyen de gamme telles que Mercure, Novotel ou Best Western. Le segment haut de gamme quant à lui continue de gagner du terrain avec treize nouveaux établissements (+ 157 chambres) dont le développement des hôtels de charme Qualys (SEH) et de la soft brand Curio by Hilton. De manière générale, l’offre du parc des chaînes français perd 810 chambres, soit 23 établissements. Les groupes de haut de classement préservent leurs places malgré de nombreuses fermetures, rénovations ou changements d’enseignes tandis que ceux du milieu de tableau, notamment en fin de top 10 et top 20, tirent parti de la chute libre de certaines chaînes pour booster leurs développements. A noter que le britannique IHG et l’américain Hilton gagnent une à trois places profitant respectivement du recul à deux chiffres de Choice (-13%) et de Paris Inn (-17,1%).

AccorHotels conserve la première place du classement malgré une diminution de sa capacité d’accueil, correspondant à une perte nette de 4 466 chambres (-49 établissements). Le groupe français, qui avait enregistré une progression de +2,0% l’année dernière, subit les nombreux départs de son portefeuille HotelF1 (-27,4%), la rénovation de Pullman Montparnasse (957 chambres) et le changement d’enseigne de Pullman Marseille Palm Beach (160 chambres) devenu NH Hotels, soit un repli de -34,7% de la marque Pullman. Avec 142 210 chambres dans son parc hôtelier français, le leader du marché enregistre une baisse annuelle de -2% mais devance le reste de ses concurrents en représentant 39,3% du parc des chaînes intégrées. Cette croissance reste essentiellement portée par sa marque Ibis Mega Brand avec un développement continu et soutenu de son offre, soit 14 nouveaux établissements des enseignes ibis Styles (+145 chambres) et ibis Budget (+142 chambres). Après une année 2016 relativement stable (+100 chambres), Mercure ajoute quatre unités et gagne 244 chambres (+1,1%) tandis que Novotel (+2,1%) se stabilise avec un gain de trois établissements (+358 chambres). Les autres enseignes (Sofitel et Mama Shelter) restent stables avec une ouverture pour chaque enseigne durant l’année 2017. Les aparthotels Adagio, codétenus par AccorHotels et Groupe Pierre & Vacances-Center Parcs, reculent de -1,9% avec la perte de deux propriétés (-146 chambres).

Classement groupes hôteliers France 1à50

jusqu'à 100

Louvre Hotels Group confirme sa place de second,représentant une part importante du marché avec 55 670 chambres en opération au 1er janvier 2018. Après plusieurs années de stabilité, sa capacité d’accueil en France revient au vert avec l’acquisition de 1 481 chambres, soit une hausse de +2,7% de son parc. Toutes ses marques gagnent des clefs et se développent dans des villes de taille moyenne ou en périphérie d’agglomérations. Son enseigne phare Campanile reste troisième au classement des marques avec un gain de quatre hôtels (+405 chambres), dont le nouvel établissement à Rouen et la rénovation de son unité au Mans. Les autres enseignes du groupe voient leur capacité croître, notamment Golden Tulip et Tulip Inn avec +22,4% soit 418 chambres supplémentaires dans six nouveaux établissements à Thionville, Saint-Witz, Roscoff, La Baule et Saint-Malo. En outre, Kyriad et Kyriad Prestige continuent d’enrichir leurs offres avec une croissance respective de +2,9% et +4,6% tandis que la capacité en chambres de Première Classe se stabilise avec deux nouveaux établissements (+196 chambres). La dynamique de développement de B&B Hotels lui permet de conserver sa troisième place du classement avec une croissance de +4,0%. En parallèle d’une poussée à l’international, son parc hôtelier français croît de dix établissements (+781 chambres). Depuis 2015, l’enseigne super-économique a acquis 3 224 chambres et continue sa dynamique de développement engagée en 2012. Alors que la croissance de l’an passé était portée sur la région parisienne, les nouvelles unités acquises se répartissent sur l’ensemble de la métropole, notamment à Lyon (+69 chambres) ou dans des marchés moins prisés comme Bessoncourt, ville située dans le département du Territoire de Belfort (+47 chambres).

Avec 17 416 chambres, la Société Européenne d’Hôtellerie (SEH) arrive en quatrième position, malgré une baisse modérée de -2,1%. Le recul de ses enseignes phares Inter-Hotel (-6,3%) soit une perte de seize établissements équivalent à 733 chambres) et P’tit Déj (-7,2% soit trois établissements de 116 clefs) illustre le déclin de son offre économique. Le léger repli de Relais de Silence (-1,1%) est compensé par le développement de son autre marque haut de gamme, Qualys (+11,0%, soit 198 chambres) et le rachat de Chalets & Hotels de Tradition disposant de douze établissements et 333 clefs concentrées en Savoie et Haute-Savoie. Le groupe américain Best Western qui avait enregistré une perte à deux chiffres (-10,5%) en 2016 se stabilise et reste dans le top 5 en mettant l’accent sur la diversification et la segmentation de son portefeuille au sein de la marque ombrelle Best Western. Sa capacité d’accueil sur le territoire français est en baisse (-0,3%) avec une perte de 32 chambres malgré le développement des déclinaisons de son enseigne « premium » Best Western Premium : Best Western Plus (+7 établissements) et Best Western Premier Collection (+3 établissements). A noter par exemple le changement d’enseigne de Best Western Premier Maison Albar Paris Opera Diamond (37 chambres) qui devient Best Western Premier Collection (72 chambres).

Après l’essor considérable de ces dernières années, notamment dû à l’intégration du portefeuille Starwood Hotels & Resorts, Marriott International préserve sa sixième place. Avec le départ d’un établissement Autograph Collection (-82 chambres), le numéro un mondial marque un repli de capacité d’accueil en France (-1,0%). Par ailleurs les enseignes Courtyard by Marriott (+0,1%) et Renaissance Hotels (+0,3%) se stabilisent et n’enregistrent aucun mouvement important. InterContinental Hotel Group affiche une croissance à deux chiffres de +11,3% et dérobe la septième place à son homologue américain Choice Hotels. L’enseigne Crowne Plaza (+80,8%) mène la danse avec deux nouveaux établissements (+736 chambres), notamment la reprise de la gestion de l’ex-Mövenpick Paris Neuilly (281 chambres). En outre, la croissance est légère pour Holiday Inn / Holiday Inn Express (+1,0%) avec 48 chambres supplémentaires et sa marque de luxe IHG n’atteste d’aucun mouvement. Septième l’année passée, Choice Hotels rétrograde à la huitième place et enregistre une perte de près de -13% de son parc correspondant à un solde net de douze établissements (soit -1 649 chambres dans 24 établissements depuis 2016). Excepté Ascend Collection, toutes ses marques positionnées sur les segments milieu et haut de gamme reculent. L’évolution des enseignes Clarion (-48,9%) et Comfort Hotel (-12,5%) illustrent la tendance négative avec 790 chambres en moins en France par rapport à l’année précédente. Parmi les pertes les plus marquantes, la conversion de Clarion Hotel à Antibes en Beachcomber Er Hotels et le départ de Clarion Paris Sud, soit un recul total de 312 chambres. Le franchiseur américain continue de gommer sa forte progression de 2016 (+12,7%) avec un recul total de -908 chambres en trois ans.

Brit Hotel continue sur sa lancée et étend son parc de 16 adresses soit 914 chambres. Le réseau d’hôtels indépendants français gagne une place au classement et s’approprie la neuvième place de l’américain Walt Disney Company. La conversion de ses établissements anciennement sous d’autres marques, notamment Inter- Hôtel et ses constructions neuves comme le Brit Hotel Loches située dans le département d’Indre-et-Loire, lui permet une croissance à deux chiffres de son parc hôtelier français (+17,8%). Le premier groupe de divertissement mondial reste dans le top 10 avec une légère croissance de +1,5%, sans nouvel établissement mais avec une évolution de 84 chambres supplémentaires, soit au total un parc hôtelier de 5 749 chambres. Dynamique Hotels Management (DMH) conserve sa onzième place malgré un recul à deux chiffres (-22,4% équivalent à une perte de 866 clefs), soit un parc hôtelier global de 3 177 chambres. A savoir que Balladins possédait 8 138 chambres en 2008, soit un recul total de 4 961 chambres. En dix ans, le français a donc perdu 60% de son offre. Oceania Hotels développe ses établissements avec 21 nouvelles chambres (+0,8%), Radisson Hotel group perd 24 clefs sous son enseigne Radisson Blu (-0,9%)  tandis que Lucien Barrière et Alliance se stabilisent et tous gardent leurs positions respectives. Hilton remonte de deux places et subtilise la 18ème position de Paris Inn. Le géant américain enregistre une évolution de +4,1%, soit 206 chambres venues enrichir son parc.

Cette croissance met en lumière l’arrivée de la marque haut de gamme Curio à Paris et à La Seyne-sur-Mer. Parallèlement, Paris Inn perd cinq établissements (-519 chambres) et se retrouve en dernière position avec un net recul de -17,1%. Parallèlement au développement de son portefeuille en Chine et aux cessions d’hôtels en France, le lancement de sa nouvelle enseigne Maison Albar ne lui permet donc pas de continuer sa croissance positive (+6,0%) enregistrée en 2017.

En outre, Hyatt Hotels and Resorts (+3,0%) a ouvert son premier Hyatt Centric en Savoie en 2017. Honotel (+7,8%) a passé des hôtels sous sa propre enseigne Happyculture auparavant opérés sous d’autres marques, notamment Quality ou Best Western. De même pour Maranatha (+5,0%) qui a pourtant cessé sa politique d’acquisitions immobilières en raison du redressement judiciaire de sa holding. Outre le top 20, l’enseigne néerlandaise Citizen M souhaitant « révolutionner » le secteur de l’hôtellerie affiche une croissance de +201,3%, bondissant de 40 places avec deux nouveaux établissements (+463 chambres). Déjà implanté à l’aéroport de Roissy Charlesde- Gaulle et à la Défense, le groupe hôtelier a agencé sa première adresse intramuros logée au sein d’une des tours Gamma à Lyon.

Cet article est réservé aux abonnés

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour Vote pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?