Accéder au contenu principal

Entretiens

"Le savoir s’est démocratisé et est maintenant accessible 24 heures sur 24. C’est donc le savoir-être qui devient important."

Entretien avec Liza Frulla, directrice générale de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec.

Quels sont les points forts de votre établissement, qu’est-ce qui fait qu’un étudiant va s’inscrire chez vous plutôt qu’ailleurs ?

L’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) est la plus grande école de tourisme du Canada et connu pour être le vaisseau amiral de la formation en tourisme, hôtellerie, restauration et sommellerie. Il est le seul établissement en Amérique du Nord à offrir des programmes de formation enrichis, en français et en anglais au sein d’une province francophone. Cela constitue un atout important pour nos étudiants et nos diplômés désireux de travailler à l’extérieur du Québec ainsi que pour les étudiants étrangers qui souhaitent poursuivre leur parcours scolaire dans un établissement et une ville bilingues. Mais c’est la qualité de nos programmes de gestion – ils représentent aujourd’hui 60 % de nos inscriptions – qui attire particulièrement les étudiants, car ils représentent une formation incontournable pour progresser rapidement dans notre industrie. De plus, fait unique au Canada, notre établissement intègre un hôtel et deux restaurants d’application pédagogique où les étudiants peuvent être en contact direct avec la clientèle et mettre la théorie en pratique. Avec un taux de satisfaction avoisinant les 90 %, les sondages auprès de nos étudiants démontrent qu’ils apprécient tout particulièrement la qualité de l’enseignement donné à l’ITHQ, ses programmes en alternance travail-études ainsi que la qualité des stages obligatoires qu’il offre au Québec et à l’étranger.

Au fil du temps, nous avons conclu plusieurs partenariats pédagogiques comme celui avec l’Université du Québec à Montréal avec laquelle l’ITHQ offre un baccalauréat en tourisme, hôtellerie et restauration, ou encore l’école hôtelière de La Haye (Pays-Bas) qui nous permet de dispenser des sessions intensives d’enseignement. Enfin, l’ITHQ est également membre du réseau Hotel Schools of Distinction qui regroupe plusieurs écoles hôtelières internationales réputées.

Enfin, l’ITHQ peut également compter sur un corps professoral très dynamique pour les secteurs professionnel et technique, dont la renommée dépasse nos frontières. Pour une industrie comme celle où nous évoluons, être formé à l’ITHQ s’avère est un solide gage d’excellence.

Comment le profil de vos étudiants a-t-il évolué ces dernières années ? (CSP, nationalité, attentes, pratiques, besoins…)

Le profil de nos étudiants varie beaucoup en fonction des programmes. Aux secteurs professionnel et technique, les étudiants proviennent majoritairement du Québec tandis qu’à l’ordre universitaire, notre clientèle est davantage diversifiée et de plus en plus internationale. Mentionnons à ce sujet qu’un suivi personnalisé et un accompagnement sont assurés pour les candidats provenant de l’étranger. Le plein-emploi, les attentes des nouvelles générations et la méconnaissance du secteur de l’hôtellerie et de la restauration au Québec nous obligent par ailleurs à être plus créatifs pour séduire les étudiants. C’est la raison pour laquelle nous personnalisons dans une large mesure nos communications et que nous révisons présentement en profondeur nos processus de recrutement.

Comment travaillez-vous avec les hôteliers et les restaurateurs pour répondre au mieux à leurs besoins de formation ?

L’ITHQ travaille étroitement avec les hôteliers et les restaurateurs afin que ses programmes et ses méthodes d’enseignement correspondent aux besoins exprimés. La grande majorité de nos professeurs est issue des secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, et bénéficie d’une expertise reconnue dans le domaine. Ils font également partie d’un important réseau auquel ils peuvent faire appel pour soutenir les étudiants dans leurs démarches ou tout simplement s’imprégner des tendances du moment. De plus, nous avons établi des partenariats avec d’importants groupes hôteliers comme Accor, Fairmont et l’association Relais & Châteaux pour le placement de nos étudiants dans le cadre de leurs stages obligatoires.

À l’ordre universitaire, deux représentants socioéconomiques siègent à un comité où les orientations du programme sont déterminées. Cela afin de garantir que les priorités et les meilleures pratiques de l’industrie puissent être intégrées dans les apprentissages. De plus, au cours de l’élaboration de notre prochain Baccalauréat en gestion hôtelière internationale, nous avons rencontré plusieurs dirigeants de l’industrie pour être bien certains de cerner adéquatement leurs besoins.

Enfin, nous avons mis en place une recherche structurée dans nos champs d’activité. Plusieurs projets menés par nos deux unités de recherche, le GastronomiQc Lab, axé sur la restauration, et ExperiSens, qui se penche sur l’analyse multisensorielle en contexte touristique, impliquent des entreprises et d’importants acteurs du milieu afin que les avancées scientifiques qui en résultent profitent au plus grand nombre.

Quelles innovations avez-vous apportées ces dernières années pour coller aux besoins des étudiants et des recruteurs ? Pour répondre aux nouvelles pratiques des métiers de l’hôtellerie ?

Notre objectif principal est de former de futurs cadres et professionnels qui, forts de leurs apprentissages et de leurs expériences professionnelles, seront prêts à travailler dès la fin de leurs études et sauront proposer des solutions aux entreprises. Pour cela, nous évaluons régulièrement notre offre de programmes de même que les cours qu’ils comprennent. Ainsi, dès 2021, le Baccalauréat appliqué en gestion hôtelière internationale devrait remplacer le programme institutionnel Hautes Études en gestion hôtelière internationale afin d’offrir à la fois un cadre théorique solide et deux stages obligatoires d’une durée totale de dix mois, dont un réalisé obligatoirement à l’étranger.

L’équipe de professeurs de l’ITHQ s’avère également très dynamique : certains participent à des concours internationaux avec les étudiants alors que d’autres les impliquent dans des projets d’envergure. À titre d’exemple, un bar à l’entrée de l’Hôtel et du Restaurant de l’ITHQ a vu le jour grâce à leurs conseils. En outre, un projet de signalisation est présentement en cours afin de sensibiliser les étudiants à l’importance du savoir-être en hôtellerie. Enfin, un projet pédagogique en gestion a été conçu en partenariat avec un incubateur de start-up évoluant dans l’industrie touristique.

Enfin, nous associons régulièrement le travail des deux unités de recherche avec l’hôtel et les deux restaurants de l’ITHQ dans le but de stimuler l’innovation et faire participer les étudiants à la recherche appliquée, au même rythme que l’industrie. Ainsi, quatre chambres-laboratoires devraient prochainement voir le jour et servir de terrain d’expérience en analyse multisensorielle.

Comment imaginez-vous l’enseignement des métiers de l’hôtellerie et de la restauration demain et après-demain ?

L’avènement du numérique a profondément transformé le monde de l’éducation et l’industrie du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration. Le savoir s’est démocratisé et est maintenant accessible 24 heures sur 24. C’est donc le savoir-être qui devient important. Pour cette raison, les intentions pédagogiques de notre futur baccalauréat appliqué incluent plusieurs thématiques transversales comme le développement d’une pensée globale, la prise en considération de tous les aspects du développement durable, et ce, dans l’ensemble des opérations hôtelières, les habiletés personnelles et humaines de l’hôtelier, la capacité à anticiper, etc.

Si l’on se projette encore davantage, il est essentiel de revoir les modèles existants pour une formation continue tout au long de la carrière de nos diplômés : des formations plus courtes, intégrées au milieu de travail, et une plus grande collaboration école-industrie pour la formation fondamentale. Les étudiants nés dans les années 1990 et après l’an 2000 souhaitent appliquer rapidement ce qu’ils apprennent et se concentrer sur ce qui est significatif pour eux. Ensemble, l’école et les entreprises peuvent se concerter pour trouver des formules répondant aux objectifs de chacun.

Les métiers de l’hôtellerie et de la restauration ont fortement évolué ces dernières années avec l’arrivée des outils numériques qui ont bouleversé la vie des clients, mais aussi des professionnels. Comment accompagnez-vous les personnes déjà en poste dans le cadre de la formation continue ?

Le Centre d’expertise de l’ITHQ comprend une équipe de travail dédiée à l’organisation de formations spécialement adaptées aux besoins des entreprises. Il fait appel aux meilleurs conférenciers et experts québécois, canadiens et étrangers afin de donner des formations aux professionnels désireux de parfaire leurs connaissances. Il travaille également avec d’importants groupes de restauration québécois en vue de compléter ou de parfaire la formation de leurs chefs cuisiniers, présents sur tout le territoire et fort appréciés des Québécois et des touristes. Le Centre d’expertise offre également des services-conseils aux entreprises qui souhaitent développer leurs produits ou faire évoluer leur personnel.

Le Gouvernement du Québec mandate de plus l’ITHQ pour le développement de formations réglementées sur l’hygiène et la salubrité alimentaires, l’accueil en contexte touristique et d’autres formations particulières destinées à des publics précis. En outre, l’Institut forme des personnes actuellement éloignées du marché du travail en raison d’un handicap ou d’une connaissance limitée du français. Sa gamme de programmes d’enseignement s’avère donc très large, et tant le secteur privé que le secteur public se tournent vers l’ITHQ pour répondre à leurs besoins de formation.

En tant qu’établissement scolaire, vous subissez un rythme semestriel, voire annuel, et avez de strictes obligations réglementaires à remplir. Comment être réactif et innover dans ce contexte ?

L’ITHQ est unique en son genre, car c’est un établissement d’enseignement qui vit au rythme de l’industrie touristique tout en étant une école d’État, soutenue par le gouvernement dans son développement. Cela lui permet de profiter d’installations pédagogiques à la fine pointe et d’innover grâce à l’implication de plusieurs professeurs-chercheurs. Ses installations sont également utilisées par le Centre d’expertise et servent de plus de laboratoires aux unités de recherche.

L’ITHQ demeure à l’affût des tendances en collaborant continuellement avec des professionnels des secteurs du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration et de la sommellerie. Son conseil d’administration est d’ailleurs entièrement composé de représentants de l’industrie et la présence de représentants socioéconomiques dans ses programmes ainsi que l’implication de ses diplômés et de ses étudiants lui permettent d’être toujours à l’avant-garde des nouvelles tendances.

Quels sont vos objectifs et vos ambitions de développement, d’un point de vue qualitatif et quantitatif ?

L’ITHQ a fêté son 50e anniversaire en 2018 et nous ne manquons pas d’idées et de projets pour les 50 prochaines années! Seule école de gestion bilingue spécialisée en tourisme, hôtellerie et restauration au Canada, l’ITHQ dispose de nombreux atouts et travaille activement au rayonnement de ses programmes et de son expertise, au Canada comme à l’étranger.

À court terme, nous souhaitons développer davantage encore nos partenariats existants avec l’Université du Québec à Montréal et l’Université Laval, et en conclure de nouveaux avec d’autres établissements en Europe, aux États-Unis et en Chine. Nous sommes convaincus que le nombre croissant de programmes bilingues offerts à l’ITHQ lui permettra d’accélérer l’accueil d’étudiants étrangers plus nombreux.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle l’ITHQ mise beaucoup sur le développement de son offre universitaire. Le projet de baccalauréat qui est en cours de développement devrait permettre à ses étudiants et à ses professeurs de parfaire leurs connaissances au sein d’autres établissements, grâce à la mobilité interuniversitaire découlant de ses partenariats. L’ITHQ nourrit également l’ambition de développer un programme universitaire de deuxième cycle au cours des prochaines années.

L’innovation étant un incontournable dans son domaine, nous croyons que la recherche a un rôle de premier plan à jouer à l’ITHQ. Disposant déjà de deux unités de recherche en gastronomie et en expérience multisensorielle, l’Institut prévoit de plus la création d’une unité de recherche en hôtellerie internationale afin de couvrir l’ensemble de ses secteurs d’enseignement. Nous sommes également convaincus qu’il est possible de développer la recherche dans le domaine des boissons alcoolisées. D’ici dix ans, l’ITHQ souhaite donc doubler le nombre de ses professeurs-chercheurs, ce qui lui permettra de parfaire ses connaissances dans les différents secteurs où il est impliqué.

Ce ne sont là que quelques-unes des pistes de travail sur lesquelles l’ITHQ se penchera au cours des prochaines années. En attendant, l’invitation est lancée : vous êtes les bienvenus à l’ITHQ!

Retrouvez la candidature 2019 en meilleure innovation pédagogique de l'ITHQ

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?