Accéder au contenu principal

Entretiens

[#WHA19] « J’avais une vision de bâtisseur »

Intervention de Gérard Brémond fondateur du groupe Pierre&Vacances, au cours de la MasterClass 2019 des 20èmes Worldwide Hospitality Awards.

Les premières pierres de Pierre&Vacances sont à la montagne, à Avoriaz. Je ne suis pas du tout partie dans mes débuts professionnels dans l’idée de créer un groupe touristique européen. Mon ambition était de créer une ville nouvelle à la montagne, à 1 800 m d’altitude, où il n’y avait absolument rien de construit, et d’y faire une ville touristique pour 20 000 personnes. J’avais 27 ans, et j’avais une vision de bâtisseur, d’aménagement du territoire, en réponse aux pouvoirs publics qui avaient créé le fameux Plan Neige. Il y a ainsi eu un plan de reconquête du territoire montagnard et d’aménagement touristique. La vision que j’avais était une vision de rupture avec la vie urbaine (alors que toutes les stations de l’époque étaient conçues sur un modèle urbain) tant dans l’architecture, l’urbanisme, l’écologie également… C’est comme ça qu’est née Avoriaz.

Le problème qui s’est posé par la suite, c’était l’exploitation touristique. Parce qu’il y avait les remontées mécaniques qui représentaient des investissements considérables, et des coûts d’exploitation élevés, il fallait donc trouver, au-delà de la clientèle à la journée, des résidences de la station, et pas seulement faire des résidences secondaires. C’est là que les chaînes hôtelières m’ont rendu un service énorme : c’est qu’elles n’ont pas voulu s’implanter à la montagne, pour des raisons de coûts d’exploitation, de saisonnalité, etc. Je leurs en suis très reconnaissant.

Mais avec Accor, c’était différent. On a travaillé ensemble à pré-inventer la résidence de tourisme. Nous avons ainsi inventé le time-sharing en France. On a fait la première opération de time-sharing avec Accor, avec Paul et Gérard. On a ainsi fait un immeuble de 140 appartements à Avoriaz, en multipropriété. Ça n’a pas été un succès financier. Mais on a ainsi inventé la résidence de tourisme qui était la conjonction entre deux choses : entre la demande de location d’appartement pour les familles et les groupes, et l’appétit des français pour l’investissement immobilier. Il y avait donc un vrai besoin par rapport à la location hôtelière, à par rapport à l’investissement dans la pierre. Comme je n’avais pas de sous, j’ai conjugué deux métiers : la promotion immobilière et l’exploitation touristique. Le financement a donc été fait.

L’idée était qu’à partir d’un terrain donné, il y a deux étapes : la première, la promotion immobilière, première marge à court terme ; la deuxième, l’exploitation touristique, avec la gestion dans le temps, et donc une profitabilité d’exploitant. C’est ce que j’appelais la conjugaison du chasseur, et du laboureur.

Pour rembourser la dette d’Avoriaz, je ne pouvais pas partir du seul site d’Avoriaz. Nous avons donc étendu le concept à d’autres stations, mais sur des opérations plus limitées, et ensuite à la mer, et ensuite à la campagne. Puis ensuite est venu Center Parks, qui est effectivement le gros porteur du groupe aujourd’hui.

Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?