Accéder au contenu principal

Destinations

Euro 2016 : premiers chiffres & infos stratégiques à savoir pour les pros du tourisme

A l'occasion de la signature d'une convention officialisant le partenariat entre l'Euro 2016 et Atout France, les organisateurs ont révélé d'excellents premiers chiffres sur l'état des réservations. Hospitality ON revient sur tous les points-clés à retenir pour comprendre et anticiper les dynamiques de l'évènement : impact attendu, leçon d'évènements passés (JO de Londres, Euro 2012), calendrier détaillé, ou encore acteurs de la commercialisation.

11 millions de demandes de billets, pour 1 million mis en vente : c'est le bilan de la première phase de commercialisation de l'Euro 2016, qui s'est déroulée du 10 juin au 10 juillet 2015, 1 an exactement avant la compétition. La demande semble donc être là, à l'heure où Atout France et l'Euro 2016 officialisaient un partenariat, déjà effectif depuis plusieurs mois, visant à mener des actions communes en matière de promotion de la France (opérations de RP, communication grand public et sur les outils digitaux). Les deux acteurs avanceront ainsi main dans la main pour pousser la destination à l'international.Surtout, et c'est un paramètre important pour les professionnels français de l'hébergement, là où les organisateurs disaient attendre un ratio traditionnellement proche de 40% d'étrangers / 60% de locaux, cette phase de commercialisation des billets a donné un éclairage différent : 59% des billets vendus l'ont été à des étrangers (dont environ 30% aux allemands et britanniques), contre 41% à des français. Les officiels ont ainsi révisé à la hausse leur objectif de nombre de visiteurs internationaux accueillis pendant l'évènement à 1,5 millions, contre 1 million auparavant, soit 60% de l'affluence totale attendue à 2,5 millions de spectateurs. La demande internationale, qui émane de plus de 180 pays, est une dynamique qui devrait renforcer l'impact économique global de l'évènement, chiffré par une étude du Centre de droit et d'économie du sport de Limoges à 1,2 milliards d'euros de retombées induites (hors infrastructures/consommation locale), dont 600 millions dans la restauration, l'hébergement et le commerce.Il faut toutefois rappeler que les données réelles constatées lors de l'accueil de grands évènements invitent à la prudence, en tous cas en ce qui concerne la seule période de l'évènement : ainsi, lors de l'accueil des JO à Londres en 2012, les taux d'occupation des hôtels de la ville avaient nettement baissé, sous l'effet conjoint de la hausse des prix, de l'impact de l'arrivée sur le marché de la nouvelle offre d'hébergement, et d'un effet de repoussoir auprès des clientèles traditionnelles. L'Office national des statistiques britanniques avait ainsi officiellement dû reconnaitre (voir notre article) que le pays n'avait accueilli que 3,18 millions de visiteurs étrangers sur le mois de juillet 2012, 180 000 de moins que l'année précédente, et un recul de 7% des arrivées sur les mois de juin à août 2012. Pour les hébergements, l'impact de ce type d'évènement est donc souvent plus diffus dans le temps ; et il passe d'ailleurs plutôt par le développement d'offre et d'infrastructures (des facteurs positifs à long terme), même si bien sûr sur le moment ce sont les prix moyens qui sont le moteur de la dynamique de croissance. C'est aussi ce qui avait été constaté lors de la précédente édition de l'Euro, co-organisée par la Pologne et l'Ukraine en 2012, avec une flambée des prix moyens en juin 2012, et un recul des taux d'occupation :

Logiquement, la petite taille de ces marchés amplifie l'impact ponctuel de l'évènement, et donc la hausse des prix moyens. Quand la Pologne avait accueilli 31 millions de nuitées dans ses hébergements marchands en 2012, plus de 200 millions avaient été accueillis en France la même année. Etant donné que les professionnels français du tourisme auront du mal à ne pas dissuader les organisateurs d'évènements d'affaires, traditionnellement nombreux à cette période, d'opter pour d'autres destinations, la hausse des prix devrait donc être donc bien plus modérée en France, et se concentrer sur les dates de matchs, dont voici le calendrier détaillé (avant le tirage au sort, qui aura lieu le 12 décembre 2015) :Au-delà des jours de matchs dans les villes-hôtes, une importante demande d'hébergement est également traditionnellement associée aux "camps de base", où les équipes nationales et arbitres viendront séjourner. Pour la première fois dans une compétition sportive internationale, le catalogue des 68 camps de base proposés est présenté sous la forme d'un site internet : http://teambasecampseuro2016.uefa.ch. Pour devenir un camp de base, il faut un hôtel de standard supérieur avec un centre d'entraînement à moins de 20 min de l'hôtel, ainsi qu'un aéroport à proximité (pour permettre aux équipes de se déplacer la veille de match), puis contracter un accord avec l'agence officielle d'hébergement de l'Euro 2016, Kuoni (qui attend plus de 250 000 nuitées pendant le tournoi).

Vous aimerez aussi :

 

     

    Accédez gratuitement à la suite de l'article

    Créez votre compte et accédez à de nombreux contenus exclusifs

    J'en profite

    Déjà inscrit ?

    Chargement...

    Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

    Accéder à l'article suivant.

    Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

    Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?