Accéder au contenu principal

Entretiens

Entretien avec le Dr Andreas Karsten, Directeur Général, Vienna International Hotelmanagement AG

Si Vienna International Hotels & Resorts est l’un des plus grands groupes hôteliers autrichiens avec des établissements de Paris à Moscou, VI possède également un savoir-faire dans l’observation de marché comme dans le développement, et est réputé en tant que spécialiste de la restructuration avec une expertise dans le redressement. Le groupe poursuit sa croissance en visant de nouveaux marchés en Europe Centrale. Andreas Karsten est le CEO du groupe depuis le mois de septembre 2011. Après avoir obtenu son doctorat en droit, il a commencé sa carrière dans le département du droit du travail de Preussag AG (aujourd’hui TUI AG). En 2013, Andreas Karsten a intégré le département Hotels & Resorts de TUI AG et a été nommé CEO de Magic Life en 2004.

Les établissements du groupe en Pologne ont réalisé de bons résultats en 2012, à quoi est principalement due cette croissance dans un contexte économique morose ?

Vienna International Hotels & Resorts est parmi les chaînes hôtelières les plus importantes en Pologne. L’ouverture d’un bureau de ventes en 2011 nous a permis de créer des synergies et donc de pénétrer le marché d’une manière plus efficace. En ce qui concerne les tendances générales, au cours des dernières années de morosité économique, la Pologne a réussi à maintenir la croissance de son PIB à des niveaux élevés. Ce qui reflète la bonne situation financière des entreprises locales et des ménages, permettant de maintenir la demande locale, cruciale pour nous. Un autre facteur extérieur est à prendre en compte, les effets de l’Euro 2012. Etonnement, les villes hôtes n’ont pas été les seules à bénéficier de la manifestation. Cracovie, par exemple, a accueilli les équipes anglaises et italiennes et notre hôtel a servi de centre de presse pour l’Association Anglaise de Football.La Pologne est-elle un marché où vous constatez un potentiel de croissance important ?Nous voyons la Pologne comme un marché prometteur, notamment en raison d’une économie locale en relative bonne santé, d’une base solide de la demande intérieure et des fonds complémentaires de l’Union européenne. La Pologne est toujours vue comme une destination attrayante pour les investissements, offrant un excellent rapport qualité-prix en termes de main-d’oeuvre. En ce qui concerne le tourisme, l’organisation réussie de l’Euro 2012 a augmenté la notoriété de la destination auprès des autres pays et a créé une publicité positive. Le tout, complété par des améliorations rapides des infrastructures, comme les nouveaux aéroports et un réseau autoroutier mieux développé, devrait attirer un certain nombre de touristes dans la destination au cours des années à venir. Quels sont les défis que vous avez dus relever pour entrer sur le marché russe et y développer votre activité ?Selon les dernières études réalisées, Moscou devrait être parmi les trois premières villes en ce qui concerne la croissance hôtelière. Sur la seule année 2013, neuf hôtels de chaînes internationales vont ouvrir leurs portes, avec une capacité totale de 1 958 chambres. D’ici la fin de l’année 2013, le nombre total de chambres d’hôtel à Moscou devrait ainsi dépassé les 23 000. Le marché est en évolution constante, ouvrant des nouvelles opportunités de marché. Le tourisme évènementiel est en pleine croissance et un certain nombre d’hôtels reconnaissent que c’est une importante tendance. Les hôtels sont particulièrement attentifs à la certification et à la classification. Un nombre insuffisant d’évènements sont organisés dans les villes régionales, affectant le flux touristique. Généralement, un produit hôtelier doit être correctement équilibré et ce n’est pas le cas aujourd’hui.La notion du luxe est-elle différente en Russie de ce que le groupe connait en Europe Centrale et en Europe de l’Ouest ?La Russie est bien intégrée dans l’économie mondiale, mais je peux témoigner que le luxe a une autre importance, plus élevée, pour les voyageurs russes d’affaires et de loisirs qu’en Europe Centrale et en Europe de l’Ouest. Le marché du luxe est plus jeune, mais s’est développé et est devenu tendance rapidement. Beaucoup d’enseignes internationales sont présentes en Russie, allant des voitures Bentley et Lanborghini aux chaînes hôtelières, et nous avons l’intention d’y implanter une nouvelle adresse de luxe de référence, en ouvrant le nouvel hôtel Astrum Shelkovo / Moscow.Quels sont les autres opportunités de développement ?L’industrie hôtelière en Russie progresse bien, mais les leaders traditionnels restent Moscou et Saint-Pétersbourg, réalisant près de 70% du chiffre d’affaires hôtelier russe. Les grands groupes hôteliers ont entamé leur expansion, principalement dans les villes de plus de un million d’habitants, en raison d'un faible niveau de concurrence, une plus grande rentabilité par rapport à l’Europe et le développement du tourisme d’affaires. Selon les sondages, plus de 40% des visiteurs étrangers qui viennent en Russie le font pour un voyage d’affaires. Vienna International est très actif dans ces villes russes et les propriétaires apprécient nos conseils en ce qui concerne les normes de construction hôtelière et d'exploitation individuelle. Vos enseignes phares, andel's et angelo, peuvent-elles correspondre au marché russe ?Nous venons d’ouvrir à Munich notre 7ème hôtel angelo, après Prague (2006), Bucarest (2007), Pilsen et Munich (2008), Ekaterinburg (2009) et Katiwice (2010). En ce qui concerne andel’s, nous opérons quatre établissements à Prague, Cracovie, Berlin et Lodz. Les deux enseignes représentent des hôtels design de qualité avec une approche très fonctionnelle pour les voyageurs d’affaires mais également de loisirs. Les deux correspondent tout à fait au marché russe. L’hôtel angelo Ekaterinburg est un bon exemple puisqu’il a augmenté son GOP de 93% entre 2011 et 2012 (en euros).Quelles sont vos prévisions de performances pour 2013 en ce qui concerne l’ensemble du groupe ?Notre objectif pour 2013 est de renforcer notre présence sur nos principaux marchés, l’Allemagne étant l’un des marchés les plus prometteurs dont les caractéristiques principales me sont très familières. Je pense que les marchés de la CEI, qui se sont développés au cours des dernières années, sont devenus encore plus intéressants, notamment en ce qui concerne le tourisme de luxe, et Vienna International peut aligner plus de 20 ans d’expérience dans le domaine. Il nous reste à surmonter les difficultés rencontrées pour trouver un financement des banques européennes, engluées dans la crise économique de 2008/2009. Par conséquent, les investissements sont actuellement difficiles à réaliser. Comment se porte votre activité de restructuration des hôtels existants, et notamment des actifs en difficulté ?Vienna International Hotels & Resorts est réputé pour son savoirfaire en termes de développement, mais aussi comme spécialiste de la restructuration et du redressement. Pour développer cette activité de Vienna International Hotelmanagement, il faut satisfaire les investisseurs comme les clients. La vingtaine d’établissements acquis et ouverts au cours des cinq dernières années sous le management de VI est une preuve de notre expertise en développement hôtelier, notamment dans le lancement de nouvelles marques, comme le montre le succès d' andel’s et d'angelo. En plus d'assurer la gestion de produits hôteliers standards, Vienna International Hotelmanagement répond à des problématiques spécifiques (marchés de niche ou hôtels accueillant des clientèles spéciales), gestion d'actifs en difficulté, redressements et projets de développement. Notre modèle de gestion est efficace et Vienna International Hotelmanagement a repris plusieurs établissements de chaînes internationales, qui ont rapidement été incorporés dans notre portefeuille et gérés de manière rentable pour les investisseurs. Notre équipe soutient les investisseurs dans le repositionnement potentiel des hôtels et leurs propose un conseil complet en redressement, y compris pour la mise en oeuvre. Récemment, nous avons repris un hôtel avec un GOP proche de zéro qui a gagné plus de 5 millions d’euros en 2012 grâce à notre management. Les propriétaires sont satisfaits et nos fees sont raisonnables, grâce à la réduction des coûts de fonctionnement. Notre objectif est de multiplier les acquisitions et les ouvertures sur nos marchés clés.Ceci signifie t-il que vous pourriez vous tourner également vers le Sud, vers les pays périphériques de la zone euro, où il y a beaucoup d'hôtels indépendants, et en difficulté ?Je ne peux pas confirmer cette orientation. Même si les deux constats sont corrects, il faut également prendre en considération le type d’établissement en difficulté que l’on peut trouver dans les pays mentionnés. Beaucoup sont en piteux état en raison des bulles immobilières qui ont précédé la crise économique de 2008/2009. Si le marché clé de l’une de ces destinations est déjà servi par une douzaine d’autres hôtels, il y a peu d’intérêt pour nous de s'investir dans un établissement en difficulté.Etes-vous satisfaits des résultats et de la stratégie de développement du groupe jusqu’à présent ?Je suis ravi d’annoncer que nos hôtels ont enregistré de très bons résultats en 2012. Grâce à nos structures légères et à la diminution de la sous-traitance, nous sommes en mesure de payer des dividendes attrayants cette année. Nous avons relancé l’image du groupe via notre nouveau site Internet, les réseaux sociaux et autres canaux pour renforcer notre marque VI. De plus, nous avons mis en place un nouveau CRS et ouvert un nouvel angelo à Munich Westpark, qui fonctionne très bien depuis le début de l’année, et nous pourrions même ouvrir un 3ème angelo à Munich. Nous avons toujours l’intention d’entrer en bourse dans un avenir proche, mais nous attendons le bon moment.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?