Accéder au contenu principal

Actualités

Faillite de Thomas Cook, la fin d’une énigme ?

Après un mois et demi d'incertitudes, la marque Thomas Cook va finalement continuer d’exister grâce au rachat par la branche tourisme du conglomérat chinois, Fosun Tourism Group (FTG). Celle-ci reprend également les hôtels Casa Cook et Cook’s Club.

Le conglomérat chinois a annoncé avoir conclu un accord de rachat le 1er novembre pour l’acquisition de la marque Thomas Cook ainsi que le portefeuille d'hôtels des marques Casa Cook et Cook’s Club pour un montant total de 11 millions de livres sterling (soit environ 12,7 millions d’euros). Le rachat comprend également les droits et titres de plusieurs marques, des logiciels, applications et domaines internet, ainsi que les comptes des réseaux sociaux.

Qian Jiannong, président de Fosun, a déclaré que l'entreprise chinoise « a toujours cru en la valeur de la marque Thomas Cook ».

Il a également ajouté que :

« L'acquisition de la marque Thomas Cook permettra au groupe de développer son activité touristique en s'appuyant sur la notoriété de la marque Thomas Cook et la forte dynamique de croissance du tourisme chinois émetteur ».

Ce rachat fait suite à la mise en liquidation du tour-opérateur ainsi que ses filiales le 23 septembre 2019, après des négociations qui n’ont pas pu aboutir au cours du week-end des 21 et 22 septembre pour apporter une enveloppe supplémentaire de 200 millions de livres pour la recapitalisation de la société. La faillite avait engendré une situation de crise à travers le monde entier, avec 600 000 touristes bloqués dans leur destination qui ont dû être rapatriés en urgence, dont 10 000 ressortissants français et 150 000 britanniques. Également, 22 000 salariés se sont retrouvés sans emploi, dont 9 000 personnes au Royaume-Uni.

Le modèle économique du voyagiste avait eu raison de ce dernier, face à l’utilisation d’un seul type de avion multi-usages ainsi que des coûts d’exploitation trop importants, notamment dus à un important réseau d’agences avec pignon sur rue, agences qui ne sont pas prévues d’être reprises dans l’accord d’achat signé avec Fosun, la marque Thomas Cook étant relancée seulement en ligne, sur le modèle d’une OTA.

Pour rappel, le portefeuille d’hôtels, activité la plus rentable avec la branche aérienne de Thomas Cook, comprend 201 établissements à travers le monde, dont 74,8% se trouvent en Europe.

Les filiales aériennes, telles que Condor ou Thomas Cook Airlines Scandinavia ont également survécu à la crise, notamment par l’intermédiaire de prêts d’urgence gouvernementaux ou encore de rachats par d’autres sociétés. La compagnie danoise va ainsi être renommée SunClass Airlines après avoir été reprise conjointement par trois investisseurs, à savoir Strawberry Group, Altor et TDR Capital. Aussi les agences Thomas Cook au Royaume Uni ont été reprises par le groupe familiale Hays Travel, qui a rembauché 400 anciens salariés du tour-opérateur. Pour ce qui est de Thomas Cook France, la filiale française qui a été placée en redressement judiciaire le 1er octobre, a reçu vingt offres de reprises partielles de ses actifs, offres qui devaient initialement être examinées le 5 novembre au cours d’une audience avec le Tribunal de commerce de Nanterre qui a été reportée au 19 novembre prochain.

Fosun avait précédemment racheté le groupe français du Club Med en 2015 pour 939 millions d'euros à travers l’OPA la plus longue de l’histoire de la bourse de Paris, alors que Global Resorts témoignait à l’époque que « la situation actuelle et les niveaux de valorisation ne permettent plus de considérer que le Club Med constitue une opportunité d'investissement ».

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?