Accéder au contenu principal

Actualités

Les perspectives économiques européennes et mondiales suite à la crise liée à la pandémie de Covid-19

Intervention de Christophe Barraud, Chef économiste et stratégiste :

Au premier semestre, la pandémie de Covid-19 a plongé l’économie mondiale dans sa plus forte récession depuis la deuxième guerre mondiale. Au moins 188 pays ont été touchés par cette crise sanitaire, qui a frappé au plus mauvais moment beaucoup de pays développés alors que ces derniers présentaient déjà des signes de ralentissement de leur croissance.

Après une récession mondiale extrêmement marquée, la reprise a été perceptible à partir de la deuxième partie du deuxième trimestre 2020.  

Cette reprise est due à la normalisation sur le plan sanitaire, mais a été rendue possible grâce à trois facteurs :

  • La réaction massive des autorités chinoises face à l’effondrement de la demande externe et à la reprise extrêmement lente de la demande domestique : des investissements massifs ont été effectués sur le plan public.
  • La réponse extrêmement significative en termes de politique monétaire au niveau mondial : des injections massives de liquidités à hauteur de 7 trillions de dollars ont eu lieu dans les banques centrales du G7. Les pays émergents ont également réagi avec des baisses des taux d’intérêts directeurs.
  • Les politiques fiscales dans les pays développés, avec pour stratégie de préserver les revenus des ménages, qui ont permis de constituer un surplus d’épargne majeur pendant le confinement, puis un rebond quasi immédiat de la consommation de biens pendant la phase de reprise, ce qui a permis à l’économie de repartir relativement vite.

Le manque de visibilité les 6 prochains mois est cependant très complexe et génère des incertitudes politiques (les résultats des élections américaines, le Brexit notamment …) et sanitaires et va peser sur la croissance. La reprise économique commence à s’essouffler (à la fin du troisième trimestre 2020) dans les pays développés avec le retrait de certaines mesures de soutien mises en place par les gouvernements. Une rechute de l’activité dès le quatrième trimestre semble inévitable pour certains pays européens.

Cependant, une reprise durable en zone euro pourrait être amorcée à partir du deuxième trimestre 2021. Des avancées sur le plan sanitaire sont en effet attendues. La probabilité de voir émerger un vaccin est d’environ 50% (plus de 200 candidats au vaccin sont actuellement à l’étude dont une cinquantaine en phase d’essai clinique et une dizaine en phase 3, 300 traitements sont en cours d’élaboration).

Associée à une politique monétaire encore plus accommodante (de nouvelles mesures sont attendues en décembre), la politique fiscale expansionniste devrait continuer de préserver le pouvoir d’achat des ménages pour ensuite soutenir l’investissement avec le plan de relance. Le surcroît d'épargne accumulée des ménages estimé à 50 milliards d'euros fin août 2020 sera injecté un moment ou un autre dans l’économie.   

La lumière sera potentiellement au bout du tunnel à partir du T2 2021. Il faut donc rester optimiste.

Pour regarder le replay, cliquez ici.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?