Accéder au contenu principal

Opérations

Elysées West passe à la vitesse supérieure

Après 15 ans d'existence, Elysées West prend un nouvel envol dans le giron du groupe espagnol Hotusa. Un an après son rachat, les synergies commencent à se mettre en place. Le rapprochement physique des équipes est entamé mais les identités respectives sont préservées.

Ressentant le besoin de trouver des moyens pour doper son marketing et sa commercialisation en ligne, Elysées West a pris son temps pour trouver le meilleur partenaire. Les fondateurs Christophe Sauvage, Philippe Vaurs et Christine Loison avaient été approchés par plusieurs enseignes françaises. "Inter-Hotel était peu complémentaire alors que nous sommes positionnés sur le 3-4*. Exclusive Hotel était trop proche de notre modèle, ce qui aurait entrainer des licenciements", remarque la directrice générale d’Elysées West.Les hôtels resteront cependant sous la bannière Elysées West. “Nous gardons notre identité et nous continuerons à entretenir des relations privilégiées avec nos clients grands comptes et nos adhérents”, prévient Christine Loison. Les établissements Hotusa pourront désormais bénéficier du savoir-faire de la filiale française sur les segments Corporate et Séminaires tandis que les 120 établissements adhérents à Elysées West vont pouvoir pleinement profiter de la puissance commerciale d’Hotusa : son site internet, ses neufs bureaux de vente dans le monde (Elysées West conserve le sien au Royaume-Uni), son réseau d’agences de voyage Viajes Baixas. Ce qui devrait drainer une importante clientèle Loisirs espagnole et sud-américaine. D’autres complémentarités sont attendues en terme de développement avec la volonté d’implanter en France deux marques propres à Hotusa : Domus – des hôtels de charme – et Style – des hôtels design.Les dirigeants se sont finalement laissés charmer par Hotusa, le premier réseau volontaire en Europe et le troisième au monde. Le feeling est rapidement passé entre Elysées West, une création de copains, et un groupe espagnol à l’esprit toujours très familial. En février 2008, le rachat est effectif. Celui-ci répondait aussi à la volonté de Amancio Lopez, le président d’Hotusa, de se développer rapidement à l’étranger. Avec Elysées West, 120 hôtels tombent dans son escarcelle ajoutés aux 80 qu’Hotusa avait déjà en France. Elément déterminant aux yeux de l’hôtelier espagnol : le niveau des redevances mensuelles d’Elysées West – 1 000 euros à Paris et 600 à 700 euros en province – contre 250-300 euros pour Hotusa.Elysées West est désormais une filiale à part entière du groupe espagnol. D’ici la fin de l’été, les deux structures - 10 personnes chez Hotusa, 30 chez Elysées West - vont se regrouper dans un même bureau parisien. Et, d’ores et déjà, les synergies se mettent en place. La centrale d’achats prend du volume avec 200 hôtels français en plus d’une centaine d’indépendants. "Grâce à l’arrivée d’Elysées West, nous avons plus de poids dans les négociations", se réjouit Jérôme Sannac, le responsable centrale d’achats et services d’Hotusa France.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?