Accéder au contenu principal

Actualités

Acquisition de Fairmont Raffles International, Accorhotels s’explique

Arrivé le matin même du siège de FRHI à Toronto, Sébastien Bazin a prolongé l’explication qu’il a fournie aux représentants des principaux actionnaires par une mini conférence de presse improvisée au Royal Monceau, futur joyau parisien de son nouveau périmètre.

Malgré les traits tirés par un périple qui l’a conduit en quelques jours de Ryad à Dubai, de Singapour à Toronto pour revenir à Paris, Sébastien Bazin affichait la mine satisfaite des grands jours. «J’ai été particulièrement touché par l’accueil des équipes du siège de Fairmont Raffles International, qui n’affiche aucune crainte mais un réel engagement à se joindre à Accorhotels pour entamer un nouveau parcours avec nous dans l’univers du luxe», explique le P-dg du groupe. «Cet engagement est partagé par une incroyable adhésion des équipes Accor qui y voit la concrétisation de notre capacité à entreprendre de grandes choses et à participer comme acteur à la restructuration mondiale qui est en train de s’opérer». Ce double message positif est accompagné par une autre raison de sourire et un bémol qu’il faudra vite effacer. Sébastien Bazin fait d’abord état de la réaction globalement chaleureuse des propriétaires, tant d’hôtels sous enseigne Accor que sous l’une des trois marques acquises, Fairmont, Raffles et Swissotel. «Nous leur proposons finalement de diversifier leurs opportunités d’investissements. C’est ce qu’ils ont compris», souligne le P-dg qui regrette simplement qu’une fuite jugée inopportune dans la presse économique anglo-saxonne ait fait perdre 3% au titre en bourse, en raison d’un manque d’explications sur les tenants et aboutissement de l’opération. «Nous sommes en train de les récupérer, mais je constate également que l’ensemble des analystes ont salué le caractère stratégique de cette acquisition».Sans insister sur le détail de l’opération elle-même (voir notre article précédent), Sébastien Bazin annonce qu’il a confié à Michael Issenberg, patron d’Accorhotels Asie-Pacifique, le soin de piloter l’intégration de FRHI dans le groupe dans les six mois qui seront nécessaires avant de lever toutes les autorisations des différentes autorités de régulation. Il devra mettre en place une nouvelle organisation et profiter des économies d’échelle possibles en rassemblant les équipes.Il insiste sur deux points forts pour l’avenir, le "renforcement de la présence d’Accorhotels dans l’univers du luxe", avec une prévision de contributions au résultat brut de 40% pour le segment Economique, 25% pour le segment Midscale et désormais 35% pour le segment Haut de Gamme & Luxe, contre moins de 20% à ce jour. Par ailleurs, en réservant quelque 11% aux actionnaires Qataris et quelque 6% à Kingdom Holding du prince Al-Waleed, la structure du capital sort renforcée avec des acteurs de poids réputés pour leur stratégie à long terme. Dans la corbeille, FRHI apporte plus de 3 millions d’adhérents à ses programmes de fidélité, en grande majorité américains, et un pipeline de 40 hôtels sous les trois enseignes. 

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?