Accéder au contenu principal

Actualités

Europe : les tendances du marché annoncent-elles un grand rééquilibrage ?

A l'occasion de la 21ème édition du Global Lodging Forum qui s'est tenue les 10 et 11 avril derniers, Vanguelis Panayotis, Président de MKG Consulting, a présenté les tendances du marché hôtelier dans le monde et l'évolution des performances en Europe sur ces dernières années.

Le tourisme mondial est actuellement en plein essor et devrait continuer à progresser dans les prochaines années. L’Organisation Mondiale du Tourisme prévoit une croissance constante du nombre d’arrivées de touristes internationaux à horizon 2030 à l’échelle globale. Le trafic des passagers dans les principaux aéroports en particulier (source Airbus) devraient également augmenter de manière significative d’ici 2034, ce qui laisse présager un bel avenir pour l’hébergement. Dans un contexte de multiplication de l’offre, les hôteliers peuvent-ils toutefois envisager le futur de l’industrie de manière sereine ? Tendances du parc hôtelier mondial Entre 2001 et 2006 la part de marché en termes d’offre a diminué aux Etats-Unis. Celle-ci a continué à augmenter en Europe, en Asie, et en Amérique Latine. Entre 2011 et 2016, la part de marché en termes d’offres de l’Europe et des Etats-Unis continue de se diluer dans les autres régions, ce qui est normal car ces dernières n’ont pas le même niveau de maturité. L’Asie en particulier est en train de rééquilibrer sa place et devrait se trouver d’ici 5 à 6 ans entre l’Europe et le marché américain.Concernant le développement de l’offre, il y a une corrélation entre l’évolution du parc en termes de nombre de chambres et le PIB. Les Etats-Unis ont le plus gros PIB donc la plus grosse offre en termes de chambres. Viennent ensuite les pays du G7 (Allemagne, Japon, France, Canada, Italie et Royaume-Uni). Les BRIC (Russie-Brésil-Inde-Chine) se positionnent en dessous des Etats-Unis. Il y a à l’inverse des économies où c’est le tourisme de resort qui tire le PIB, notamment la Thaïlande, l’Egypte, la Grèce, le Maroc et la Tunisie. Le Nigeria, la Corée du Sud, l’Inde, le Japon, et la Chine ont a priori de belles perspectives devant eux. La Chine devrait bientôt dépasser les Etats-Unis avec cet indicateur.Aux Etats-Unis, le taux de pénétration des chaînes est en croissance de +1,2%, il s’agit donc d’un marché mature. 72% du parc hôtelier est en effet composé d’hôtels sous enseigne. L’Asie est la zone avec la plus forte progression, celle-ci enregistre quasiment +11% de croissance des chaines sur l’offre globale.Elle se trouve à présent devant l’Europe avec 54% de taux de pénétration des chaines. La croissance en Europe est de +2%, soit un rythme plus soutenu et plus dynamique que celui des américains, mais son taux de pénétration des chaînes n’est que de 37%. L’Amérique Latine a quant à elle connu un petit effet de boost grâce aux événements sportifs organisés au Brésil, mais l’offre de chaîne se situe essentiellement en Amérique du Nord, en Europe de l’Ouest et en Chine. Evolution des performances hôtelières en Europe Sur les seize dernières années, l’Angleterre est le pays européen qui a eu la plus forte croissance de RevPar (Revenu Par chambre disponible), notamment grâce aux Jeux Olympiques. Le constat est plutôt favorable pour la France, qui est deuxième derrière l’Allemagne. Sur la période 2007-2016, la croissance du RevPAR en Europe est de +27%, contre +23,3 % entre 2003 et 2007. La tendance est positive sur les 12 derniers mois de l’année.L’analyse des indices du RevPar sur la période 2007-2017 montre toutefois un décrochage plus marqué en Belgique et en France du fait du contexte sécuritaire. L’Espagne, l’Angleterre et l’Allemagne passent devant la France en dynamique et en croissance de RevPar. Sur le cycle 2015-2017, la croissance en France est de seulement +0,1% en raison des attentats et du contexte économique, tandis que la croissance sur l’ensemble de l’Europe s’élève à +4,8 %. Globalement en 2015, tous les indicateurs étaient au vert pour les pays Européens en croissance du RevPar, notamment en Europe du Sud. En 2016, la croissance n’est que de +0,8% en Europe, et le RevPar en France enregistre une évolution de -5,1%. Il faut toutefois rappeler que sur 100% du chiffre d’affaires de l’hôtellerie en France, un peu plus de 50% est situé en Ile de France et en région PACA. La performance globale sur le territoire est ainsi fortement impactée par les attentats survenus dans ces régions. En enlevant l’Ile de France et PACA, le reste de la province a fait +4,4 % de croissance du RevPar en 2016. Il commence donc à y avoir de grandes disparités entre les différents marchés : Paris et PACA ne sont plus les seuls moteurs de croissance du RevPar au niveau national; l’hôtellerie de Province a en effet permis d’amortir l’impact des attentats.Le début d’année 2017 montre quant à lui des performances positives sur l’ensemble des pays européens. Fin février 2017, l’Europe enregistre une croissance +7,1% de RevPAR. La Belgique n’a pas encore totalement rattrapé son retard, mais il faut compter sur les sommets organisés à Bruxelles.Globalement, la moyenne du taux d’occupation en Europe est de 69,8%. Certains pays ne sont toutefois pas dans cette logique-là, notamment la France et la Belgique, mais cette situation est avant tout liée au terrorisme et non à un manque de dynamisme de la demande. Les autres pays européens enregistrent en effet des taux d’occupation extrêmement élevés. Par ailleurs, la France est l’un des pays qui enregistre le plus de nuitées dans l’hôtellerie de plein air.Concernant le nombre de nuitées générées par les clientèles internationales, la Péninsule Ibérique et la Grèce en particulier y sont très exposées, car ces marchés ne possèdent pas beaucoup d’activités ou de clientèle domestiques. Les anglais sont notamment attirés par la Péninsule ibérique, la Grèce, Malte et Chypre. Le Brexit semble pour l’instant avoir un impact positif sur la performance hôtelière dans ces régions. La Grande-Bretagne, l’Irlande, le Benelux, la France et l’Italie sont quant à eux des pays qui ont eu une grande proportion de clients américains. En mettant de côté les récents événements politiques, le taux de change actuel offre d'ailleurs un contexte favorable au retour de cette clientèle sur le continent. 1 à 2% de la clientèle chinoise se situe quant à elle en Europe, principalement au Benelux, en Suisse et en Allemagne.  

Vous aimerez aussi :

Cet article est réservé aux abonnés

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Register for free to Vote pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?