Accéder au contenu principal

Entretiens

"La génération Z est attirée par Vatel parce que ses écoles sont à la fois ouvertes sur le monde et centrées sur l'humain"

Entretien avec Alain Sebban, président fondateur du Groupe Vatel.

Quels sont les points forts de votre établissement, qu’est ce qui fait qu’un étudiant va s’inscrire chez vous plutôt qu’ailleurs ?

L'étudiant qui s'inscrit dans une école Vatel vient tout d'abord parce qu'il rejoint un groupe qui lui ouvre les portes du monde dans un cadre structuré, structurant et stimulant.

Nos 50 écoles qui forment 9 000 étudiants sur 4 continents et notre réseau de 35 000 diplômés font de Vatel non seulement le 1er groupe mondial de l'enseignement du management de l'hôtellerie-tourisme, mais aussi et surtout une vaste communauté internationale, qui partage les mêmes valeurs et le même savoir-être.

C'est grâce à ce statut que nous avons pu innover, mettre en œuvre des projets qui n'existent nulle part ailleurs et sont le fruit des échanges de savoirs, de savoir-faire et d’expertise au sein du groupe. Le plus bel exemple en est peut-être notre programme international d’échange étudiant, baptisé Marco Polo. Il permet aux étudiants de Bachelor d’effectuer une année d’études dans une autre école Vatel : nous  leur assurons ainsi une continuité d’apprentissage nourrie d’une rupture de codes, de langues et de culture. L’année suivante, ils reviennent dans leur école d'origine plus riches, plus matures, plus ouverts, plus enthousiastes aussi. Et puisqu’ils ont le même niveau que leurs camarades, ils poursuivent leur cursus en toute sérénité. Très prisé des étudiants, ce programme original bénéficie également de la reconnaissance des professionnels : ils ne s’y sont pas trompés en lui décernant, en 2018, le prestigieux titre de « Meilleure Innovation Pédagogique ».

La génération Z est attirée par Vatel parce que ses écoles sont à la fois ouvertes sur le monde et centrées sur l'humain, fortes non seulement de la diversité des nationalités de leurs étudiants mais aussi de la richesse des cultures de ceux qui les forment et les aident à se construire. La nouvelle génération a depuis longtemps compris qu'en ces temps où avancées technologiques et intelligence artificielle révolutionnent profondément nos sociétés, leur école doit rester prioritairement centrée sur l'humain.

À Vatel, le savoir-être et les relations aux autres sont des qualités primordiales : quel meilleur terrain pour s’y exercer que nos structures d’application ? Nos écoles sont très majoritairement situées en centre-ville : les restaurants, brasseries, cafés, boutiques traiteur, hôtels d’application où nos étudiants sont formés accueillent donc une clientèle variée et internationale, qui les fréquente dans le cadre du travail comme des loisirs. Les étudiants ont la chance d’être formés au contact à de vrais clients : ils acquièrent très vite une maturité, une posture professionnelle, une profonde compréhension du besoin et de la culture de l’autre. Dès leurs premiers stages, nos étudiants se distinguent nettement par ces qualités. Une fois diplômés, ils sont d’ailleurs souvent approchés par des secteurs voisins comme le luxe ou l’aviation haut-de-gamme, qui recherche cette excellence relationnelle. Pour l’étudiant, cela signifie mille opportunités professionnelles et un avenir ouvert à toutes les possibilités, ce qui est primordial pour la jeune génération.

Comment le profil de vos étudiants a-t-il évolué ces dernières années ? (CSP, nationalité, attentes, pratiques, besoins…)

À la différence des générations précédentes, les étudiants d’aujourd’hui sont très au fait de la réalité du marché et veulent avant tout un diplôme qui leur ouvre les portes du monde du travail. Ils sont pragmatiques : ils attendent de leur école qu'elle les rende opérationnels rapidement et qu'elle leur permette de multiplier les expériences. Bon nombre d'entre eux imaginent d’ailleurs les mettre à profit pour se lancer dans l'entrepreneuriat à court ou moyen terme. Flexibilité, passion, connectivité et créativité sont leurs maîtres-mots. Ils fonctionnent en réseau et sont constamment en lien avec leur communauté à laquelle ils se réfèrent beaucoup. Vous comprendrez que face à cette nouvelle génération d'étudiants, de formateurs et d’employeurs, nous devons être irréprochables, nous devons constamment innover et être à la pointe des nouvelles technologies. 

Les jeunes que nous formons aujourd’hui savent aussi rêver, ils ont des idéaux et des valeurs : pour eux, réussir sa vie est synonyme d’épanouissement personnel ET professionnel. Ils appréhendent aussi le monde dans sa globalité, sont à l’affût de toutes les innovations qui le rendent plus beau et sont très attachés au rôle social et environnemental de l'école ou de l'entreprise qu'ils intègrent. Les actions de solidarité, tournées vers l’écologie ou le développement durable sont de véritables critères différenciateurs, pour eux.

Enfin, cette génération, qui n’a connu que la crise, témoigne aussi d’une vraie confiance en l’avenir, comme le prouve l’enquête internationale menée par Vatel auprès de plus de 3100 étudiants en hôtellerie-tourisme : plus de 90% d’entre eux sont optimistes quant à leur avenir, voilà de quoi se réjouir !

Comment travaillez-vous avec les hôteliers et les restaurateurs pour répondre au mieux à leurs besoins de formation ?

Grâce à notre implantation sur 4 continents, nous prenons en permanence le pouls du secteur et nous observons toutes les tendances sur un plan global, régional voire local.

Ce peut être au cours du Global Lodging Forum, qui fait se rencontrer les décideurs du secteur hôtelier et constitue un moment crucial d’analyse de ses évolutions à toutes les échelles.

Vatel est également membre affilié de l’Organisation Mondiale du Tourisme : une évidence, lorsque l’on forme des jeunes du monde entier aux métiers de l’hôtellerie-tourisme de demain.

Enfin le contact permanent avec les professionnels, qui permet de sans cesse ajuster nos programmes en amont, on le retrouve aussi et surtout au quotidien, dans les écoles Vatel : les professionnels sont présents à tous les stades de la formation de l’étudiant, qu’ils les rencontrent pour présenter les défis de leur métier, qu’ils soumettent aux étudiants des études de cas ou qu’ils soient membres de jury de fin d’études, par exemple.

Quelles innovations avez-vous apportées ces dernières années pour coller aux besoins des étudiants et des recruteurs ? Pour répondre aux nouvelles pratiques des métiers de l’hôtellerie ?

Depuis toujours, notre pédagogie repose, sur l’expérimentation, par les stages et la pratique : nous sommes convaincus que c’est seulement en prise directe avec le terrain que les étudiants peuvent acquérir toutes les qualités qui feront la différence sur leur CV. Cette expérimentation fait le quotidien des étudiants Vatel et préside aux temps forts de leur formation. Par exemple, le Vatel International Business Game, un jeu de simulation virtuelle au management, conçu par et pour Vatel, met en compétition tous les étudiants de 5e année de Vatel. Durant une semaine, à plusieurs milliers de kilomètres les uns des autres, ils se stimulent, se défient, tout en travaillant par projet et en groupe.

Le Vatel Business Case, quant à lui, confronte les étudiants à une problématique bien réelle soumise par un hôtelier : à eux de mettre leur expertise et leur créativité en œuvre pour apporter des solutions innovantes, en travaillant en groupe tout au long de l’année avec l’appui des professionnels, lors des semaines dédiées au projet. Avec ces travaux menés collectivement, ils se familiarisent avec un fonctionnement qui implique des aléas, des contraintes fortes, des dates butoir, la nécessité d’être dans la co-construction avec leurs collègues. C’est précieux, car tout cela fera le cœur de leur vie professionnelle. D’ailleurs, cette jeune génération fait de l’esprit d’équipe un véritable critère, à l’heure de rechercher un stage ou un emploi.

Nous veillons également à accorder une place centrale au digital dans nos modes d’enseignement, car s’il irrigue le quotidien des hôteliers aujourd’hui, ce sera encore plus vrai demain. Ainsi, la refonte en cours de notre MBA s’attache à renforcer encore l’usage du digital, en développant le e-learning, en intégrant à la formation des outils aussi divers que les réseaux sociaux ou la vidéo.

Dans l’hôtellerie-tourisme, les carrières se font d’un continent à l’autre, aussi avons-nous à cœur d’offrir à nos étudiants une ouverture internationale qui va bien au-delà des stages et de l’apprentissage des langues. Il y a quelques années, nous avons créé le programme Marco Polo, que j’ai déjà mentionné : riches d’une immersion de plusieurs mois dans un univers totalement différent du leur, nos étudiants se distinguent réellement à l’heure du recrutement.

Enfin, la naissance de spécialisations en MBA, aujourd’hui au nombre de 10, participe de cette approche internationale tout en répondant aux besoins du secteur. Les entreprises, selon leur zone géographique et leur positionnement, recherchent des profils aux champs d’expertise très ciblés. Nous avons donc développé des spécialisations qui permettent aux étudiants qui le souhaitent de donner une couleur spécifique à leur CV, pendant leur dernière année de MBA. Chacune a été pensée en accord avec l’identité du campus où elle est enseignée : on peut citer par exemple le Management de l’écotourisme à Madagascar ou le Wine & Spirits Management à Bordeaux.

Comment imaginez-vous l’enseignement des métiers de l’hôtellerie et de la restauration demain et après-demain ?

Il doit impérativement s’appuyer sur des échanges nourris avec les professionnels qui recruteront nos diplômés, et faire la part belle au digital. Il doit en outre garantir une vraie polyvalence des diplômés tout en leur permettant d’acquérir une expertise de pointe : ils auront ainsi accès aux postes que créera l’industrie demain, dont on devine tout juste les contours aujourd’hui.

A Vatel, nous sommes en permanence en dialogue avec les hôteliers d’une part, et avec nos 50 écoles d’autre part. Tout au long de l’année, et plus encore lors de la Convention annuelle qui réunit les directeurs de nos écoles, expériences et bonnes pratiques circulent pour nourrir les enseignements, en temps réel. Le Conseil académique du groupe, avec des représentants de chaque zone géographique, constitue le temps fort de ces échanges et permet d’aligner les programmes Vatel sur les grandes tendances qui se dessinent à l’échelle internationale.

À Vatel, l’innovation ne manque pas, pour transmettre les savoirs, savoir-faire et savoir-être indispensables aux professionnels de demain ! Par exemple, les derniers Cahiers internationaux du tourisme, publiés par le CirVath (Centre International de Recherche Vatel en Tourisme et Hôtellerie), le centre de recherche intégré à Vatel, permettent de découvrir quelques-unes des méthodes originales déployées par nos enseignants à travers le monde. Ces publications nourrissent la réflexion, permettent autant d’aborder des enjeux régionaux amenés à prendre une ampleur mondiale que de faire la lumière sur une tendance qui pourrait bientôt dominer le secteur. Et puisque ces analyses sont le fruit du centre de recherches intégré à Vatel, il suffit d’un pas pour qu’elles infusent nos enseignements ! Cet incubateur formidable qu’est le CirVath est une vraie clé pour penser l’école de demain.

La mutation pédagogique à l’œuvre dans notre MBA a également cette vocation d’accompagner et d’anticiper les besoins du secteur. La refonte des programmes pour coller à la réalité de l’industrie va de pair avec un enseignement qui équilibre présentiel et distanciel, qui laisse leur place aux parcours singuliers, qui autonomise les étudiants et les rend acteurs de leurs apprentissages. Les cours doivent devenir des espaces d’intelligence collective, où débattre ensemble des questions que pose le secteur pour y apporter les réponses les plus pertinentes. Grâce à cette pédagogie inversée, l’enseignant est moins un maître qu’un coach : l’école d’hier, avec ses enseignants ex cathedra, va de plus de plus laisser place à des apprentissages plus horizontaux et plus collaboratifs.

Bien sûr, la pratique professionnelle, qui fait la force de Vatel depuis ses débuts, restera cruciale dans nos enseignements : nous restons absolument convaincus, et les hôteliers avec nous, que l’expérience de terrain reste primordiale pour former des professionnels aguerris.

En tant qu’établissement scolaire, vous subissez un rythme semestriel voire annuel et avez de strictes obligations réglementaires à remplir, comment être réactif et innover dans ce contexte ?

La particularité de Vatel est d’être implantée sur 4 continents : pour chaque pays, nous assurons donc une veille juridique et réglementaire. Nous tenons aussi un calendrier précis des demandes d’accréditation.

Notre implantation mondiale représente un véritable atout lorsqu’une innovation pédagogique doit être mise en place à l’échelle du groupe : elle est forcément conçue en discussion avec toutes les écoles, afin d’être parfaitement conforme aux réglementations de chaque pays. Cette construction commune permet d’inventer des programmes riches des expertises de chacun : peut-on imaginer plus stimulant ? Cela suppose en retour un important travail d’ingénierie pédagogique et l’organisation de comités de pilotage, tels que nous en avons actuellement dans le cadre de la refonte de notre MBA.

Quels sont vos objectifs et ambitions de développement d’un point de vue qualitatif et quantitatif ?

Le groupe Vatel poursuit son extension, avec de très beaux projets d’ouverture en Afrique, en Asie, en Europe. Ce développement international ne doit pas faire oublier un aspect essentiel de la philosophie Vatel : placer l’humain au centre.

Dans nos écoles, l’humain, c’est non seulement l’étudiant mais aussi l’enseignant. Vatel accompagne les professeurs dans l’évolution de leurs enseignements et a développé pour eux une plateforme d’échange unique en son genre : le programme Magellan. Nous croyons énormément aux synergies tissées d’un continent à l’autre, d’une école à l’autre, entre professeurs aux disciplines similaires ou voisines. Grâce à cet outil, ils sont au contact de leurs collègues du monde entier pour échanger, partager, s'entraider, construire ensemble.

Quant aux étudiants, le moins qu’on puisse dire est qu’ils ont beaucoup changé en 40 ans ! Nous devons bien entendu former les professionnels dont l’industrie a besoin, mais aussi les former en sachant nous placer à l’écoute de leurs affinités, de leurs modes d’apprentissages privilégiés, des outils qui sont les leurs – et nous y sommes très vigilants. Cette jeune génération est en demande de temps forts dans sa vie d’étudiant, de rites de passages presque, comme le sont les semaines d’intégration. Nous allons donc instaurer un grand oral à l’issue du Bachelor, comme cela se pratique dans nombre de grandes écoles. Les épreuves écrites, étroitement liées aux obligations pédagogiques de chaque pays, resteront bien sûr inchangées. Mais il nous semble important qu’un dernier examen marquant, très formel, clôture les 3 années de Bachelor. Ce sera une épreuve prestigieuse tant dans son contenu que son organisation, puisqu’elle aura lieu en même temps sur tous les campus Vatel. Les étudiants et diplômés de Vatel forment une grande famille internationale sur laquelle ils savent pouvoir compter : ce grand oral viendra, c’est certain, nourrir ce beau sentiment d’appartenance.

Cette grande famille aux 50 campus implantés sur tous les continents, voilà une singularité que Vatel cultive depuis ses débuts et continue à revendiquer ! En effet, le développement du groupe s’est opéré en poursuivant un engagement fort : plutôt que faire venir à nous des étudiants favorisés qui peuvent se payer des études en France, nous avons choisi d’aller les former sur leur terrain. Au plus près de la réalité de leur pays, à l’écoute du marché et des spécificités locales, nous avons donc créé des écoles Vatel là où l’hôtellerie-tourisme avait besoin de professionnels chevronnés. Je crois que nous avons une véritable responsabilité : celle d’apporter la formation là où les jeunes en ont besoin, chez eux, et non pas sur des campus éloignés dont ils ne peuvent, de toute façon, pas assumer les frais d’inscription. L’humain au centre, toujours !

Accédez gratuitement à la suite de l'article

Créez votre compte et accédez à de nombreux contenus exclusifs

J'en profite

Déjà inscrit ?

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?