Accéder au contenu principal

Édito

Il ne faut pas oublier d’arroser les arbres qui donnent des fruits !

Sommes-nous condamnés à demeurer la cinquième roue du carrosse ? Pourquoi tous les hommes politiques se bousculent au salon de l’agriculture et seuls quelques-uns d’entre eux font le déplacement lors des manifestations organisées par la profession pour le tourisme et l’hôtellerie ?

L’agriculture c’est 714 000 emplois en 2014 contre 899 000 emplois pour l’hôtellerie et la restauration. Le grenier de la France rapporte 32,1 milliards d’euros par an soit 1,5% du PIB contre 7,2% pour le tourisme qui rapporte 160 milliards d’euros de consommation intérieure. Le secteur de l’agriculture – indispensable à la santé de notre économie et à notre santé tout court – vit sous perfusion depuis la naissance de la politique agricole commune il y a plus de 50 ans alors que l’hôtellerie et la restauration génèrent devises et taxes qui viennent renflouer le budget de l’Etat, en 2015 ce sont 282,6 millions d’euros qui ont été reversés aux communes et aux collectivités via la taxe de séjour. N’en jetez plus…

Alors que les groupes mondiaux ont la capacité d’endettement, la possibilité de mettre en place des outils et des process pour faire des économies d’échelle et l’assise internationale qui leur permet de supporter des périodes de crises dans certaines destinations, les hôteliers restaurateurs indépendants doivent maintenir leurs activités seuls, envers et contre tout. Plus de 95% des entreprises en France comptent moins de 20 salariés. Des artisans hôteliers, restaurateurs qui maintiennent une activité en zone rurale, valorisent un terroir, embauchent et forment localement et se retrouvent bien souvent seuls pour gérer leur affaire et la maintenir dans les standards de compétitivité du marché.

L’hôtellerie et la restauration ce sont des investissements de long terme sur un territoire, un soutien au dynamisme d’une destination touristique qui peut construire autour d’un hébergement une offre cohérente. C’est une main d’œuvre formée à l’excellence française qui a vu naître la cuisine des chefs étoilés. La culture de la gastronomie française s’est désormais exportée mais sa renommée est internationale et le monde entier nous l’envie. Il ne faut pas oublier l’importance de notre secteur, bien qu’il soit louable de venir au secours du plus faible, il est dangereux de se tourner uniquement vers les plus bruyants et d’oublier une industrie qui a moins de poids d’un point de vue électoral mais beaucoup plus pour la vitalité de notre économie.

Comment se fait-il que les cafetiers, hôteliers et restaurateurs qui passent leurs journées aux fourneaux soient plus taxés que les grandes entreprises ? Comment se fait-il que les hébergements et restaurants indépendants soient aussi peu aidés dans la gestion au quotidien de leur entreprise ? Pourquoi taxe-t-on un petit établissement sur les mêmes bases qu’une multinationale ? Ne peut-on pas assouplir certaines réglementations pour les petits artisans à l’instar de ce qui est mis en place pour les autres secteurs ? Il ne s’agit pas de demander moins aux établissements indépendants mais de demander mieux et de les accompagner pour maintenir leur activité vitale à la qualité de notre accueil. Car ce ne sont pas les groupes hôteliers qui sont implantés en zone rurale là où les touristes vont quelques semaines par an, mais bien les établissements indépendants qui maintiennent une activité la majeure partie de l’année avec un café ouvert, de l’organisation d’évènements…

Il serait temps de considérer le secteur à sa juste valeur et de l’accompagner dans sa transformation pour sa pérennité et pour l’attractivité de nos destinations. L’industrie hôtelière et de la restauration sont des secteurs qui marchent, qui ont su se réinventer et sont encore en pleine mutation. A force de se servir sur la bête au lieu de l’accompagner dans ses évolutions, on risque de lui couper les ailes.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?