Accéder au contenu principal

Édito

Les visiteurs 5, ils reviennent

Un vent de reprise souffle sur l’économie européenne, les indicateurs sont au vert, il est grand temps de réinvestir. Nos destinations européennes vont bénéficier à plein de cette reprise. Moins de chômage, de meilleurs revenus, des perspectives de croissances positives, tous les ingrédients sont là pour booster la fréquentation des destinations touristiques.

L’expérience veut qu’en période de reprise, il faut attendre 3 à 5 ans avant que les effets s’en fassent ressentir sur l’activité touristique, toutefois on le sait, les cycles raccourcissent et les problèmes conjoncturels rencontrés par les destinations du nord de l’Afrique et du Moyen-Orient vont naturellement favoriser le report des clientèles touristiques vers nos destinations européennes perçues comme plus sûres.
Tous les indicateurs convergent pour nous pousser à réinvestir dans l’offre. Au niveau mondial, le nombre de touristes augmente de façon exponentielle, il a atteint les 1,3 milliard en 2017. A cette évolution très favorable dont les perspectives de croissance doivent nous réjouir, s’ajoute également un développement très rapide des technologies numériques qui nous permettent de toujours mieux connaître nos clients et de toujours mieux les servir.
Bien que nous travaillions dans une industrie séculaire, nous avons la chance d’être dans un écosystème qui vit actuellement, à l’instar de la société dont il a toujours suivi les tendances, des bouleversements profonds. Ces bouleversements nous offrent des perspectives infinies qu’il ne tient qu’à nous de saisir.
Imaginons, Jacques Maillot, Gérard Brémond, Gilbert Trigano, Paul Dubrule et Gérard Pélisson jeunes entrepreneurs en 2018. Monsieur Booking fondateur du Tour operating à la française avec Nouvelles Frontières, Monsieur Airbnb fondateur des résidences secondaires en temps partagés avec Pierre&Vacances, Messieurs « servucteurs » inventeurs de produits hôteliers et resorts incluant des loisirs et des services innovants. Ils ont chacun révolutionné le tourisme entre les années 60 et 80 en cassant les codes, en proposant des offres complètes et différentes avec une identité forte et avec un très bon rapport qualité/prix. On venait au Club Med pour trouver des destinations paradisiaques, des loisirs et des activités hors du quotidien, une convivialité et un esprit fortement marqués. On achetait des produits Nouvelles Frontières pour s’évader sans risque, on s’en remettait aux mains expertes du voyagiste qui vous proposait des destinations hors du commun et construisait pour vous un voyage et un séjour dépaysants et rassurants au bon prix.
Que penseraient ces « paires fondateurs » des produits croisières ? Les croisiéristes investissent des milliards d’euros pour le développement et la modernisation constante de leur flotte. Lors du Global Lodging Forum, MSC Croisières a partagé son plan d’investissements sur 10 ans (2017-2026) à hauteur de 10 milliards d’euros pour la construction de 12 nouveaux navires chacun pouvant accueillir en moyenne entre 3 000 et 4 000 passagers. Costa Croisières de son côté annonçait 7 navires en construction dont un très gros porteur qui pourra accueillir jusqu’à 6 600 passagers. Qui dans l’hôtellerie peut se targuer d’un tel dynamisme et d’une telle confiance en l’avenir ? Surtout quand on sait que les navires doivent être remplis à 100% pour rentabiliser leur exploitation. Rappelons ici que les clientèles croisières ce sont 27 millions de personnes transportées chaque année dont 7 millions d’européens et seulement 500 000 français. Les produits évoluent et se modernisent sans cesse, chaque navire qui sort des chantiers navals est plus performant, moins polluant, avec des prestations qui évoluent constamment pour satisfaire au maximum la clientèle. Le produit croisières se développe fortement et pas de secret, les entreprises du secteur n’ont jamais cessé d’investir et d’innover.
Si l’un de ces piliers fondateurs part en vacances dans un camping, il pourra constater que là encore on est dans le souci du client, on a centré le produit sur ses besoins.
Ces grands messieurs trouveraient des palaces plébiscités aujourd’hui par une population de millionnaires toujours plus nombreux mais ils trouveraient également que la classe moyenne n’a pas beaucoup évolué et qu’il y a beaucoup à faire pour ce segment. Mais comme ils ne sont que de passage, avis à la nouvelle génération. Car si l’on ne fait rien, l’offre moyen de gamme risque fort de se retrouver prise en sandwich entre le super économique et le haut de gamme et investie par d’autres produits comme le collaboratif.
L’offre économique et milieu de gamme, qui a connu ses heures de gloire, doit être rapidement revisitée. Avis aux amateurs pour reprendre le flambeau et écrire l’histoire aussi de cette catégorie qui représente plus de la moitié de l’offre globale.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?