Accéder au contenu principal

Analyses

Avril 2021 : un dernier obstacle avant la lumière estivale

Si l’hôtellerie française pensait voir arriver des jours meilleurs, le mois d’avril, qui appelle pourtant aux vacances et aux déplacements en temps normal, lui a encore mis des bâtons dans les roues. Toutefois, malgré la mise en place d’un troisième confinement national à partir du 3 avril, les performances ne sont pas si décourageantes.

Par rapport au mois précédent, les performances hôtelières d’avril n’ont subi qu’une légère baisse. Au niveau national, le taux d’occupation qui s’élevait à 28,5% en mars tombe à 22% tandis que le PM est resté à un niveau relativement stable (65,7€ contre 65,3€ en mars). En conséquence, le RevPar des hôtels à l’échelle nationale s’est établi à 14,3€ en avril (contre 18,6€ en mars 2021).

Mais l’impact reste moindre comparé à ce que le secteur a connu en 2020. De fait, par rapport à avril 2020, où l’économie française était totalement paralysée, les performances sont presque encourageantes : le RevPar à l’échelle nationale enregistre une hausse de 563%. Mais la rémission de l’hôtellerie n’est pas pour tout de suite : le TO connaît toujours un écart de -49,7% par rapport à l’avant-crise, le PM a baissé de 26,2% et le RevPar de 55,6%.

En avril 2021, Paris continue de rester la zone la plus impactée avec un TO qui dépasse à peine les 11%. Cependant, il faut noter que Paris reste aussi la zone qui enregistre le plus fort regain en termes de RevPar par rapport à avril 2020 (x11) étant donné la situation catastrophique qu’avait connue l’hôtellerie parisienne au début de la pandémie.

A l’inverse, la Province continue d’afficher les meilleures performances avec un TO de 23,8% en avril 2021, un PM de 65,1€ et un RevPar de 15,5€. Bien que son TO diminue en avril par rapport à mars 2021, le PM est quant à lui sur une pente ascendante (63,4€ en mars). Si la Province enregistre toujours un écart très important avec la situation d’avant-crise (un RevPar qui a chuté de 66,9% par rapport à avril 2019), la situation est reste nettement mieux qu’en avril 2020 (x8).

Cette différence par région s’explique en grande partie par la structure hôtelière. Le segment super-économique enregistre un TO de près de 32% en avril 2021 tandis que le segment haut de gamme, plus représenté en Ile de France, dépasse difficilement les 7%.

Toutefois, il faut noter que Paris enregistre une plus légère baisse de son TO en avril 2021 par rapport à mars 2021 (-2,1 points) que la Province (-8,4 points). Cela peut en partie s’expliquer par les déplacements professionnels qui ont continué à être autorisés tandis que les autres types de déplacements inter-régionaux et au-delà de 10 kilomètres étaient interdits.

L'obstacle du troisième confinement a été maitrisé prouvant ainsi la capacité de résilience de l'hôtellerie. Les chiffres sont donc plutôt encourageants par rapport à l’an passé et la levée des restrictions des kilomètres, la perspective de la réouverture des bars et restaurants au mois de mai, ainsi que la saison estivale qui approche, présagent des jours meilleurs très prochainement.

Cet article est réservé aux abonnés

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?