Accéder au contenu principal

Analyses

Mars 2021 : une troisième vague pour l'hôtellerie française

L'hôtellerie semblait reprendre progressivement ses marques en ce début d'année mais l'arrivée de nouvelles restrictions sanitaires et d'une troisième vague épidémique n'a pas épargné le secteur. Les clientèles internationales et d'affaires restent absentes et l'annonce d'un troisième confinement constitue un nouvel obstacle à la reprise pour les hôteliers.

La tendance de mars poursuit celle de février avec des chiffres similaires: au niveau national, l'hôtellerie enregistre un taux d'occupation de 28,5% contre 27,5% en février, le taux d'occupation se maintient à un peu plus de 65 € et le RevPar à un peu plus de 18 €. 

En mars 2021, Paris et sa région sont toujours les plus affaiblis. La capitale reste le territoire le plus impacté avec un taux d’occupation qui ne décolle guère : 13,2% soit 8 points de moins qu’en mars dernier. En effet, le premier confinement ayant débuté à la mi-mars 2020, les hôtels avaient au moins pu tirer profit de la première quinzaine de jours. Néanmoins, par rapport à l'avant crise (2019), ce sont 64,4 points de moins...

Bien que le prix moyen à Paris reste le plus élevé, c’est également sur ce territoire qu’est enregistrée la plus grande baisse par rapport à mars dernier (-32,1%). En effet, la province s’en sort avec un écart de 11,6% seulement par rapport à l'année dernière. Au niveau national, le prix moyen s’établit à 65,3 € en mars 2021, soit 19,7% de moins que l’an passé. Néanmoins, en comparaison à l'avant-crise, le prix moyen à l'échelle nationale a enregistré une baisse de 28,3%. 

En conséquence, le RevPar des hôtels à Paris s’élève à 12,6€ seulement en mars, soit une baisse de 57,7% par rapport la même période l’an passé et de 89% par rapport à 2019.

Toutefois, les chiffres sont plus encourageants au niveau de la Province qui résiste mieux que la capitale. En effet, elle enregistre un taux d’occupation de 32,2%, soit 8,6 points de plus que l’an passé et une évolution positive de son RevPar de 20,6% par rapport à 2020. C'est cependant plus de deux fois moins qu'en 2019 (-57%). Le prix moyen quant à lui reste impacté par une baisse de 11,6% par rapport à 2020 s’établissant ainsi à 63,4 €.

Cette différence par région s’explique en grande partie par la structure hôtelière. De manière générale, les segments super-économiques et économiques résistent le mieux aux conséquences de la pandémie avec des taux d’occupation respectifs de 39,2% et 31,4% sur l’ensemble du territoire contre 23,2% et 10,4% sur les segments moyens et haut de gamme. Les établissements moyen et haut de gamme, plus dépendants de la clientèle étrangère et d’affaire, ont inéluctablement été plus affectés.

D’autre part, le troisième confinement territorialisé qui a touché 16 départements dont l’Ile de France à compter du 20 mars limitant les déplacements inter-régionaux a eu pour conséquence une baisse de la fréquentation hôtelière en Ile-de-France à la fin du mois.

Au niveau national, si les performances sont en hausse du côté du taux d’occupation (+4,4% par rapport à Mars 2020), il n’en est pas de même pour le prix moyen et le RevPar qui enregistrent des baisses de près de 20% et 5% respectivement. La France reste encore bien loin des résultats de 2019.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?