Accéder au contenu principal

Édito

Dans vieux, il y a vie

A l’aube de la Révolution Française, Mirabeau avait dit à Louis XVI : « Sire, si l’on voit où les bonnes têtes ont mené la France, il ne serait pas inutile d’essayer les mauvaises. ». N’y aurait-il pas comme une ressemblance avec ce que nous vivons actuellement ? Il est trop tard pour refaire l’histoire, mais il serait quand même bon d’apprendre de nos erreurs. La première d’entre elle, c’est de ne pas avoir assez mis l’accent sur la productivité. L’hôtellerie est l’un des rares secteurs où la valeur ajoutée par heure travaillée n’a pas bougé au cours des deux dernières décennies, alors même qu’elle flambait dans d’autres, comme les nouvelles technologies mais aussi les industries traditionnelles. Dans ce contexte, seuls les prix avaient porté les gains de résultats et de valorisations des années passées, une dynamique aujourd’hui devenue insoutenable.

Il va donc falloir prendre à bras-le-corps cet enjeu de productivité et se réinventer, car l’hôtelier d’aujourd’hui ne peut plus être qu’un simple marchand de nuitées. Il lui faut repenser l’utilisation de l’espace et du temps, notamment en journée, avec le day use ou le coworking entre autres... Ne plus hésiter –aussi du côté des franchisés– à s’exporter, comme l’ont fait depuis longtemps avec succès les grands noms de la cuisine française. Pourquoi les hôteliers français sont-ils aussi peu enclins à se mondialiser, alors que le succès est peut-être à portée de main ?

Mais pour réussir dans un monde où le rapport qualité-prix retrouve ses droits légitimes, il va surtout falloir travailler les concepts. Le « collaboratif » a été beaucoup décrié ces derniers temps mais sa légitimité vient en partie du fait que nous n’avons pas assez innové dans notre secteur. La France regorge de sites patrimoniaux exceptionnels (tels les châteaux familiaux, bâtiments publics, monuments et musées…) que les acteurs du tourisme et de l’hôtellerie pourraient mieux valoriser, à condition de savoir toucher des clientèles nouvelles et de proposer de nouvelles expériences –ce que les nouvelles plates-formes peuvent justement rendre accessible. Et à l’heure où le développement durable est une tendance de fond, quoi de mieux que de pouvoir « recycler » des bâtiments existants qui font le charme de nos contrées ?

Partout, de nouveaux concepts, de nouvelles niches, ne demandent qu’à émerger. Un exemple : regardez l’évolution de l’opinion publique vis-à-vis des médicaments, du soin systématique par la chimie, et la montée en puissance d’approches alternatives où l’alimentation tient bien souvent une place centrale. C’est bien sûr une opportunité pour le développement de concepts F&B (naturalité, vitamines, bio…), et même peut-être pour ressusciter des industries et territoires entiers. Regardez nos stations thermales ou nos stations touristiques : dans bien des cas le temps -et les Capex- semblent s’y être arrêtés au siècle dernier. Ce sont peut-être ces nouveaux concepts qui leur donneront demain une nouvelle jeunesse. Dans vieux il y a vie et nous serions bien avisés de capitaliser sur nos racines et sur les racines de nos clients qui sont un moteur puissant pour construire et innover sur des bases solides et apporter une différenciation forte dans nos produits.

La sociabilisation et l’intelligence artificielle seront les deux pieds sur lesquels les nouveaux concepts devront s’appuyer. Créer une interaction entre l’empathie et l’efficacité apportée par l’intelligence artificielle, permettra de répondre au mieux aux expériences voulues et attendues par le client.

Pour réussir dans cette entreprise, il ne faudra pas simplement recycler de vieilles recettes, mais savoir trouver, pour tous les produits, les nouveaux facteurs-clés qui permettront de faire la différence pour chaque profil de clientèle. Il est temps d’ouvrir en somme, un nouveau cycle où la « sociabilisation » et « l’expérience client » ne seront plus des services périphériques mais des services de base de nos produits.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?