Accéder au contenu principal

Tendances

La Turquie, puissance touristique aux ambitions affirmées

Avec 36,8 millions d’arrivées internationales en 2014, soit une augmentation de 41% depuis 2007, la Turquie affirme sa position de destination touristique majeure entre Europe et Moyen-Orient. La croissance économique du pays se poursuit, s’appuyant en partie sur le secteur touristique pour lequel le gouvernement affiche de fortes ambitions et dont l’essor rapide attire toujours plus les opérateurs hôteliers.

Données clés

 
Population : 77,6 millions hab.
Superficie : 779 452 km²
Nombre d'hôtels (Ministère du Tourisme, 2014) : 2 341 
Nombre de chambres d'hôtels : 300 929
Fréquentation touristique : 36,8 millions d'arrivées internationales (2014).
Principaux marchés émetteurs : Allemagne, Russie, Royaume-Uni, Géorgie, Bulgarie.La Turquie connait une croissance économique soutenue sur la décennie, même si celle-ci s'est ralentie en 2014 (3%), s'expliquant notamment par une contraction de la consommation intérieure et des investissements privés. Le contexte géopolitique local incertain et la reprise encore fragile en Europe suscitent la frilosité des investisseurs étrangers, dont le pays et notamment le secteur touristique sont fortement dépendants. Les perspectives de croissance pour la Turquie restent cependant positives, le PIB devant croître de 3,2% en 2015 et de 4% en 2016. Jouissant de sa position géographique centrale entre l'Europe et le Moyen-Orient, le pays ambitionne de devenir la 10ème puissance économique mondiale à l'horizon 2023, tandis qu'elle occupe actuellement la 16ème place. Le développement du tourisme devrait contribuer à atteindre cet objectif, la contribution directe du secteur au PIB du pays s'élevant en 2014 à 4,6%, et à 12,3% en comptant les retombées directes et indirectes.Une destination attractive pour les Européens, qui cherche à se diversifier Le nombre de visiteurs étrangers foulant le sol turc ne cesse de croître depuis plusieurs années. Les arrivées internationales ont continué à grimper pour atteindre 36, 8 millions en 2014, soit 1,9 millions d'arrivées de plus qu'en 2013 (+5,5%). En termes de recettes, les visiteurs étrangers ont dépensé 27,8 milliards de dollars en 2014, en augmentation de 9,7% en un an. Les Allemands restent la première clientèle du pays, avec 5,3 millions d'arrivées, suivis par les Russes (4,5 millions) et les Britanniques (2,6 millions), tous trois en progression par rapport à 2013. Les pays frontaliers de la Turquie complètent le top 5 des marchés émetteurs, à savoir la Géorgie (1,75 million) et la Bulgarie (1,7 million), tous deux en forte hausse par rapport à 2013 (+7% en moyenne). Suivent enfin les Pays-Bas et la France avec tous deux plus d'un million d'arrivées. La capitale est la destination la plus plébiscitée, la province stambouliote ayant enregistré 11,8 millions de visiteurs internationaux soit un tiers des arrivées en Turquie. Les deux aéroports Istanbul Ataturk et Istanbul-Sabiha Gökçen ont connu une hausse de leur trafic en 2014 (respectivement +10,9% et +25,4%), le premier devenant le 4ème aéroport européen avec 56,9 millions de passagers annuels, dont 38,2 millions internationaux. Avec 11,5 millions de touristes étrangers en 2014, la province côtière d'Antalya, située au sud et surnommée la Riviera turque, est la seconde destination du pays juste derrière la capitale. Viennent ensuite les provinces de Mugla avec sa capitale Bodrum, et Edirne, qui ont chacune accueilli plus de 3,1 millions de visiteurs. L'attractivité de la Turquie repose ainsi principalement sur sa capitale et sur ses côtes. Son profil " destination de loisirs " est d'ailleurs révélé par la saisonnalité des arrivées internationales, dont près des deux tiers sont concentrées entre mai et septembre et 30% en juillet-août. Istanbul arrive cependant à concilier demande de loisirs et d'affaires, se positionnant à la 8ème place mondiale en nombre de congrès accueillis en 2013. Le pays ambitionne de diversifier les formes de tourisme, en valorisant notamment son riche patrimoine culturel (11 sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO, 17 candidatures en cours), et en promouvant les régions moins fréquentées. Le tourisme de santé fait aussi partie des principaux atouts du pays, les 1 300 sources thermales attirant une clientèle européenne nombreuse. La Turquie veut encore développer le tourisme de plaisance, visant une capacité d'accueil de 50 000 places dans 100 ports. Enfin, pour accompagner la croissance de la demande un 3ème aéroport est en cours de construction à Istanbul pour une livraison prévue en 2018 ; il ambitionne d'être le plus grand du monde avec une capacité d'accueil de 150 millions de passagers. A l'échelle du pays, le gouvernement a ainsi pour objectif d'augmenter la capacité d'accueil dans les aéroports de 165 à 400 millions de passagers à l'horizon 2023. Il souhaite également accueillir 50 millions de touristes étrangers la même année, nécessitant un développement de l'offre d'hébergement.Un développement hôtelier accéléré avec l'arrivée de nouveaux acteursEn termes d'hébergement, le système de classification turc distingue d'une part les établissements agréés par les municipalités, correspondant à une offre indépendante non classée et de petite capacité ; et les établissements enregistrés auprès du Ministère du tourisme, représentant un total de 2 980 structures en opération, dont 2 341 hôtels pour 301 000 chambres. Ces établissements répondent aux standards internationaux et sont classés par étoiles. Leur taille moyenne élevée s'explique par la présence de grands resorts et d'hôtels opérés par des groupes. Cette offre hôtelière est notamment complétée par 60 hôtels thermaux (8 800 chambres), une centaine d'appart hôtels (5 000 chambres), 70 boutique-hôtels (2 500 chambres) et 3 complexes touristiques (2 130 chambres).L'offre hôtelière classée a crû de 6,6% en nombre de chambres entre 2013 et 2014, et de 19% depuis 2011. Ce développement s'est fait au profit des catégories supérieures, répondant notamment à la demande internationale. Le segment 5 étoiles est le plus dynamique, ayant affiché une progression annuelle moyenne de 11% depuis 2011 pour atteindre 141 800 chambres soit près de la moitié du parc classé. A l'inverse, les segments économiques voient leur parc chuter de 23% depuis 2011 et ne représentent que 6% de l'offre classée. Cette faible proportion est cependant à relativiser au sein de l'offre globale, les hôtels classés par les municipalités correspondant essentiellement à une offre d'entrée de gamme.L'offre hôtelière de chaînes reste minoritaire mais connait une croissance soutenue. Au 1er janvier 2015, les hôtels opérés par des groupes représentaient 238 unités pour près de 49 500 chambres, soit une augmentation du parc de chaînes de 2,5% par rapport à 2013. L'américain Wyndham est devenu en 2015 le premier groupe présent en Turquie, avec 38 établissements et 6 612 chambres. L'opérateur connait un développement récent et rapide dans le pays : après avoir ouvert 5 hôtels et 1 100 chambres en 2013, le groupe a encore inauguré pas moins de 8 établissements et 1 626 chambres pour la seule année 2014, principalement sous enseigne Ramada dans plusieurs villes du pays mais également sur les côtes avec des resorts de grande capacité. Il détrône ainsi le groupe allemand TUI, traditionnel leader du marché, The Rixos Group occupant la 3ème place.Plusieurs nouveaux acteurs se développent également sur le marché turc : en 2014, Mandarin Oriental a ouvert son premier établissement à Bodrum et Warwick International a repris un établissement à Ankara. En 2015, l'ouverture du Hyatt Regency Istanbul Atakoy, du Saint Regis Istanbul et du Soho House augmentent encore l'offre haut de gamme de la capitale. A côté des Occidentaux, les acteurs moyen-orientaux s'intéressent également au marché: le groupe Emirati Rotana a ainsi lancé la construction du projet Tri G à Gunesli, comprenant un Centro Hotel by Rotana de 152 chambres pour une ouverture prévue en 2016, et deux projets d'hôtels pour Istanbul.Cette croissance de l'offre accompagne une augmentation de la demande qui se traduit dans les performances affichées par les hôtels de chaînes. Ainsi, si le taux d'occupation accuse un léger repli en 2014 (-1 point) imputable en partie à l'augmentation de l'offre, il reste à un niveau satisfaisant à 64,9%. Le prix moyen continue quant à lui sa progression et affiche une forte hausse de 15,2% à 137 dollars US, permettant au RevPAR des hôtels de gagner 13,4% pour s'établir à 88,9 dollars US.Ainsi, la montée en puissance de la Turquie en tant que destination touristique semble poursuivre sur sa lancée. Le pays veut se donner les moyens de ses ambitions à travers le plan stratégique 2023 pour le tourisme et les projets de développement des infrastructures, notamment aéroportuaires. L'objectif d'accueillir 50 millions de touristes en 2023 paraît donc à la portée de cette puissance touristique qui continue à s'affirmer et à gagner des parts de marché à l'échelle internationale.

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter for the application .

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?