Accéder au contenu principal

Actualités

L'assureur Anbang contraint par le gouvernement chinois à vendre ses joyaux hôteliers ?

Les autorités chinoises viennent de demander à l'assureur Anbang de céder ses actifs à l'étranger. Or, s'il n'avait pas réussi à ravir Starwood Hotels & Resorts à Marriott International, l'assureur s'était tout de même constitué un important portefeuille hôtelier ces derniers mois.

L'assureur chinois Anbang s'est fait un nom hors de ses frontières à coup d'acquisitions spectaculaires en Occident, à commencer par le véritable feuilleton qui avait animé les marchés financiers lors du rachat de Starwood Hotels & Resorts par Marriott International (Anbang avait déposé des offres successives qui avaient contraint Marriott à surenchérir pour finalement l'emporter).Mais s'il n'était pas parvenu à mettre la main sur Starwood Hotels & Resorts, le groupe alors dirigé par Wu Xiaohui, entrepreneur chinois à succès qui vient d'être récemment débarqué car faisant l'objet d'enquêtes de la part des autorités, n'en a pas moins procédé à de nombreuses acquisitions d'hôtels hors des frontières chinoises.Cela a commencé par le rachat en 2014 pour près de 2 milliards de dollars du Waldorf Astoria NY, qui vient de fermer pour 3 ans dans le cadre de travaux de rénovation, qui conduiront notamment à la conversion de certaines chambres hôtelières en appartements "condominiums".Mais Anbang a aussi repris au printemps 2017 l'hôtel DoubleTree by Hilton Amsterdam, et surtout en 2016 le portefeuille Strategic Hotels & Resorts, valorisé à 6,5 milliards de dollars, qui comprenait les hôtels suivants :Mais les hôtels ne sont bien sûr pas le seul véhicule d'investissement à l'étranger d'Anbang, qui a notamment racheté les assureurs Tong Yang Life en Corée du Sud, Vivat aux Pays-Bas ou Fidea en Corée du Sud. Ainsi, si les autorités chinoises auraient selon plusieurs sources ordonné à Anbang de céder ses actifs à l'étranger, il n'est pas certain que cela se matérialise dans le segment de l'immobilier. D'autant que le groupe a pour l'instant démenti auprès de Bloomberg étudier toute forme de cession : cette procédure en cours pourrait donc être une stratégie des autorités chinoises pour contraindre de manière effective ses opérateurs les plus gourmands à cesser leurs acquisitions à l'étranger, plutôt que pour leur infliger des ventes forcées.Qu'adviendra-t-il alors du portefeuille hôtelier d'Anbang ? La question demeure en suspens.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Register for free to Vote pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?