Accéder au contenu principal

Actualités

France : début d’amélioration en fin d'année

L'hôtellerie française fait des montagnes russes. Après un été correct, puis un mois d'octobre catastrophique marqué par un record historique avec une baisse du RevPAR à deux chiffres toutes catégories confondues, le mois de novembre s'est terminé sur une performance moins décevante. Le recul du RevPAR s'est limité à -6,3%, soit un recul moins prononcé qu'en 2008 (-7,1% l'an dernier). Fait marquant, le prix moyen est en positif (+0,4%), ce qui n'était plus arrivé depuis le premier mois de l'année 2009. La progression est assez sensible pour le 2* (+3,1%), même si celle-ci est contrebalancée par une baisse de la fréquentation (-5,4 pts). Comme toujours depuis le début de la crise, le prix moyen de l'hôtellerie Budget se montre imperméable aux fluctuations de la fréquentation. Ce qui n'est bien évidemment pas le cas de la catégorie 4*. Le remplissage des hôtels a dû une nouvelle fois être soutenu par une politique tarifaire souple pour s'adapter aux exigences de la clientèle affaires. Néanmoins, comme le segment milieu de gamme, le haut de gamme enregistre un meilleur résultat en novembre que sur douze mois glissants.

La différence de performances entre Paris et la Province, défavorable à la capitale française plus sensible à la conjoncture internationale, a été circonscrite en novembre. Paris a profité de l’effet bénéfique du salon biennal Batimat. Même si ce salon, visité par plus de 300 000 personnes, a été marqué par une affluence moins grande en raison de la crise, l’événement est toujours porteur et le nombre d’exposants est resté identique à 2007. Ainsi, par rapport à de nombreux mois de l’année où elle figurait en queue de peloton, la région Ile de France se situe dans la moyenne française, en dessous de régions comme le Midi-Pyrénées ou la Haute- Normandie, mais au dessus de Rhône-Alpes, Provence-Alpes- Côte d’Azur ou Nord-Pas de Calais. C’est l’Alsace qui fait figure de grand perdant du mois. Strasbourg avait bénéficié en 2008 d’une très forte activité du parlement européen, liée à la présidence française de l’Union Européenne. La fréquentation, en particulier celle de son hôtellerie haut de gamme, a nettement souffert de la comparaison. Lyon n’a pas non plus bénéficié comme l’an dernier d’un calendrier MICE porteur.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?