Accéder au contenu principal

Actualités

Airbnb et Century 21 : l'art de déjouer les règles

Après six mois de discussions, Airbnb France et Century 21 France annoncent un accord « historique » visant à « simplifier et faciliter » la sous-location de logements à des voyageurs.

À l’heure où les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Espagne ou encore le Japon durcissent leur réglementation pour limiter l’essor d’Airbnb, le maintien du nombre d’annonces disponibles sur la plateforme est devenu une priorité stratégique.

A lire aussi : Airbnb dévoile son nouveau plan d’action

Bien que courante, la sous-location cachée, sans avoir l’accord préalable du bailleur, est tout simplement illégale. Les services juridiques des deux sociétés ont donc imaginé ensemble un « dispositif gagnant-gagnant pour le locataire et le propriétaire et où tout sera fait dans les règles de l’art », promet Laurent Vimont, président de Century 21 France.

Expérimenté dans un premier temps à Paris, ce « Bail Century21 Airbnb-compatible » pourra être proposé dès la rentrée par les 852 agences du réseau Century 21. Le partenariat pourrait être bientôt étendu dans plusieurs autres villes en France : Nice (Alpes-Maritimes), Marseille (Bouches-du-Rhône), Lyon (Rhône), Toulouse (Haute-Garonne), Bordeaux (Gironde), Montpellier (Hérault).

Fondé sur un partage de revenu entre locataires, ce nouveau dispositif permettra d’ouvrir plus largement la location meublée touristique et d’offrir un complément de revenu aux habitants qui en ont le plus besoin : les étudiants, les jeunes familles et les ménages modestes qui n’ont pas les moyens d’accéder à la propriété.

L’idée nait de la rencontre fin 2017, entre les deux dirigeants Emmanuel Marill (Airbnb) et Laurent Vimont (Century21).

« Nous savons que partout en France énormément de locataires ont envie ou besoin de sous-louer leur appartement. 60 % des Parisiens sont locataires et le logement est leur premier poste de dépense ! » explique Emmanuel Marill, Directeur d’Airbnb France.

Dès que le propriétaire a donné son accord, tout est ensuite géré par un professionnel de confiance. L’agence se charge de la mise en ligne de l’annonce et de toutes démarches administratives applicables.

Ainsi, le nouveau « bail Airbnb » qui prendra la forme d’un avenant au bail locatif existant vise à partager les revenus générés entre le locataire (70 % des gains), le propriétaire (23 %) et l’agence immobilière (7 %).

À Paris, où le nombre de nuitées est plafonné, Century 21 se chargera de l’enregistrement de cette annonce auprès des services de la ville.

A lire aussi : Taxe de séjour : collecte massive en vue pour Airbnb

« Dès lors qu’il y a l’accord écrit du propriétaire, que le plafond de 120 nuitées n’est pas dépassé et que le numéro d’enregistrement de l’annonce est bien inscrit, cela ne pose pas de problème », réagit Ian Brossat, adjoint (PCF) de la mairie de Paris en charge du logement.

Quel intérêt pour le propriétaire ? « Outre l’aspect financier, ça peut lui permettre de fidéliser son locataire, notamment les étudiants qui ont souvent ce problème de devoir payer les loyers en juillet-août alors qu’ils sont absents », répond Laurent Vimont.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?