Accéder au contenu principal

Analyses

#GLF 2019 : « Seuls le temps et la glace sont maîtres »

Bienvenue au Global Lodging forum 2019 ! Au programme de cette première journée, pléthore de Keynotes et de conférences des acteurs clés du secteur de l’hôtellerie et du tourisme. Quelles réactions face aux nouveaux acteurs du collaboratif ? Comment s’adapter aux changements climatiques ? Quels changements dans le recrutement des collaborateurs ? Les marques lifestyle : quelle définition ? Autant de questions auxquelles se sont efforcés de répondre les intervenants de cette première journée, dont vous trouverez ici les phrases les plus marquantes. Comme une invitation à la seconde journée du Forum, demain.

George Panayotis, CEO Hospitality-On

Georges Panayotis

En ouverture du Global Lodging Forum, George Panayotis, fondateur du groupe MKG et d’Hospitality ON, organisateurs du forum, a présenté sa vision de l’hôtellerie tout en rappelant quelques points clefs de l’histoire de cette formidable industrie. L’apparition du Yield Management, le passage en Asset light, aujourd’hui la digitalisation… Georges Panayotis souligne à quel point les enjeux du moment sont importants, le digital, l’expérience client, le collaboratif qui prend des parts de marché. Un avertissement qui est aussi une invitation à la réaction. L’occasion aussi pour lui de partager un secret, en forme de conseil : n’oubliez pas le principal, vous devez accueillir le client, et toujours le mettre au centre. Et avec ça le 21ème siècle sera celui des hôtels. Le ton est donné pour ce 24ème Global Lodging Forum.

"Le résultat est tout autre, les tarifs ont explosé avec des produits qui ne suivaient plus en termes de qualité…  et c’est le sacro-saint rapport qualité-prix qui a commencé à en prendre un coup."

George Panayotis, CEO Hospitality-On

Vanguélis Panayotis, CEO, MKG group

George Panayotis, CEO Hospitality-On     En ouverture du Global Lodging Forum, George Panayotis, fondateur du groupe MKG et d’Hospitality ON, organisateurs du forum, a présenté sa vision de l’hôtellerie tout en rappelant quelques points clefs de l’histoire de cette formidable industrie. L’apparition du Yield Management, le passage en Asset light, aujourd’hui la digitalisation… Georges Panayotis souligne a quels point les enjeux du moment sont importants, le digital, l’expérience client, les distributeurs qui attaquent les marges, le collaboratif qui prend des parts de marché. Un avertissement qui est aussi une invitation à la réaction. L’occasion aussi pour lui de partager un secret, en forme de conseil : n’oubliez pas le principal, vous devez accueillir le client, et toujours le mettre au centre. Et avec ça le 21ème siècle sera celui des hôtels. Le ton est donné pour ce 24ème Global Lodging Forum.  Le résultat est tout autre, les tarifs ont explosé avec des produits qui ne suivaient plus en termes de qualité…  et c’est le sacro-saint rapport qualité-prix qui a commencé à en prendre un coup. C’est ça le résultat de la financiarisation de l’hôtellerie. George Panayotis, CEO Hospitality-On Vanguélis Panayotis, CEO, MKG group      Avec Vanguelis Panayotis, c’est une nouvelle génération de décideurs et d’observateurs acérés du tourisme qui s’avance sur la scène du Global Lodging Forum. Et là encore le constat est le même : les défis qui font face à l’industrie sont nombreux, imposants. Mais plus que des nouveaux acteurs, c’est avant tout sur des nouveaux états sur lesquels alerte le CEO de MKG Consulting. La Chine avance, toujours plus forte. Ses aéroports ont rattrapé les grands hubs européens ou américains comme Atlanta ou Roissy. Le rachat de Radisson propulse Jin Jiang à la seconde place des groupes hôteliers mondiaux. Et bientôt – voire déjà – c’est l’Inde qui viendra sur le marché. En 2013 OYO représentait une dizaine de chambres. 5 ans plus tard, l’entreprise gère un demi-million de clés. Et attention ils arri

Avec Vanguélis Panayotis, c’est une nouvelle génération de décideurs et d’observateurs acérés du tourisme qui s’avance sur la scène du Global Lodging Forum. Et là encore le constat est le même : les défis qui font face à l’industrie sont nombreux, imposants. Mais plus que des nouveaux acteurs, c’est avant tout sur des nouveaux états que le CEO de MKG Consulting alerte. La Chine avance, toujours plus forte. Ses aéroports ont rattrapé les grands hubs européens ou américains comme Atlanta ou Roissy. Le rachat de Radisson propulse Jin Jiang à la seconde place des groupes hôteliers mondiaux. Et bientôt – voire déjà – c’est l’Inde qui viendra sur le marché. En 2013, OYO représentait une dizaine de chambres. 5 ans plus tard, l’entreprise gère un demi-million de clés. Et attention, ils arrivent en Europe. Ce changement de centre de gravité doit aussi interroger sur le métier des hôteliers… Qui sont les opérateurs ? Qui est l’opérateur entre Airbnb et le propriétaire de l’appartement ? Est-ce le même opérateur qui dans le même espace gère la chambre, le lieu de co-working, de wellness ? Et c’est dans ces questions que se trouvent les enjeux, car comme le rappelle Vanguélis Panayotis : « être disruptif quand on vend un lit et un bureau : c’est compliqué ».

"Quelle sera la forme des métiers de demain dans l’hôtellerie ? Ou plutôt : qui sera l’opérateur des actifs ? Les acteurs détiennent de moins en moins, et gèrent de plus en plus. Et selon cette logique, c’est Airbnb qui est le troisième gestionnaire planétaire."

Vanguélis Panayotis, CEO, MKG group

Ils ou elles ont dit lors de cette première journée...

Thomas Willms

"En 2019 notre groupe a atteint les 100 Hôtels. Dans les 5 ans, nous voulons atteindre les 250. C’est ce défi, que nous allons relever, qui fait de Deutsche Hospitality une petite compagnie, certes, mais une compagnie pleine de promesse, de passion."

Thomas Willms, CEO Deutsche Hospitality

  Frédéric Le Guen

"Le digital, tout le monde en parle, tout le monde veut le travailler, y participer. Mais c’est coûteux, c’est complexe. Alors chez Belambra nous avons développé une approche pragmatique, le digital oui, mais à condition que cela serve le service, que cela améliore réellement le service client, que cela lui soit utile. Le digital oui, mais si il est au service du service."

Frédéric Le Guen, CEO, Belambra Clubs

  Franck Gervais

"Chez Accor nous avons une conviction : l’expérience client, c’est ce qu’il y a de plus beau dans le métier d’hôtelier. Et c’est cela qu’il nous faut ré-inventer. Pourquoi ? Parce que les clients nous le demandent. Car par son smartphone, par son mode de vie, le client veut aujourd’hui de l’immédiat, du personnel, de la simplicité. Pas de la valeur juste pour elle-même. Et nous allons ré-inventer cette expérience en s’appuyant sur 3 points : des hôtels plus ouverts, qui mettent au centre des Hommes, toutes les femmes et hommes qui se croisent dans les hôtels, et des hôtels sous de nouvelles marques."

Franck Gervais, CEO Accor Europe & Président Union des Annonceurs

  Jérôme Tafani

"Le digital représente une opportunité fantastique, notamment pour les challengers d’un marché. Pour autant il faut sortir de l’idée que le digital permet de faire n’importe quoi. Il faut s’appuyer sur un bon produit, puis sur une marque. Et vient ensuite le digital, et nous, nous avons utilisé les fans. Vous êtes dans une ville sans Burger King alors que c’est votre fast-food préféré ? Nous vous payons le déménagement. Et opération de ce type bien menée sur les réseaux sociaux nous permet l’économie de publicité en prime time sur TF1. Car le digital c’est aussi se différencier, dans le ton, faire les choses différemment. Le produit, la marque et parler différemment par le digital. C’est ça la recette gagnante du retour de Burger King en France."

Jérôme Tafani, VP & CEO, Burger King France

  Nicolas Dubreuil

"Il y a deux raisons au fait que vous ne preniez pas en compte le développement durable lors de vos projets, lors de vos créations d’entreprises, d’hôtel. La première c’est parce que vous ne comprenez pas ce qu’est la Nature, vous en avez une vision tronquée. C’est pour ça que chez Ponant, nous vous emmenons en expédition au contact de la vraie Nature, la dure, celle qui ne pardonne jamais. L’homme pardonne parfois, dieu toujours, la Nature jamais. La seconde raison c’est que vous êtes mal informés. Le passage du nord-est ? Un fantasme, en fondant la banquise rend les eaux du Nord encore plus dangereuses du fait des blocs de glaces flottant de manière anarchique. Plus ça fond, moins c’est praticable. Seuls le temps et la glace sont maîtres."

Nicolas Dubreuil, Director of Expedition Cruise and sustainability for Ponant

  Arnaud Hermann

Pensez-vous qu’il soit possible de créer une industrie hôtelière qui soit neutre en carbone ? Est-ce que la neutralité carbone est possible dans l’hôtellerie ?

"Oui. Bien sûr. Mais la vraie question c’est : à quelle échéance ? Les difficultés ne sont pas techniques, nous savons faire des bâtiments quasiment neutres en carbone. Mais le problème c’est le parc ancien : il faudra tout rénover. Et puis il y aura toujours des émissions induites, sur lesquels les groupes n’ont pas réellement de contrôle : la restauration, le fournisseur d’énergie. De plus, cela se fera avec un ambitieux programme de conduite du changement et d’explication : il faudra sensibiliser le client."

Arnaud Hermann, VP sustainable development at Accor.

"Pour le bâtiment, c’est plus compliqué. La réponse est sans doute non en l’état. C’est-à-dire que sans compensation des émissions il n’y aura pas de neutralité carbone de la filière. On ne fait pas de construction sans émettre. Mais là encore, le vrai enjeu, c’est la réhabilitation. Des bâtiments en bas carbone, nous savons en faire, mais c’est intervenir sur le parc existant qui permettrait de réellement faire des économies sur le CO2 dégagé."

Fabrice Kergolot, director of sustainable development and innovation, Vinci Immobilier

  Isabelle Rochelandet

"Dans les chaines volontaires, dans les réseaux indépendants, il a fallu faire un vrai travail d’évangélisation pour que nos hôteliers passent au digital. Il fallait que tout le monde comprenne les outils, l’utilité de les mettre en œuvre. Il y a une telle diversité chez nos hôteliers que ça a été difficile de leur faire accepter à tous le même outil, les mêmes pratiques. Sur la réservation cela a fini par marcher, et aujourd’hui la réservation, le management est digitalisé. Mais par exemple, sur la question des réseaux sociaux et des e-réputations, il reste encore beaucoup de travail. Retour à l’évangélisation donc."

Isabelle Rochelandet, VP Choice Hotels Europe, Philippe Marguet, Chairman of the management board, the originals Human Hotels & Resort, Marc Plisson, Président, Akena Hotels et Karim Soleilhavoup, CEO, Fédération international des logis.

A demain, mardi 16 avril, pour la seconde journée du Global Lodging Forum 2019 ! Retrouvez très bientôt la suite de cette première journée...

Accédez gratuitement à la suite de l'article

Créez votre compte et accédez à de nombreux contenus exclusifs

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?