Accéder au contenu principal

Actualités

Enfin la reprise pour le 4* français !

Après un bon premier trimestre, l’hôtellerie 4* française connaît un second trimestre qui vire à l’exceptionnel. Tous les voyants sont au vert. Après un excellent mois d’avril (+10.6% pour le RevPAR), mai est encore meilleur !

Le mois a été excellent pour le haut de gamme français, avec un RevPar qui bondit de 13,5% par rapport à 2005. Hors évolutions exceptionnelles dues à des salons, il ne s’agit pas moins pour la catégorie de la meilleure performance mensuelle depuis…. Octobre 2002 – qui logiquement enregistrait un fort rebond par rapport à 2001. La reprise semble enfin là ! ce que confirme avec éclat la bonne tendance amorcée depuis 12 mois (+7,5% de croissance pour le RevPAR à périmètre constant). Si tous les indicateurs connaissent une progression positive, le taux d'occupation tient lieu de locomotive de la hausse depuis un an (+ 4,2 pts sur 12 mois glissants) face à un prix moyen qui progresse aussi, certes, mais de façon plus modérée (+ 0,8%).Sur 12 mois glissants toujours, les différentes catégories d’hôtels 4*, que ce soient les hôtels de centre-ville, en périphérie, ceux situés à proximité des aéroports ou sur le littoral français enregistrent tous un rebond significatif du taux d’occupation (de l’ordre de +3 à +5 points). En terme de taille, ce sont les hôtels de 250 chambres et plus qui ont le plus profité de cette période porteuse pour le haut de gamme national, un phénomène qui là encore s'inscrit dans la tendance des 12 derniers mois. Enfin, il faut noter que les palaces sont les rois du haut de gamme, en terme de standing comme de RevPar : +15% par rapport à l'année dernière à la même époque.. "Depuis ce début d'année, nous sommes assez satisfaits de l'activité. Elle a été très soutenue en affaires sur le premier trimestre au détriment de la clientèle loisirs. Depuis avril, nous constatons l'inverse " confirme Olivier Voarick, directeur du Château de l'Ile Grandes Etapes à Strasbourg. "La bonne tenue de notre spa nous a aussi permis de fidéliser une clientèle loisirs". En mai, le phénomène de hausse est perceptible sur l'essentiel du territoire. Mais la capitale en est l'épicentre : son parc 4* progresse de 17,1% en terme de RevPar, contre 7,9% en province. "L’évolution des performances du Crillon est réelle comparée à il y a cinq ans " constate ainsi Marie-Béatrice Lallemand, Directrice Générale de l'enseigne Concorde et directrice par interim du palace de la place du même nom. "La bonne tendance s'est accentuée depuis 2005. Ceci est d'ailleurs vrai pour toute l’hôtellerie de prestige parisienne et tient en grande partie au contexte international qui favorise à nouveau les voyages". Le retour des clientèles américaine et japonaise n'est bien sûr pas étranger à la bonne santé retrouvée du haut de gamme. Autre facteur stimulant pour le TO : la multiplication des offres spéciales à destination des familles (et autres groupes multi-générationnels) pour répondre à une demande croissante en la matière. Il faut aussi prendre en compte la fin de la guerre tarifaire qui avait vu certains établissements brader leurs chambres au point de faire de l'ombre parfois au segment 3*. En Mai, le prix moyen sur Paris augmente de 10,4%. Certes l’absence de pont cette année a permis aux hôteliers de limiter les traditionnelles promotions week-end qui grèvent les prix moyens. De plus, à Paris, Ils ont bénéficié d’un évènementiel exceptionnel avec la tenue la même semaine du Congrès de cardiologie et de la finale de la Champion’s league de Football. Le 17 mai, la catégorie dans son ensemble a même enregistré un record de remplissage avec un taux d’occupation moyen tout proche de 100%…. à l’échelle de Paris. Ce résultat, très localisé, relève certes de l’exceptionnel mais il est parfaitement symptomatique de la période actuelle…. Une reprise enfin retrouvée.Sur 12 mois glissants toujours, les différentes catégories d’hôtels 4*, que ce soient les hôtels de centre-ville, en périphérie, ceux situés à proximité des aéroports ou sur le littoral français enregistrent tous un rebond significatif du taux d’occupation (de l’ordre de +3 à +5 points). En terme de taille, ce sont les hôtels de 250 chambres et plus qui ont le plus profité de cette période porteuse pour le haut de gamme national, un phénomène qui là encore s'inscrit dans la tendance des 12 derniers mois. Enfin, il faut noter que les palaces sont les rois du haut de gamme, en terme de standing comme de RevPar : +15% par rapport à l'année dernière à la même époque.. "Depuis ce début d'année, nous sommes assez satisfaits de l'activité. Elle a été très soutenue en affaires sur le premier trimestre au détriment de la clientèle loisirs. Depuis avril, nous constatons l'inverse " confirme Olivier Voarick, directeur du Château de l'Ile Grandes Etapes à Strasbourg. "La bonne tenue de notre spa nous a aussi permis de fidéliser une clientèle loisirs". En mai, le phénomène de hausse est perceptible sur l'essentiel du territoire. Mais la capitale en est l'épicentre : son parc 4* progresse de 17,1% en terme de RevPar, contre 7,9% en province. "L’évolution des performances du Crillon est réelle comparée à il y a cinq ans " constate ainsi Marie-Béatrice Lallemand, Directrice Générale de l'enseigne Concorde et directrice par interim du palace de la place du même nom. "La bonne tendance s'est accentuée depuis 2005. Ceci est d'ailleurs vrai pour toute l’hôtellerie de prestige parisienne et tient en grande partie au contexte international qui favorise à nouveau les voyages". Le retour des clientèles américaine et japonaise n'est bien sûr pas étranger à la bonne santé retrouvée du haut de gamme. Autre facteur stimulant pour le TO : la multiplication des offres spéciales à destination des familles (et autres groupes multi-générationnels) pour répondre à une demande croissante en la matière. Il faut aussi prendre en compte la fin de la guerre tarifaire qui avait vu certains établissements brader leurs chambres au point de faire de l'ombre parfois au segment 3*. En Mai, le prix moyen sur Paris augmente de 10,4%. Certes l’absence de pont cette année a permis aux hôteliers de limiter les traditionnelles promotions week-end qui grèvent les prix moyens. De plus, à Paris, Ils ont bénéficié d’un évènementiel exceptionnel avec la tenue la même semaine du Congrès de cardiologie et de la finale de la Champion’s league de Football. Le 17 mai, la catégorie dans son ensemble a même enregistré un record de remplissage avec un taux d’occupation moyen tout proche de 100%…. à l’échelle de Paris. Ce résultat, très localisé, relève certes de l’exceptionnel mais il est parfaitement symptomatique de la période actuelle…. Une reprise enfin retrouvée.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?