Accéder au contenu principal

Tendances

Île Maurice: la perle de l'Océan indien n'en finit plus de briller

Entre nouvelles lignes aériennes, diversification des clientèles et développement de son parc hôtelier, l'île surfe sur de bonnes vagues. Décryptage.

Les performances du tourisme mauricien ont de quoi impressionner : près de 1,2 millions de touristes ont eu la chance de visiter la destination de l’océan Indien l’an dernier, soit quasiment l’équivalent de la population totale de l’île. Ce chiffre représente aussi une progression de 11% par rapport à 2014, confirmant le gain de popularité de Maurice au-delà de ses marchés sources traditionnels.L’une des forces du tourisme mauricien réside dans la diversité de son offre, faite de complexes de luxe en bord de plage, d'excursions pour découvrir les richesses naturelles de l'île, d'activités nautiques, ou encore d’une vaste gamme de produits orientés sur le bien-être et la relaxation. Les hôtels mauriciens ont su capitaliser sur ces nombreux atouts pour conquérir de nouvelles clientèles au fil des années, et diversifier leur offre, par exemple en développant plus récemment un tourisme centré sur le haut de gamme et respectueux de l’environnement. L’île accueille désormais des visiteurs venus des quatre coins du monde découvrir ses 330 kilomètres de côtes et de plages et sa culture unique, au carrefour des civilisations de l’Océan indien.Le poids du tourisme dans l’économie mauricienne a quasiment été multiplié par deux en l’espace de dix ans : ses revenus représentent aujourd’hui plus de 50 milliards de roupies mauriciennes, soit l’équivalent de 1,3 milliards d’euros. Le secteur touristique est désormais à l’origine 7% du PIB de la République insulaire, et englobe une part équivalente des emplois. L’an dernier, l’île a atteint un record historique avec 1 152 000 arrivées touristiques enregistrées, ces visiteurs ayant effectué un total de 12 millions de nuitées – une augmentation de 6,9% par rapport à l’année précédente. Dans cette destination relativement éloignée géographiquement des marchés sources touristiques traditionnels, et pour laquelle un long trajet aérien est généralement nécessaire, le tourisme mauricien se distingue naturellement par la longue durée du séjour – presque 11 jours en moyenne. Répondant à cet impératif, l’offre de l’île a su se diversifier pour accueillir différents types de clientèles et offrir selon les envies de ses visiteurs un séjour aussi relaxant qu’il peut être dépaysant.La capacité du parc hôtelier national représente aujourd’hui près de 13 500 chambres, auxquelles il faut ajouter quelques 6 800 chambres non-hôtelières. Les établissements de l’île ont enregistré des résultats plus que satisfaisants en 2015, avec "une moyenne annuelle de taux d’occupation de 70%", d’après Jocelyn Kwok, Président de l’AHRIM (Association des Hôteliers et Restaurateurs de l’Île Maurice). "Derrière ce chiffre se cache quand même une saisonnalité très visible, avec quasiment deux fois moins de touristes en juin qu’en décembre. Ceci étant, nous redoublons d’efforts cette année afin de réduire de tels écarts, notamment en créant de belles opportunités pour visiter l’île entre mai et octobre, et le développement d'initiatives telles que Mauritius 365. Sur le long terme, la croissance des arrivées va très probablement ralentir au profit de la valeur ajoutée unitaire, qui devrait se raffermir selon la règle de l’offre et de la demande."La République de Maurice compte aujourd’hui 115 hôtels disposant d’une licence délivrée par les autorités. Ll’Autorité de Promotion du Tourisme de Maurice (MTPA) a d’ailleurs récemment mis en place une classification des hébergements sur la base d’étoiles –jusqu’à cinq– semblable à celles observées dans bon nombre de destinations autour du monde. Près de la moitié de ces hôtels, 55 établissements pour être précis, offrent une capacité dépassant les 80 chambres. Ces hôtels de grande capacité concentrent à eux seuls 76% du parc hôtelier national, soit 10 378 chambres. Cela confirme le statut de destination « resort » de l’île Maurice, proposant de ce point de vue une offre relativement similaire à celle des autres perles de l’Océan indien que sont les Maldives, les Seychelles, ou encore le Sri Lanka.L’offre touristique de l’île Maurice a tout naturellement attiré l’attention des chaînes hôtelières, la destination se prêtant particulièrement bien au développement de complexes de loisir multi-services. En 2014, le groupe RIU Hotels & Resorts a investi près de 80 millions d’euros pour le rachat et la rénovation d’un complexe hôtelier de trois établissements sur la Péninsule du Morne, un site classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Au total, ces nouvelles adresses offrent plus de 500 chambres, et comprennent une offre de restauration et de divertissement particulièrement généreuse. L’opérateur a fait le choix de la spécialisation, mettant en avant sa politique « Adults only » à l’hôtel RIU Le Morne, tandis que les établissements RIU Creole et RIU Coral proposent au contraire un programme d’activités quotidiennes et un club pour enfants pour la satisfaction de toute la famille. C’est là encore une des spécificités de l’île, dont le profil permet d’attirer différents profils de touristes –et non pas seulement les couples en lune de miel, bien qu’une grande partie des hôtels proposent des « packages » spéciaux à l’attention de ces derniers.Le groupe Carlson Rezidor a adopté une stratégie relativement similaire pour ses deux resorts ouverts en septembre dernier au nord de l’île, l’hôtel Radisson Blu Poste Lafayette Resort & Spa (100 chambres) étant spécifiquement dédié aux adultes et couples, tandis que l’adresse Radisson Blu Azuri Resort & Spa, d’une capacité similaire, assume une orientation plus « family-friendly ». L’opérateur a aussi ouvert un complexe de 60 villas pour les séjours prolongés, signe de la diversification des types d’hébergement sur l’île. Il faut dire que la durée moyenne d’un séjour en République de Maurice encourage ce mode de villégiature : en 2014, près d’un vacancier sur cinq avait choisi de rester deux semaines ou plus dans l’un des hôtels de l’île.La liste des groupes présents le long de ses côtes continue de s’étendre, avec l’ouverture récente des adresses Westin Turtle Bay Resort & Spa (Starwood Hotels & Resorts), InterContinental Resort Mauritius et  Holiday Inn Mauritius Mon Tresor (IHG), Ambre Resort & Spa (Sun Resorts), ou encore Outrigger Mauritius Beach Resort (Outrigger Hotels & Resorts). Cet accroissement de l’offre illustre pleinement les succès du tourisme mauricien, qui a su allier aux atouts naturels de l’île un sens de l’hospitalité certain ainsi qu’une véritable tradition hôtelière. Un accomplissement d’autant plus louable que le parc national a connu une croissance vertigineuse, passant de 1500 chambres en 1975 à 6 000 en 1995, pour finalement atteindre aujourd’hui les 13 500 clés. L’attrait des opérateurs hôteliers internationaux pour la destination ne semble pas près de s’éteindre : fort de son expérience aux Maldives dans l’hôtellerie resort haut de gamme, le groupe dubaïote Jumeirah a ainsi annoncé l’ouverture d’un établissement sur l’île Maurice en 2018. Marqué par une forte saisonnalité, le secteur hôtelier mauricien doit nécessairement chercher à maximiser le remplissage de ses établissements tout au long de l’année. La stratégie touristique actuelle de l’île Maurice vise à conquérir les marchés émergents grâce à l’ouverture de nouvelles liaisons aériennes, conséquence logique de son statut insulaire. En décembre 2015, Turkish Airlines a notamment ouvert une ligne aérienne depuis le hub aéroportuaire d'Istanbul. L’année 2014 avait déjà été marquée par l’ouverture d’une seconde liaison journalière par A380 de la compagnie Emirates depuis Dubaï. Ce vol lui permet d’augmenter sa capacité de 1 890 sièges par semaine en direction de l’île, signe des espoirs placés par les acteurs du tourisme dans le développement de la destination.Particulièrement ambitieux, le projet « The Air Corridor » a permis à la première liaison directe entre Maurice et Singapour de faire ses débuts le 11 mars dernier. Trois vols directs seront ainsi assurés chaque semaine par la compagnie nationale Air Mauritius, ce qui devrait encourager fortement les arrivées des clientèles asiatiques, plus stratégiques que jamais en raison de leur dynamisme. Le cas des touristes chinois est emblématique : alors qu’ils n’étaient que 21 000 en 2012, leur nombre a quasiment atteint les 90 000 visiteurs en 2015 – une progression de 41,4% par rapport à l'année précédente. Impossible de négliger cette dimension, d’autant plus que la République de Maurice est idéalement située entre les continents asiatique et africain. Pour le Président de l’AHRIM Jocelyn Kwok, "il est nécessaire de rester directement connecté avec les grands aéroports proches de nos marchés-sources. C’est une logique qui inclue les vols non-stop mais aussi, et de manière également importante, les vols avec transit dans les hubs desservis par les super connectors, c’est-à-dire, les lignes aériennes jouissant du 6ème degré de liberté. 2015 a été exceptionnelle pour Maurice car l’apport supplémentaire de sièges d’avion a été tout simplement remarquable, que ce soit de la part des lignes aériennes déjà actives, ou des nouvelles lignes, notamment de l’Europe. Au final, la destination a retrouvé ses nouvelles marques et a su convaincre l’aérien."Encouragée par cette expansion aérienne sans précédent, l’île tente aussi de s’imposer comme une destination régionale de premier plan pour le tourisme d’affaire. Elle bénéficie de nombreux atouts : un parc hôtelier moderne et de qualité, une situation politique et sécuritaire relativement apaisée, et un positionnement géographique à mi-chemin de plusieurs marchés dynamiques, occupant une place de plus en plus grande dans le volume des échanges internationaux : Afrique australe, Afrique de l’est, Péninsule arabique, Sous-continent indien, et Sud-est asiatique. En 2014, 45 000 visiteurs se sont rendus sur l’île Maurice pour du tourisme d’affaire, soit 4,2% du total des arrivées. Alors que l’île attirait dans le même temps 969 500 vacanciers, difficile de nier son statut de destination « resort », avant tout concentrée sur le tourisme de loisir. Il faut cependant souligner une progression certaine : les touristes d’affaires n’étaient ainsi que 30 000 en 2005 – le tourisme MICE a donc finalement connu une hausse de près de 50% en l’espace d’une décennie.Indépendamment de la catégorie de touristes concernés, l’île séduit de plus en plus de nouveaux marchés. Elle parvient désormais à dépasser ses sources de visiteurs traditionnelles, l’Europe occidentale et les territoires voisins (notamment l’Afrique du sud et l’Île de la Réunion), bien que ces dernières demeurent globalement en tête des classements de l’accueil touristique.Les Français restent de loin les touristes les plus nombreux à fouler les plages de l’île : ils étaient 254 000 venus de France métropolitaine en 2015 (+4.4%), sans oublier 144 000 ressortissants en provenance de la Réunion voisine. Le podium est complété par les visiteurs britanniques, 130 000 sujets de sa Majesté ayant visité l’île en 2015 (+12.5%), suivis par quelques 102 000 touristes sud-africains (+9.5%). Si ces principaux marchés sources montrent une tendance particulièrement dynamique, les pays émetteurs qui suivent ce Top 3 affichent une progression encore plus impressionnante : comme évoqué précédemment, +41,4% pour la Chine avec 90 000 visiteurs, +21% pour l’Allemagne avec 75 000 touristes, et enfin +17,9% pour l’Inde, dont 72 000 citoyens ont eu l’occasion de découvrir l’île Maurice en 2015. Avec l’ouverture de liaisons aériennes toujours plus nombreuses –et fréquentes– tout porte à croire que l’essor de la destination n’est pas prêt de s’essouffler.La tendance actuelle poussera-t-elle de nouveaux opérateurs hôteliers à s'implanter sur l'île ? D'après Jocelyn Kwok, "quelques grands groupes internationaux suivent Maurice depuis plusieurs années déjà et les concrétisations récentes ne sont pas vraiment une surprise pour les hôteliers déjà sur place. Toutes les destinations du monde sont uniques, mais Maurice est encore plus unique - si je peux m’exprimer ainsi. Sa localisation géographique, son histoire, son peuplement, sa beauté naturelle, son dynamisme économique, son parc hôtelier, et sa modernité sont des composants d’un tout inhabituel et renversant pour le visiteur !" Alors que l'office gouvernemental Statistics Mauritius vient tout juste de réviser à la hausse ses prévisions pour 2016, avec une progression anticipée des arrivées de 7 à 8%, la clientèle semble lui donner raison, convaincue par une destination qui a décidément le vent en poupe.

Vous aimerez aussi :

Cette archive de plus d'un mois est réservée aux abonnés Premium et Club

Accédez à l'ensemble des contenus et profitez des avantages abonnés

J'en profite

Déjà inscrit ?

Un article

Achetez l'article

Un pack de 10 articles

Achetez le pack
Chargement...

Vous avez consulté 10 articles. Revenir à l'accueil ou en haut de la page.

Accéder à l'article suivant.

Inscrivez-vous pour ajouter des thèmes en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des catégories en favoris. Inscrivez-vous pour ajouter des articles en favoris. Connectez-vous gratuitement pour voter pour la candidature.

Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ? Déjà inscrit ?