Accéder au contenu principal

Édito

Le meilleur de l'hospitality est devant nous

Celtes, germains, latins, grecs, slaves… les peuples européens ont des civilisations séculaires ancrées dans leur territoire avec des modèles culturels extrêmement variés. En puisant dans cette richesse culturelle, les pays européens ont un atout fort à faire valoir. Tout comme l’ère de la Renaissance bercée par le retour aux sources a été un moment de rayonnement sans précédent pour le Vieux Continent, aujourd’hui, il ne faut pas négliger la force de ce foisonnement culturel.

De nombreux joyaux ornent la destination Europe

L’hôtellerie a débuté il y a plusieurs siècles avec les relais de poste. Cette histoire a permis à de nombreux établissements de naître dans des territoires stratégiques et de mailler les destinations européennes d’établissements qui sont en pleine mutation. Ces hébergements sont devenus, pour certains, des joyaux qui ont réussi leur repositionnement s’insérant durablement dans leurs territoires et créant avec les sites de loisirs, les transports, la restauration… de véritables destinations. A l’ère du digital, bon nombre, aujourd’hui, peuvent se passer des économies d’échelle en capitalisant sur les outils numériques pour simplifier, rationaliser et démultiplier. Les nouvelles technologies permettent également de rendre envisageable la création ou la conversion d’un bâtiment à énergie positive pour réaliser des économies d’exploitation. Les outils du changement sont désormais disponibles ! Et ce n’est qu’un début…

Pour les pays européens, le tourisme c’est une part importante du PIB. Près de 20% en Grèce, près de 15% en Espagne, 13% en Italie, plus de 10% en Allemagne, 7% en France, pour ne citer qu’eux en Europe. Aux USA le tourisme représente 7,7 % du PIB et 11% en Chine.

L’Europe reste, et de loin, la première destination réceptrice de touristes puisqu’elle a accueilli en 2018 plus de la moitié des 1,4 milliard de personnes qui ont voyagé dans le monde. Les projections pour le secteur au niveau mondial démontrent son excellente santé ; il faut développer cette part de marché sur un gâteau qui devient chaque année de plus en plus gros.

Small is beautiful

L’hospitality progresse, les modèles évoluent pour mieux répondre aux attentes de chaque client. Plus de services, plus de flexibilité, la part belle aux espaces communs… Le secteur de l’hôtellerie en Europe est bien différent de celui de ses voisins du levant ou du couchant. Aux USA, big is beautiful mais en Europe, la devise est plutôt small is beautiful. Les Etats-Unis sont la patrie des gratte-ciels et des supermarchés gigantesques, qui fonctionnent de moins en moins bien en Europe où la clientèle est demandeuse de proximité et d’authenticité. Quel que soit le produit consommé, hébergement compris. Il y a bien moins de gros porteurs en Europe pour les établissements hôteliers et c’est tant mieux. Ce maillage complet du territoire européen avec des unités à taille humaine est une chance.

Think global but act local

Le secteur de l’hospitality connait un nouveau souffle et doit capitaliser sur sa singularité : une offre à taille humaine, moins standardisée, moins « big » que celle de ses voisins américains. Implantée dans des destinations culturelles, de villégiature qui ne sont pas trop éloignées des pôles d’attractivité économique.

L’offre économique et milieu de gamme est bien plus présente en Europe qu’aux USA avec des niveaux de standards depuis longtemps bien mieux maîtrisés qu’en Chine. C’est une opportunité pour les professionnels de l’hospitality. En cultivant nos singularités, notre culture, notre patrimoine… nous pourrons proposer un modèle singulier aux touristes.

Nous avions avant la chance d’avoir de grands industriels pour développer les concepts à grande échelle, nous avons maintenant la chance d’avoir des entrepreneurs qui sont ancrés dans leurs territoires et qui exercent leur passion sur le terrain. Les hôteliers ont besoin de marques fortes mais aussi pour certains de services à la carte adaptés à leur taille et à leurs spécificités. Les groupes hôteliers devront répondre à ces attentes avec une offre de services ayant un bon rapport qualité-prix.

Chacun, propriétaire, exploitant, investisseur, manager, porteur de projet… a son rôle à jouer pour monter dans ce train de la compétitivité. Les franchisés, véritables patrons, viennent grossir les rangs des hôteliers indépendants. A eux tous, ces propriétaires représentent plus de 80% du parc hôtelier de l’UE. Il semblerait toutefois que tous ces entrepreneurs ne rencontrent pas une oreille attentive des instances européennes, nationales voire locales. Il serait temps de les écouter et d’avancer avec eux. Car il faut investir, réinvestir, remettre au goût du jour, développer, inventer, innover, faire progresser… des produits qui ont parfois trop souffert du désengagement de leurs investisseurs.  Pour cela, nous devons revenir à l’ADN local, de chaque destination. L’Europe n’est jamais aussi forte que quand elle valorise ses cultures. Ce n’est pas en copiant des modèles qui ont réussi ailleurs, que l’on rencontrera notre succès mais en se tournant vers nos racines pour offrir aux clients ce qu’ils attendent. Une expérience inattendue, singulière, marquante.

Signature

Vous aimez ? Partagez : FacebookTwitterLinkedin

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?