Accéder au contenu principal

Actualités

Mai 2009 : une baisse continue mais relativement maîtrisée

Avec un nouveau retrait du RevPAR de 11,3 % en moyenne nationale, le mois de mai se situe - malheureusement - dans la lignée des mois précédents, voire même légèrement en dessous de la moyenne des cinq premiers mois de l’année (-9,6%). Le calendrier n’est pas venu en aide aux hôteliers loisirs. Le mois de mai 2009 n’est pas comparable dans sa structure d’activité avec le mois de mai 2008. L’an dernier, la conjonction du 8 mai et du lundi de Pentecôte avait permis un grand pont touristique débuté le mercredi soir alors que la Pentecôte est tombée en juin en 2009. Pour autant, un nombre inférieur de jours chômés ou en RTT est bénéfique pour les villes à forte fréquentation Affaires. Ce bénéfice potentiel a été largement amputé par les effets de la crise. La baisse d’activité est sensible dans toutes les catégories hôtelières (-3,7 à -9,6 points de TO). Si les catégories économiques parviennent à contrôler leurs canaux de distribution pour améliorer les prix moyens pratiqués, les catégories 3* et 4* sont engagées dans une stratégie de baisse des prix et de promotions qui creusent encore davantage le recul du RevPAR. Cependant, les écarts de prix moyens entre catégories se maintiennent, signe qu’il n’y a pas de cannibalisation extrême d’un segment à l’autre.

L’ écart entre les variations de RevPAR entre la région parisienne et le reste de la France est proche des 10 points. A Paris, les catégories 3 et 4* doivent consentir certains efforts sur leurs prix moyens alors que les clientèles affaires comme loisirs sont toujours plus regardantes à la dépense. Conséquence prévisible, Paris voit son RevPAR chuter de –15,5%. Néanmoins, malgré une baisse sensible (-5,4 pts), force est de constater que l’hôtellerie parisienne réussit à maintenir un bon niveau d’activité. La fréquentation globale dépasse les 78% et tutoie les 75 % pour le 4*. La province a continué à jouer son rôle d’amortisseur en mai, mais avec moins de vigueur. Son prix moyen reste quasiment stable par rapport à 2009 (-0,2%), soit une résistance moins importante que sur les cinq derniers mois (+2,1%). Les destinations touristiques ont subi un calendrier moins favorable aux loisirs dont les villes d’affaires n’ont pas pu profiter en raison de la faiblesse de l’activité économique. Avec Toulouse et Paris, Nice fait partie des grands perdants du mois passé. Celle-ci n’a pas bénéficié de l’effet Festival de Cannes. L’activité générée par le Festival de Cannes n’a pas débordé sur la région. L’éclaircie vient du Nord. Lille, grâce à un calendrier congrès bien rempli et l’opération loisirs Europe XXL, connaît une bonne activité depuis le début de l’année.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?